J’ai essayé pour vous…Le Lambeau de Philippe Lançon

Le lambeau

Le Lambeau est classé 9e/18 des livres les plus populaires de l’année 2018 selon Babelio. Ce roman est paru aux éditions Gallimard en Avril 2018. Il a remporté le prix Femina la même année. Il paraîtra en format poche, toujours chez Gallimard, en Janvier 2020.

A quoi s’attendre ?

Philippe Lançon est journaliste à Libération et Charlie Hebdo. Il fait partie des survivants de l’attentat visant le journal satirique, laïque et joyeux. Son visage est mutilé. Une balle a emporté une bonne partie de la mâchoire.

Son récit autobiographique débute la veille de l’attentat contre Charlie Hebdo et se termine le jour de l’attentat au Bataclan.

Une grande partie de cette période se déroule dans l’univers hospitalier de la Pitié Salpêtrière où le service de chirurgie maxillo-faciale oeuvre de son mieux pour le reconstruire physiquement. Tandis que lui doit se reconstruire moralement, avec le soutien de sa famille, de ses amis, la musique, l’écriture et les livres.

Le lambeau fait référence au terme technique utilisé par le corps médical.

L’écriture

Chroniqueur de sa propre reconstruction, M Lançon ne fait pas dans l’auto-apitoiement. Il décrit, 3 ans après l’événement, de façon quasi distanciée, les états d’âme qui l’on parcouru aux différentes étapes de son nouveau lui. Avec beaucoup de bienveillance et d’humanité.

Ceux du jour même. L’horreur. La trouille. La mort.

Ceux du survivant qui doit continuer à vivre pour redevenir plus proche des vivants que de ceux qui ne sont plus.

Un témoignage poignant. D’un point de vue historique mais surtout humain. L’expression également de sa reconnaissance vis à vis de tous ceux qui l’ont porté: les proches, le personnel médical, les policiers qui ont composé sa garde rapprochée.

A lire. Parce que cet attentat a constitué un tournant dans l’histoire de notre pays. Pour sa portée littéraire car il est incroyablement bien écrit. Le maelstrom de sentiments contraires qui sont les siens pendant cette épreuve, flirtant avec la folie sans jamais y succomber, forcent le respect.