J’ai essayé pour vous…Chut les enfant lisent mort au loup

Mort au loup

J’ai essayé pour vous…Chut les enfant lisent Mort au loup

Philippe Jalbert aux éditions seuil jeunesse nous offre une version plus contemporaine des histoires de loup.

Un album à glisser entre les mains des enfants dès 6 ans. Le texte s’entremêle dans les illustrations façon prélude de bande dessinée même si les cases et les bulles ne sont pas clairement affichées.

L’histoire

C’est l’histoire de 3 petits cochons, d’un grand loup et d’un chien instructeur militaire. Ce dernier essai dans les premières pages de l’album d’initier les trois petits cochon à la stratégie. Mais il ne comprennent rien. Ils en repartiront avec un plan très simple faute de mieux. Mais voilà qu’en cherchant à le mettre à exécution, le loup ne coopère pas dans le sens souhaité. Soit il est trop gentil soit il est définitivement trop malin; difficile à savoir finalement.

On rigole du début jusqu’à la fin. Les dialogues décalés à souhait apportent beaucoup de fraîcheur dans cette revisite des contes de loups où les cochons cherchent à prendre leur revanche.Mais y arriveront-ils? On en doute sérieusement tellement ils semblent dénués de bon sens. Jusqu’au bout le suspens demeure, ils ne vont pas y arriver…le loup va finir par les manger. Ou pas?

        

Les illustrations

Le dessin précis sur fond blanc ne s’encombre pas d’un décor superflu. Parfois la scène se déroule en plusieurs étapes sur une même page telle une véritable planche de BD, d’autres fois ce sera une unique illustration en centre de page. D’autres fois ce sera des illustrations pleine page lorsque l’instructeur se met vraiment en colère par exemple. Cela accompagne le rythme de l’histoire tout en laissant le temps de bien regarder les illustrations

 

Mais finalement ce loup? C’est un gentil ou un méchant? Cet album est un bon moyen aussi de se questionner sur les apparences et d’engager la discussion avec les p’tits bouts sur ce sujet.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…nos beaux doudous

nos beaux doudous

J’ai essayé pour vous…nos beaux doudous

Cet album est accessible en histoire du soir à partir de 3 ans aux éditions Didier jeunesse.

Le sujet

Les p’tits bouts et leurs doudous, s’est souvent une grande histoire d’amour. Ici, sans culpabilité ni remord, un petit garçon devenu grand explique combien lui et son doudou étaient inséparables. Au point que ce n’est pas lui qui grandissait mais son doudou. Tant et si bien qu’il occupait toute la place.

Puis le petit garçon s’est lié d’amitié avec une petite fille. Elle aussi d’ailleurs avait un immense doudou qui ne la quittait jamais. Mais cela ne les a pas empêché de se lier d’amitié. Leur amitié en est devenue si forte qu’ils en ont oublié leurs doudous tant ils étaient occupés à jouer ensemble et grandir ensemble.

Mais leurs doudous occupent toujours une place importante dans leur cœur, preuve en est la fête organisée pour leurs retrouvailles.

C’est avec beaucoup de poésie que Stephane Servant déroule cette belle histoire très imagée.

Les illustrations

Les dessins aux coloris très doux de Ilya green accompagnent parfaitement le texte.

   

 

A découvrir absolument !

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

 

 

 

 

Chut les enfants lisent ….Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie

Art et mythologie

Chut les enfants lisent ….Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie

 

En classe, la maîtresse de P’tit bout leur a fait découvrir les créatures mythologiques au travers de leurs représentations par différents artistes.

En Février lors de notre visite du Musée Fabre, nous avons recherché ces créatures dans les différentes œuvres exposées. Tout en écoutant la guide bien entendu pour pouvoir retrouver l’oeuvre mystère.  Autant dire que les deux bronzes de Barye ont davantage captivé son attention que les explications de la guide sur la découverte de la lumière en Orient par Delacroix.  Ainsi il devenait essentiel de savoir si Thésée avait pu l’emporter contre le Centaure et le Minotaure. Mais également qui du Minotaure ou du Centaure l’emporterait s’ils s’affrontaient?

Je n’allais pas freiner son enthousiasme sur la question et lui ai donc laissé quartier libre pour explorer la librairie du musée pour se choisir un livre. Il est revenu très embêté avec 4 livres ne sachant pas trop lequel choisir. Ses explications m’ont tellement faire rire que nous les avons tous pris.

Mon petit livre d’art pour raconter la mythologie

Par Aude Le Pichon au édition du Seuil. Cette collection s’adresse aux enfants ayant entre 6 et 9 ans.

Par ordre alphabétique, chaque double page décrit sommairement un personnage mythologique sur la page de gauche. Et en pleine page sur celle de droite une oeuvre qui le représente. Nous retrouvons ainsi Thésée combattant le Minotaure, version Picasso. En bas de chaque page de gauche, une petite question ludique pour inciter les enfants à s’attarder dans l’observations des œuvres. Toutes les solutions sont à la fin de l’ouvrage. Pour ce qui concerne cette double page, le lecteur est invité à trouver l’autre arme de la scène que l’épée qui transperce le minotaure déjà citée dans le texte. En l’occurrence la pique que tient la cavalière en arrière plan.

 

 

Mon petit livre d’art

De la même collection et du même auteur. Cet ouvrage est d’ailleurs antérieur au précédent.

Par ordre chronologique cette fois et non pas alphabétique, Aude le Pichon propose un panorama de l’évolution de l’art de ses débuts jusqu’aux années 80. Ainsi cela débute par la frise des petits cerfs de la grotte de Lascaux et se termine avec le Superman de Andy Warhol. Elle garde le même format de présentation. A gauche l’année, l’artiste, le nom de l’oeuvre, une petite explication de l’oeuvre et une question. A droite le tableau en pleine page.

 

 

Pour être complète sur cette collection des éditions du Seuil, il semblerait qu’il en existe un troisième intitulé Mon Petit livre d’art pour raconter l’histoire.

Les éditions quelle histoire

Deux livres de cette maison d’édition ont retenu son attention : Les héros de la Mythologie, et Histoire des arts.  A mon avis ils s’adressent plutôt aux enfants qui sont déjà en cycle 3. Le marque page ne me semble pas avoir beaucoup avancé depuis la dernière fois. Je ne suis pas une grande fan des illustrations proposées mais j’admet que le concept d’une série consacrée à l’Histoire pour les plus jeunes est intéressante. Des jeux viennent égayer les ouvrages sous la forme de quizz, cherche et trouve et autres énigmes.

Les héros de la mythologie ne s’attache qu’à 4 d’entre eux : Hélène, Ulysse, Hercule et le fameux Thésée. Chacun des 4 héros voit son histoire se décliner en plusieurs chapitres sur autant de pages. Ainsi le lecteur peut interrompre sa lecture à chaque fin de page. Cela reste néanmoins long. Il faut ainsi 15 pages pour lire intégralement l’histoire de Thésée. D’où mon avis que le CE1 s’est probablement encore un peu tôt.

Histoire des arts fait le choix, à l’image de Mon petit livre d’art, de présenter l’évolution de l’art chronologiquement au travers de 6 périodes:

  • Préhistoire
  • Antiquité
  • Moyen âge
  • Temps modernes
  • Révolution et XIXe siècle
  • Période contemporaine

Il aborde cependant les arts au sens large évoquant bien entendu l’art pictural mais également la musique, l’architecture, la littérature, les bijoux, etc. Je trouve néanmoins dommage que ce soit des illustrations « pour enfant » et non pas des photographies. Mais peut être que s’est plus accrocheur pour des mômes et ils auront tout loisir dans leurs années collège de revenir sur ces sujets.

 

Quoi qu’il en soit au travers de ces 4 ouvrages il y a de quoi se constituer un joli bagage autour des arts et de la mythologie.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Ainsi va la vie avec Max et Lili

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Ainsi va la vie avec Max et Lili

 

Cette collection parait aux éditions Calligram. Elle compte à ce jour 116 titres qui traitent avec humour des sujets de société et des situations du quotidien. C’est Dominique de Saint Mars qui porte le texte de ces petits ouvrages en collaboration avec l’illustrateur Serge Bloch. Tous deux collaborent avec les éditions bayard presse, ce qui dans mes références personnelles est un critère de qualité en matière de littérature jeunesse.

Ces petits livres sont accessibles dès le CE1.

L’avis de P’tit bout

Déjà il s’est lancé tout seul dans cette collection. Je ne peux que l’encourager à lire. Son enseignant la lui a fait découvrir à la bibliothèque, et dès qu’il les a vus à la librairie, il a voulu en acheter un.

Par ailleurs il apprécie le format BD, et le fait que l’histoire est assez courte pour qu’il puisse la lire d’une traite.

Par contre il ne les achète pas en fonction de l’intérêt qu’il porterait à un sujet en particulier. Il les achète dans l’ordre de leur parution parce que c’est l’ordre qui lui parait le plus logique.

Que retenir ?

Chaque ouvrage aborde un sujet spécifique. L’histoire met en scène Lili, Max, voir les deux, qui se retrouvent concernés par le sujet en question. A la fin du livre des questions invitent le petit lecteur à réfléchir par lui même au sujet abordé, et au besoin d’en discuter avec ses parents ou ses amis pour savoir ce qu’ils en pensent. P’tit bout semble ne pas trop s’attacher à cette partie là. Et il me semble que cela ferait un peu lourd de l’obliger à ce qu’on les regarde ensemble s’il n’a pas envie d’aborder le sujet en question avec moi. Ces petits livres sont plutôt construits dans l’idée de l’élaboration personnelle de sa propre capacité de réflexion. Peut être plus tard quand un des livres abordera un sujet qui le touche vraiment il viendra m’en parler.

