J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Vive la vie, Gabi!

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Depuis que P’tit bout a franchi le cap de l’apprentissage de la lecture, je trouve qu’il est à un âge un peu bancal entre l’album et le roman. Il lui faut des textes qui ne soient pas trop longs, dont l’histoire ne fasse pas bébé non plus. Et avec quelques illustrations quand même parce que sinon c’est trop triste. C’est parfois le casse tête pour trouver le livre qui trouvera le bon équilibre.

La collection Mouche de l’école des loisirs propose des petits romans sympas à lire tout seul pour les 6-8 ans. Ils sont d’auteurs / illustrateurs différents. Nous commençons à en avoir quelques uns à la maison, et à ce jour aucun ne l’a déçu.

La dernière acquisition s’intitule Vive la vie, Gabi!

Les illustrations – Le style Soledad Bravi

Soledad Bravi est à la fois la fois auteure et illustratrice de ce petit roman. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’exerce à la réalisation d’un ouvrage pour enfants. Si vous n’arrivez pas à rattacher son nom à quelque chose de concret, essayez de vous souvenir plutôt de ses illustrations. Mais si vous en avez forcément déjà vu. Par exemple dans un magazine Elle ou sur un tube de crème pour les mains ou d’une lime lors de ses collaborations avec l’Occitane. Des demoiselles longilignes, pimpantes de gaieté. Tel la Gabi de ce roman. Soledad c’est également toute la collection « les paresseuses  » qui se décline sous différentes formes.

L’histoire

Gaby a 7 ans. Elle est pleine de vie. Elle vit des aventures formidables en s’intéressant aux petites bêtes qui l’entourent. En regardant les nuages. En marchant pieds nu dans une rivière ou dans l’herbe. Toutes ces choses que nos petits citadins n’ont pas forcément l’occasion de faire. Des journées en famille à la maison de campagne, des piques niques, du camping dans un combi VW. De quoi donner l’envie de partir de suite en balade pour attraper des têtards et des papillons. Avec également un message de fond de respect de la nature aussi. On peu piéger les frelons asiatiques mais il ne faut pas faire de mal aux abeilles. On peut capturer un lézard pour l’observer mais avant de reprendre la route il faut penser à le relâcher et ne pas l’emmener avec soi à la maison.

 

Un petit roman bien agréable à lire. Petit plus, il est découpé en 4 chapitres, ce qui permet au jeune lecteur de se fixer le chapitre comme objectif de lecture et ne pas se décourager face à un nombre de pages qui lui paraîtrait trop important de prime abord.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…de suivre un DIY selon les consignes de P’tit bout

J’ai essayé pour vous…de suivre un DIY selon les consignes de P’tit bout

Une fois n’est pas coutume, cette fois-ci P’tit bout a voulu inverser les rôles. C’est lui qui a animé notre atelier créatif. Il s’est fortement inspiré d’un bricolage réalisé en TAP à la période de la fête de Pâques. Il tenait à ce que je partage ce moment avec vous sur ce blog, comme je le fais de temps en temps pour les bricolages réalisés à la maison. Cette cocotte en carton servira de base décorative pour un pot à crayon ou faire germer des graines.

Les matériaux à assembler

  • boîte d’œufs (sans les œufs)
  • ciseaux
  • pinceau
  • feutrine rouge
  • peinture blanche
  • colle liquide
  • feutre noir
  • pot de petit suisse (vide lui aussi)

Les différentes étapes de la confection

Commencez par découper un coin de la boite d’œufs en y conservant accolée une des colonnes. Vous devez obtenir ceci :

Peignez le intégralement en blanc.

Découpez dans la feutrine une crête et deux triangles rouges de tailles égales.

 

Une fois la peinture blanche sèche, collez la crête au sommet de la colonne en masquant autant que possible le trou. Utilisez les deux triangles pour confectionner un bec en les collant cote à cote telle une petite tente.

Enfin, dessinez lui deux grands yeux au feutre noir, de face ou sur les cotés selon votre inspiration.

P’tit bout pour cette version a voulu en faire un pot à crayon. C’est la raison pour laquelle il a fait le choix du pot de petit suisse à poser. On peut y ranger des crayons de couleurs de petite taille, tels que ceux remis aux enfants dans les restaurants pour les faire patienter.

Dans la version originale du TAP, c’est une demi coquille d’œuf qui remplaçait le pot de petit suisse. Le fond de la coquille avait été tapissé de coton humide et des graines de lentilles y avaient été mises pour germer. C’était plutôt mignon.

 

 

J’ai essayé pour vous…Troll & Dragon

Troll & Dragon

J’ai essayé pour vous…Troll & