J’ai essayé pour vous Extincta de Victor Dixen

Extincta

Il y a quelques jours à peine je finissais Cogito qui m’avait un chouilla moins emballée que Phobos. Je n’ai pas résisté à l’envie d’enchaîner de suite avec le dernier roman de Victor Dixen: Extincta.

Extincta, toujours publié aux éditions Robert Laffont ( Collection R ), parait en Novembre 2019. Il arbore une couverture magnifique représentant une anguille et un serpent.

Extincta : L’histoire

Les hommes de l’ancien temps ont provoqué le Grand Effondrement en libérant les trois démons gaziers, Kârbon, Mêtana et Sûlfur. Depuis, les Derniers Humains, célébrent le culte de Terra. Sous le règne des apex, les suants payent le prix de la sueur, les crachants celui de la salive, les saignants celui du sang et les pleurants celui des larmes, pour que renaisse un jour la déesse à partir des parcelles de régénération.

Cette fable écologique imagine un futur où les hommes du XXIe siècle ont failli à prendre les mesures nécessaires pour sauvegarder notre Planète. Quatre siècles après le Grand Effondrement, il ne subsiste quasiment plus aucune espèce animale et végétale sur la surface du globe. Une poignée d’humains occupent les Dernières Terres et survivent selon un système féodal de castes.

Astrae la suante et Ocerian l’apex croient en l’Ailleurs, ce conte pour enfant. Il n’ont aucune idée du temps qui leur est compté et pourtant, sans le savoir, ils se lancent à la recherche de cet Ailleurs, car c’est leur dernier espoir. Le Prologue annonce pourtant leur triste fin : « La planète qui avait été le berceau verdoyant de l’humanité, puis son triste dépotoir, devint son tombeau ardent. Le moment est venu d’écouter la fin des hommes. Là où s’achève leur longue histoire, commence le dernier de leurs chants. Un hymne guerrier, mais, aussi, une chanson douce. Un gémissement de détresse, mais, derrière, un bruissement d’espoir. Une oraison funèbre, mais, surtout, un cri d’amour. »

L’histoire commence 255 heures avant l’extinction de l’espèce humaine. Ce chrono va s’égrener chapitre après chapitre, en alternant les points de vue de nos deux héros. Leur épopée va entraîner dans leur sillage un florilège de personnages tous aussi attachants les uns que les autres.

Mon Humble avis

Le plus magistral des romans de Victor Dixen que j’ai pu lire. Il vous emporte et vous ne pouvez plus vous arrêter. Pour vous dire j’en ai oublié que j’étais mal installée derrière mon Pc à lire une version numérique.

Une magnifique romance, un amour fraternel merveilleux et de solides amitiés. Une angoisse permanente à chaque fois que le chrono s’égrène et pourtant l’espoir qu’ils s’en sorte vous tien en haleine jusqu’au bout.