 

Ils sont plutôt abordables puisque vendus 5.50 euros l’unité. Certes dans l’imaginaire de P’tit bout nous les achèterons tous mais soyons réalistes, au rythme de 1 à 2 par mois, il arrivera à un âge où ces petits livres ne l’intéresseront plus avant d’être arrivé au bout de la collection.

Quel que soit l’ordre dans lequel ils les découvrent, dès qu’ils seront en âge de savoir lire, vos P’tit bouts devraient les apprécier.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

 

 

 

 

J’ai essayé pour vous…Les cartes Défis nature dinosaures

J’ai essayé pour vous…Les cartes Défis nature dinosaures

Enfin c’est surtout P’tit bout qui a essayé XD

Il était partit avec l’idée fixe de trouver à Polymome (temple de la librairie jeunesse pour ceux qui ne sont pas du coin) des cartes dinosaures. Je ne saurai pas vous dire s’il a eu un grand coup de bol ou s’il savait précisément ce qu’il cherchait. Nous sommes revenus avec deux paquets de cartes Défis nature dinosaures. Et il en a été enchanté.

Bioviva

Quelques mots sur le fabricant tout d’abord. En effet il est essentiel de noter que l’équipe de conception travaille depuis Montpellier même. La fabrication se déroule 100 Km plus loin dans la Drôme Provençale. Ainsi c’est une gamme de jeu 100% française.

La gamme de jeux s’adresse depuis les tout petits (3 ans) avec des jeux d’éveil jusqu’au plus grands avec des jeux de cartes et sociétés plus élaborés.

Les cartes défis nature dinosaures

P’tit bout voulait que sur sa carte figure une image du dinosaure, une rapide présentation, son lieu de vie, ce qu’il mange et s’il avait deux dinosaures l’un face à l’autre lequel l’emporterait. (Un réflexe Pokemon pour ce dernier point à mon avis).

En vrai voici ce qui figure sur chaque carte :

Il y a bien une image du dinosaure. L’illustration nous permet d’imaginer son lieu de vie. Il y a une rapide description au dos de la carte qui précise les particularités du dinosaure en question. Mais également son lieu de vie s’il est particulier. Ainsi que le plus souvent son régime alimentaire.  Chaque dinosaure par ailleurs est défini par 5 caractéristiques : sa longueur, son poids, depuis combien de temps il est apparu sur terre, son indice d’agilité et son indice de dangerosité. Donc oui il y a moyen de déduire s’il y avait un face à face qui des deux l’emporterait.

Cela répondait donc intégralement à ses espérances. Nous sommes donc en quête (enfin surtout lui) de la boite n°3 sur le même thème. Il ne sait pas si elle existe. Je vous confirme qu’elle existe bien. Je lui communiquerai cette information en temps utile.

Le jeu

Donc P’tit bout se satisfaisait amplement d’avoir trouvé les cartes qu’il recherchait (et qu’à défaut il était prêt à élaborer lui même s’il ne les avait pas trouvée). Mais il y a quand même un mode d’emploi dans ta boite chouchou, tu ne veux pas essayer avec les vrais règles?

La bonne idée que voila. Des règles très rapides d’accès. Mon seul regret est de ne les avoir essayées qu’à deux pour le moment. On peut jouer jusqu’à 6 joueurs, ce qui doit êtes drôlement plus fun.

Celui dont c’est le tour de jouer annonce qu’il met au défi les autres d’avoir un dinosaure par ex le plus long. Chacun retourne la première carte de son tas. Le joueur dont le dinosaure a la caractéristique taille la plus élevée remporte les cartes des autres et c’est à son tour de mettre au défi les autres joueurs. Et ainsi de suite. Le joueur qui a empoché les cartes de tous les autres remporte la partie. Au fil des parties l’air de rien vous finissez pas savoir que le Paralititan fait partie des très grands dinos et que ce n’est pas sur un défi d’agilité que vous l’emporterez.

Le jeu est accessible à partir de 7 ans (ou à minima dès acquisition de la lecture) . Pour ce qui nous concerne nous avons joué avec les cartes sur la thématique des dinosaures mais il y en a plusieurs autres. Il y a également une gamme de cartes défis nature junior à partir de 4 ans.

Conclusion : vous apprenez tout en vous amusant et c’est un concept que j’adore. Il est donc fort probable que je fasse d’autres essais de cette gamme de jeux dès que j’en ai l’occasion 😉