J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent le livre noir des couleurs

le livre noir des couleurs

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent le livre noir des couleurs

Semaine dernière si vous vous souvenez bien, je vous évoquais déjà ce livre des éditions Rue du monde. Je vous disais combien P’tit bout l’adore. Mais je vous disais également que le contexte au cours duquel il l’avait découvert y était pour beaucoup.

Le musée Fabre

La ville de Montpellier héberge le musée Fabre qui, depuis juin 2015, a rejoint la tribut des « musée joyeux ». Mais il n’avait pas attendu 2015 pour proposer aux familles des visites adaptées aux tout petits. Ainsi depuis ses 3 ans nous essayons d’aller au moins une fois par an avec P’tit bout participer à une de ces visites. Les thématiques changent à chaque vacances scolaires. Souvent le guide utilise un livre comme support de sa visite pour raconter une histoire.

Le musée Fabre de part sa proximité avec l’artiste Soulages, compte une collection impressionnante de ses œuvres. P’tit bout devait avoir 5 ans. J’étais très sceptique sur sa capacité à trouver du sens à ce qui, j’imaginais, ne serait pour lui que des aplats de noir. Un peu comme pour son père quoi  XD

Pourtant, par le biais d’une plume que la guide a remis à chaque enfant et du livre noir des couleurs, cette femme a réussit à captiver tout son petit groupe. Elle leur a faire prendre conscience que grâce au jeu d’ombre et de lumière sur la matière, il s’agissait de bien plus que seulement du noir. Quand elle leur a raconté que l’artiste n’utilisait pas des pinceaux mais des outils tenant plutôt de la fourchette ou du râteau, on ne les tenait plus.

Le livre noir des couleurs

Ce livre est écrit en braille. Et pour nous autres au sens tactile sous développé, le texte est imprimé en blanc sur ces pages toutes noires. Je m’excuse d’avance pour les photos, j’ai dû les surexposer à la lumière pour faire ressortir le relief. Comme les pages sont brillantes, je n’ai pas toujours réussit à obtenir ce que je voulais.

 

Au fil des pages, Thomas décrit chaque couleur sans la montrer. Exercice difficile n’est-il pas? Elle sera décrite au travers des autres sens et des émotions.

Tout d’abord il commence par le jaune qui a le gout de la moutarde mais qui est douce comme les plumes d’un poussin. On retrouve dès cette première page la plume qui a servit de liant à la guide du musée entre les tableaux et le livre.

Vient ensuite le rouge qui est acidulé comme la fraise, puissant comme la colère, et il fait mal lorsqu’il apparaît sur son genou écorché.

Et ainsi de suite chaque couleur est  illustrée en relief pour accompagner les explications. P’tit bout y passe longuement le bout des doigts pour retracer le dessin.

    

   

Ma préférée : « Pour Thomas la plus belle des couleurs, c’est le noir. Il trouve qu’il a la douceur rassurante de la soie quand sa mère l’embrasse et qu’elle l’enveloppe dans sa chevelure. »

Un livre qui invite à développer son toucher, et qui sensibilise avec beaucoup de poésie les enfants au handicap visuel.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

 

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « Dans mes oreilles, j’entends le monde »

Dans mes oreilles, j'entends le monde

J’ai essayé pour vous…Chut les enfant lisent « Dans mes oreilles, j’entends le monde »

 

Le rendez-vous hebdomadaire Chut les enfants lisent reprends après cette trêve hivernale bien méritée.

Je vous propose de débuter l’année avec un livre reçu par P’tit bout sous le sapin.

Avec « dans mes oreilles, j’entends le monde » , la maison d’édition Rue du monde vous propose de découvrir et comprendre le son.

Les sujets abordés

L’ouvrage permet de découvrir le son par plusieurs portes d’entrées. De façon très scientifique tout d’abord par le biais de l’organe qui nous permet d’entendre les sons. Cette approche n’aurait peut être pas dût être la première dans un livre ayant pour ambition de s’adresser à des enfants à partir de 7 ans. La première réaction de P’tit bout a été de penser que cela allait être compliqué, et il a refermé le livre.

Dans mes oreilles, j'entends le monde

 

Par la musique et le chant ensuite, un vecteur déjà plus ludique. Beaucoup de vocabulaire est ainsi exploré: les sons graves, doux, aigus. La diversité des instruments de musiques. Ainsi que les différents timbres de voix.

Dans mes oreilles, j'entends le monde  Dans mes oreilles, j'entends le monde

Par les bruits ensuite : ceux de la ville stressant et ceux de la nature apaisants.

Dans mes oreilles, j'entends le monde

Sont également abordés les supports d’enregistrements et les différents métiers du son.

Vient ensuite le langage. J’ai particulièrement apprécié que les auteurs aillent jusqu’au bout dans cette partie en abordant le langage des signes pour communiquer sans sons.

Est également abordé le silence : ce besoin de parfois couper le son, pour pouvoir mieux entendre.

Dans mes oreilles, j'entends le monde

 

L’avis de P’tit bout

P’tit bout a été dérouté par ce livre. Pour le moment il n’a pas réussi à y adhérer. Le graphisme déjà ne lui plait pas, il trouve les couleurs trop criardes. Je lui ai demandé quelles couleurs il aurait utilisé lui pour reproduire un son, il y réfléchit encore. Pourtant il aime lire, il aime les livres documentaires, et il aime la musique. Je pense qu’il va falloir qu’on le lise ensemble pour qu’il accroche. D’un autre coté, 7 ans c’est peut être encore petit. L’éditeur semble avoir été un peu ambitieux. 9 ans me parait plus approprié.

De la même maison d’édition P’tit bout avait adoré « Le livre noir des couleurs », je pensais que celui-ci aurait autant de succès. Il faut dire que nous avions eu l’occasion de découvrir le précédent dans un cadre magique, je vous en parle la semaine prochaine 😉

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Les Aventuriers du rail : mon premier voyage

Les aventuriers du rail : mon premier voyage

J’ai essayé pour vous…Les Aventuriers du rail : mon premier voyage

 

Cela faisait un moment que je voulais découvrir ce jeu de plateau. Cependant j’ai vite était refroidie par le nombre impressionnant d’éditions différentes. Je ne savais plus par laquelle commencer. Comme l’idée était d’y jouer avec P’tit bout, j’ai finalement décidé de commencer par la version « mon premier voyage » censée être la version d’initiation à la version classique.

Pour quel public ?

Contrairement à son aîné recommandé à partir de 8 ans, cette version s’adresse aux  6 ans et +. On peut y jouer de 2 à 4 joueurs. La partie dure entre 10 et 30 min. Les règles sont très faciles d’accès. En moins de 10 min, P’tit bout avait compris le principe. Il est possible d’élaborer en fonction des cartes que vous avez en main quelque chose qui ressemble à un début de stratégie (ce n’est pas Risk non plus entendons nous).

Le matériel :

Les aventuriers du rail : mon premier voyage  Les aventuriers du rail : mon premier voyage  Les aventuriers du rail : mon premier voyage

Le jeu se compose :

  • d’un grand plateau,
  • 4 couleurs de wagons en plastiques,
  • des cartes « tickets » qui indiquent deux destinations à relier,
  • des cartes « train » de 6 couleurs différentes + une multicolore.

Le matériel est de très bonne qualité. Avec de belles illustrations colorées qui rendent le jeu d’autant plus ludique.

Déroulement d’une partie :

Chaque joueur choisit une couleur de wagons. Il lui est remis des cartes « tickets » et des cartes « trains ».

Sur le plateau, vous pouvez voir que les villes sont reliées entre elles par une à 3 cases colorées : les rails. Pour pouvoir poser un wagon sur un rail, le joueurs doit avoir en main une carte train de la même couleur que le rail. Une carte train multicolore peut être jouée à la place de n’importe quelle couleur. S’il n’a pas les bonnes couleurs en main, le joueur pioche. Une fois qu’il a commencé un chemin, il reste sur la même couleur de rails.

