J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent renard & renard

Renard et renard

Renard & Renard est publié par la maison d’édition La joie de lire. Cet album de Max Bolliger, illustré par Klaus Ensikat fait partie de la liste d’ouvrages de référence pour le 3eme cycle.

L’histoire de Renard & Renard

Comme son titre l’indique l’album met en scène deux renards. Alors qu’ils sont en tout point physiquement identiques, leurs points d’intérêts, envies, mode de vie sont totalement opposés. L’un a un esprit aventurier alors que l’autre préfère la sécurité de son terrier.

L’auteur met en avant ces différences au travers des activités réalisées par chacun d’eux sur une période de 7 jours.

Néanmoins, ils pensent toujours l’un à l’autre et se retrouvent régulièrement.

Une belle histoire sur l’amitié, mettant en avant qu’il n’est pas nécessaire d’être 100% identiques pour bien s’entendre.

Les illustrations

Ces tableaux à l’encre, hachurés, ont un cachet de vieil album. Pourtant détrompez vous il est de 2002. On y retrouve nos deux compères habillés tels des humains, façon années 30. Je ne suis pas une grande fan de ce style mais on ne peut nier la richesse des détails de chaque illustration.

L’album se présente avec systématiquement une illustration sur une des deux pages et le texte qui la raconte sur l’autre.

Renard & Renard

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent La reine des fourmis a disparu

La reine des fourmis a disparu

La reine des fourmis a disparu a fait sa première apparition il y a plus de 20 ans maintenant aux éditions Albin Michel Jeunesse. Il a été réédité en 2016 avec une illustration exclusive supplémentaire. Il avait remporté en 1997 le Prix Sorcières.

Cet album s’adresse aux « plus grands », comprendre les 8-12 ans.

Le tandem Fred Bernard/ François Roca compte 23 albums.

Les Illustrations

François Roca a illustré de nombreux albums pour grands auprès de cette maison d’édition. Ses peintures grand format emportent le lecteur dans l’univers singulier de l’album. Il fait partie des sélectionnés pour représenter la France, pour l’édition 2020 du Prix Hans-Christian-Andersen, dans la catégorie Illustration (prix international danois).

Ici, il s’agira de la découverte de la forêt puis d’un Musée d’histoire naturelle du point de vue de la minuscule fourmis rouge. A chaque passage de l’histoire correspond une illustration qui va ainsi accompagner notre lecteur dans la compréhension du texte (et ses nombreuses métaphores).

L’histoire

C’est une enquête que propose ici Fred Bernard. Car en effet, la reine des fourmis a disparu. Mandibule de Savon et son assistant Elytre de lait son chargés de l’enquête. Leur seul indice : un poil gris. Le lecteur va donc suivre les interrogatoires menés par les deux courageuses fourmis auprès des habitants de la forêt. Poil après poil elles vont remonter la piste de l’origine de celui qui les intéresse et retrouver leur reine. Car d’elle dépend la survie des milliers d’individus que compte sa fourmilière.

Le style d’écriture est soutenu. C’est avec beaucoup d’humour que l’enquêteur Mandibule de Savon partage avec le lecteur l’avancée de l’enquête. Ainsi que l’opinion qu’il porte aux observations de son assistant. Une belle façon de s’initier au genre du polar.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Les Romans-doc sur la préhistoire

Romans-doc

Après Préhistomania nous poursuivons nos lectures sur le thème de la Préhistoire. Ceci au travers de deux ouvrages de la série Les Romans-doc des éditions Bayard jeunesse:

  • Yéga, l’enfant de la préhistoire qui aimait les chevaux
  • Tana, l’enfant qui sculptait les menhirs.

Le principe

Ces ouvrages sont adaptés au cycle 3 et accessibles dès 8 ans. Le principe est simple : un roman + des pages documentaires.

L’histoire de chacun des romans n’est qu’un moyen de mettre en scène l’ensemble de ce nouveau vocabulaire à acquérir. Même s’ils sont bien construits, ce n’est néanmoins pas pour leur qualité littéraire que je vous les recommande. Chaque roman se découpe en 5 chapitres. Le personnage principal a une dizaine d’années ce qui permet au jeune lecteur de s’y identifier et de se mettre ainsi plus facilement dans le contexte.

Les pages documentaires s’intercalent entre les pages du roman, sur une page double ou simple selon la thématique abordée. Bien entendu leur objet est en lien avec l’histoire.

Les illustrations sont variées et soignées.


Avis sur les Romans-Doc

Ces petits livres de 45 pages, très bien pensés, permettent à l’enfant de se construire un socle de connaissances en Histoire plutôt intéressant.

A compléter bien sur par des visites de musées ou de lieux historiques, ainsi que le visionnage de vidéos.

