J’ai essayé pour vous…Au fond de l’eau

Au fond de l'eau

J’ai essayé pour vous…Au fond de l’eau

 

Il s’agit du second roman de Paula Hawkins paru aux éditions Pocket. Son premier roman, « La fille du train », avait rencontré un vif succès en 2015 et a fait l’objet d’une adaptation au cinéma. Ce second roman est un thriller psychologique tout comme le premier. La Dreamworks aurait déjà acheté les droits pour en faire également une adaptation au cinéma.

L’histoire

Dans le petit village de Beckford, il y a une rivière. Quelle que soit la direction que vous preniez, vous finirez toujours par tomber sur elle. En un endroit elle forme un coude nommé le bassin aux noyées. La légende voudrait que l’on y pratiquait l’Ordalie. A notre époque, ce serait le lieu de prédilection pour se suicider de femmes désespérées.

Julia et Nel avait l’habitude de venir passer leurs étés à Beckford lorsqu’elles étaient enfants. Aujourd’hui adultes, elles étaient en froid lorsque Julia apprend que sa sœur s’est noyée dans ce bassin, et qu’elle devient le tuteur légal de sa nièce Lena. Elle ne se fait plus appeler Julia mais Jules. Étrangement,  la meilleure amie de Lena, Katie, a également été retrouvée morte noyée un peu plus tôt dans l’année. Nel étudiait l’histoire des femmes qui se sont noyées dans le bassin. Ce qui pouvait les pousser à commettre un tel acte la fascinait. Ses recherches n’était pas du gout de tout le monde. Jules ne pense pas une seconde que Nel ai pu sauter.

Un a un les fils de l’enquête sont tirés pour savoir s’il s’agit d’un meurtre, d’un accident ou d’un acte délibéré de la victime. Cette enquête oblige les protagonistes à creuser le passé, et pas uniquement les circonstances du décès de Katie, mais de celles qui l’ont également précédée.

Le style d’écriture

Des chapitres très courts. Qui commencent par nous situer dans le temps et nous préciser qui parle. Car en effet l’avancée de l’enquête est relatée des points de vue des différents protagonistes. Parfois une même scène sera ainsi narrée plusieurs fois pour apporter une nuance ou une perception différente.

Certains paragraphes renvoient à l’été 1993. Ils sont la mémoire de Julia. Elle doit revenir à plusieurs reprises sur un même événement de cet été pour s’en souvenir avec justesse. C’est depuis cet été que la relation entre les deux sœurs s’est dégradé. Elles n’en ont jamais vraiment reparlé. Julia est restée sur sa propre interprétation de la réaction de sa sœur et de ce qu’elle savait. Et n’a jamais pu lui pardonner.

Quel avis?

Le thème du secret est récurrent dans ce roman et met en avant combien de dégâts cela peu provoquer. Ces histoires de familles que l’ont tait dans l’espoir qu’elles ne feront jamais surface. Ces promesses de ne rien dire que l’on donne et dont on ne mesure pas la portée.

J’ai trouvé ce second roman plus poussé que le premier. Dans la fille du train l’histoire de trois femmes s’emmêlent: Rachel, Anna et Megan avec une thématique autour des violences conjugales et de l’alcoolisme.

Alors qu’ici, il y a bien plus de tragédies qui s’entremêlent. La première jeune fille, Libby Seeton, victime de l’ordalie en 1679.  Mary Marsh. Ginny Thomas. Anne Ward. Plus récemment Lauren Slater en 1983. Enfin en 2015 Katie Whittaker et à présent Nel Abott.

Même si Jules est un personnage avec qui il est difficile d’avoir de l’empathie en début de lecture, on fini par apprivoiser tous ces personnages et très rapidement le roman devient addictif.