Ainsi par exemple si vous regardez le bas du plateau, pour joindre Rome depuis Athènes il y a des rails bleus et des rails blancs. Il n’est pas autorisé d’alterner un coup sur chaque. De même il n’est pas possible pour un même joueur de compléter deux lignes parallèles. Ce serait trop bloquant pour les autres joueurs.

Le joueur va chercher à poser ses wagons de sorte à relier entre elles les villes indiquées sur ses cartes « tickets ».

A savoir que s’il relie entre elles une des 3 villes de l’Est à une des 3 villes de l’Ouest, il réalise une « Grande traversée » et obtient la carte suivante. Elle équivaut à une carte « ticket » validée.

Les aventuriers du rail : mon premier voyage

 

Le premier joueurs qui a validé 6 tickets remporte le ticket d’or et gagne la partie. A défaut, si un des joueurs ne dispose plus de wagons à poser, la partie est finie. C’est alors le joueur qui a validé le plus de tickets qui l’emporte.

Les aventuriers du rail : mon premier voyage

 

En conclusion

Les parties sont assez rapides si on compare à un monopoly par exemple. Ceci permet de maintenir l’attention d’un petit jusqu’au bout. Voir même d’avoir le temps de pouvoir enchaîner avec une seconde partie s’il veut sa revanche. Les règles sont facile d’accès sans que pour le jeu soit simpliste pour autant. Il faut un minimum réfléchir pour optimiser sa trajectoire et empocher le maximum de tickets en un minimum de cartes trains à poser.

Petit bonus, on en profite pour apprendre les noms de certaines grandes capitales.

Je ne trouve aucun défaut à ce jeu. Cependant n’ayant pas joué à la version classique, je me demande quelles sont les différences.

Vous qui y avez joué, pouvez vous nous éclairer?

J’ai essayé pour vous…les sablés de Noël Elan

Biscuits de Noël Elan

J’ai essayé pour vous…les sablés de Noël Elan

 

Toute une journée à passer en attendant le père Noël. Autant dire une éternité 😉

Quoi de mieux pour faire passer le temps que de faire un peu de pâtisserie. Cette recette du site de Vahiné a retiré toute mon attention. Oui c’est un peu mon dada du moment ce site, ça passera ne vous inquiétez pas 🙂  En même temps après le gâteau kermesse ce n’est jamais que la deuxième recette que j’essaie. Mais il y en a tellement d’autres qui me font envie.

Ingrédients pour 8 personnes :

  • 250 g de farine,
  • 50 g de pralins,
  • 1 pincée de de levure chimique,
  • 1/2 c.à.c de canelle,
  • 70 g de sucre glace,
  • 30 g de sucre roux,
  • 130 g de beurre demi-sel,
  • 1 œuf

Etape 1: la pâte à sablés

Tamisez la farine et le sucre glace dans un saladier. Ensuite, ajoutez le Pralins, le sucre roux, la cannelle et la levure chimique. Mélangez bien le tout.

    

Votre beurre doit être à température. Ajoutez-le, coupé en petits morceaux, ainsi que l’œuf entier à votre mélange sec. Mélangez avec les doigts jusqu’à former une boule homogène. Attention à ne pas trop pétrir non plus ou votre pâte risque de devenir trop élastique. Enfin, formez une boule, enroulez-la dans du film alimentaire, et mettez-la au frais pour au moins une bonne heure.

 

Etape 2 : la confection des biscuits

Étalez votre boule de pâte entre deux feuilles de papier cuisson jusqu’à obtenir un demi centimètre d’épaisseur.

Détaillez des cercles de pâtes de 6 à 7 cm de diamètre. N’ayant pas d’emporte pièce adéquat, j’ai utilisé un verre ballon. Au total, j’ai obtenu 14 sablés. J’aurai pu en avoir un ou deux de plus mais je n’avais de toute façon plus de place sur ma plaque.