La collection compte une trentaine de titres retraçant l’Histoire. C’est sans hésitations que je prolongerai notre série en acquérant deux Romans-doc sur l’Antiquité cette fois :

  • Carantos, le jeune gaulois qui survécut à Alésia
  • Titus, le jeune romain gracié par l’empereur.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous… L’objet de la semaine #11 – La cabane dans l’arbre de Lego

la cabane dans l'arbre

La cabane dans l’arbre de Lego (n°21318) est un ensemble de 3036 briques. A force d’aider P’tit bout à faire les siens je me suis rendue compte que j’adore cela XD Du coup pour cette fois j’en ai demandé un rien qu’à moi au père noël ^^

Personnellement cela me détend. Je sais qu’à l’inverse il y en a que cela stress, chacun son truc après tout.

Cet ensemble peut se construire en deux versions : un feuillage d’automne et un autre de printemps. Pour le coup j’ai préféré lui donner sa ramure dorée. Peut être que vers Mars-Avril j’aurai envie de verdure, je pourrais toujours la changer. Prévoir une dizaine d’heures mal compté (car lorsque l’on aime on ne compte pas hein?).

Cela m’a donné envie d’en faire plein! Le hic reste le prix de ces ensembles (c’est que c’est quand même pas donné) et la place que cela prend. Cela me donne une raison supplémentaire de me décider à aménager les combles de la maison. Vous imaginez, une grande table où je pourrais construire toute une ville comme le papa dans le film lego movie? Après la cabane dans l’arbre je me verrais bien commencer ma future ville par la librairie. Le top!

Bon, reste plus qu’à gagner au loto XD

J’ai essayé pour vous…Pokemon Epée et Bouclier

Pokemon Epée

Plus précisément j’ai joué à la version Epée, mais comme toujours dans les jeux Pokemon de chez Nintendo il n’y a que peu de différence entre les deux versions du jeu.

Comme annoncé dans le billet sur les mangas Pokemon, ce nouvel opus correspond à la lancée de la huitième génération qui se déroule dans un nouveau monde: Galar.

L’histoire

Le jeu est accessible aux enfants de 7 ans. L’histoire est construite pour les plus jeunes. Vous pouvez les laisser s’y amuser sans inquiétude. Vous incarnez un jeune dresseur et son rivale qui vont faire le tour des arènes pour défier tous les champions. Ceci afin de pouvoir en finalité défier le Maître et remporter son titre.

En parallèle vous explorerez la légende des héros de Galar : les Pokémons Épée et Bouclier.

En chemin l’objectif est comme toujours de les capturer tous.

Une fois le jeu terminé une première fois, une seconde aventure se lance. Vous êtes désormais le Maître de Galar et vous vous opposerez à un duo d’excités qui créent des problèmes. Cette « suite » est l’occasion de capturer le Pokémon légendaire.

A partir de cette seconde fin vous aurez toujours accès au jeu pour compléter votre Pokedex s’il vous en manque.

La particularité du monde de Galar est la possibilité de dynamaxer les Pokemons en des endroits particuliers : comprendre leur donner une forme gigantesque pendant trois tours de jeu.

La jouabilité

Je l’ai trouvé plus abouti que Let’s go Pikachu. Les différents niveaux sont moins longs ce qui évite de rendre certaines phases du jeu agaçante lors de l’exploration. Les « donjons » sont également plus simples ce qui évitera aux plus jeunes de décrocher.

L’interaction avec vos Pokemons pour améliorer votre lien d’amitié se fait lors des phases dites de Camping où vous pourrez discuter ou jouer avec eux et leur préparer à manger. Plus votre Pokemon vous apprécie plus il sera efficace lors des combats.

Votre personnages est personnalisable tant dans ses caractéristiques physiques que sa tenue le long du jeu.

L’exploration des terres sauvages permet de lancer des raids avec d’autres joueurs (abonnement online nécessaire) pour affronter ensemble des Pokemons dynamaxés. Je n’ai pas du tout testé cette partie du jeu.

A priori pas d’interaction avec Pokemon go comme cela était le cas dans le précédent opus. De même l’accessoire Pokeball plus n’a ici aucun intérêt. Vous ne pourrez pas l’utiliser comme manette pour capturer vos Pokemon. Au mieux vous pouvez y sauvegarder un Pokemon pour l’emmener avec vous façon tamagoshi. Ce qui concrètement ne représente aucun intérêt.

Avis

C’est un bon jeu pour les enfants, dont l’histoire défend des valeurs d’amitié et de courage. Le cheminement est facile, le graphisme est bon (le meilleur de tous les opus je dirais) et la durée du jeu n’est pas excessive, ce qui leur permettra d’en venir à bout avant de se décourager.