Avant de l’enfourner, j’ai remis la plaque au frais quelques minutes pour que les sablés ne s’étalent pas à la cuisson.

A four chaud 160°C pendant 15 min, puis 5 à 8 minutes de plus à 180°C pour les dorer.

Ils sont parfaits!

 

Etape 3 : la décoration

Mon étape préférée.

On va réutiliser le crayon pâtissier au chocolat, la colle alimentaire et les minicolors que nous avions utilisé pour la déco du gâteau train. A cela on rajoute comme ingrédient de la pâte à sucre blanche.

Attendez tout d’abord que vos sablés aient bien refroidis avant d’attaquer la décoration.

Vous allez tracer les bois de l’élan et ses yeux avec le crayon pâtissier au chocolat. Puis vous allez former de petits disques en pâte à sucre blanche que vous allez coller à la place du nez. Au centre de ce disque de pâte blanche, vous allez coller une bille minicolor rouge. C’est vraiment cette dernière touche qui sublime vos sablés.

  

 

Ne sont-ils pas à croquer?

J’ai essayé pour vous…Le gâteau kermesse

gâteau kermesse

J’ai essayé pour vous…Le gâteau kermesse

A l’occasion de la kermesse de ce soir à l’école de P’tit bout, j’ai voulu essayer cette recette proposée par Vahiné. L’occasion de ressortir le flacon de mini billes colorées que j’avais utilisé pour le gâteau en forme de train.

Ingrédients pour le gâteau :

  • 100 g de farine,
  • 100 g d’amande en poudre,
  • 1/2 sachet de levure chimique,
  • 1 c.à.c de vanille en poudre,
  • 1 pincée de sel,
  • 200 g de beurre mou,
  • 200 g de sucre,
  • 4 œufs

Préparation du gâteau :

Pour commencer, préchauffez votre four à 180°C.

gâteau kermesseTamisez la farine, la poudre d’amande, la levure chimique, la vanille en poudre et le sel dans un saladier.

Mélangez bien.

Dans votre robot, battez le beurre mou avec le sucre.

Ajoutez un à un les œufs tout en battant vivement.

Ensuite, versez cette préparation liquide sur le mélange sec et mélangez jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène.

Versez la pâte obtenue dans un moule à manqué préalablement beurré et faites cuire 35 min.

Vous pouvez vérifier la cuisson avec la pointe d’un couteau. Lorsqu’il ressort sec, c’est qu’il est cuit. Laissez le refroidir 10 min avant de démouler.

 

gâteau kermesse   gâteau kermesse

Ingrédients pour la décoration :

  • Un pot de Nutella,
  • 1 paquet de barquettes Lu au chocolat,
  • Un étui de cœurs rouges en sucre à poser,
  • Des perles multicolores,
  • Un flacon de minicolors,
  • Des petits cœurs en sucre blancs et roses.

La décoration :

Il s’agit de donner à ce gâteau l’allure d’un poisson.

Attendez tout d’abord qu’il ait bien refroidit.

Commencez par découper un triangle pour évider la bouche et constituer la queue du poisson.

gâteau kermesse

Recouvrez votre poisson de pâte à tartiner, bord inclus.

gâteau kermesse

Découpez les barquettes au chocolat en deux, et disposez les moitiés de sorte à figurer des écailles sur les 3/4 du gâteau.

gâteau kermesse

Ensuite, comblez les interstices entre les écailles avec les perles multicolores

gâteau kermesse

Décorez la queue du poisson en alternant des rangs de cœurs roses et blancs (ceux du flacon)

gâteau kermesse

Disposez sur le contour de la tête du poisson des perles minicolors en alternant 3 coloris. Enfin, déposez un gros cœur en sucre  (celui de l’étui) pour lui dessiner un œil.

gâteau kermesse

 

J’espère qu’il sera bon et que les enfants vont se régaler !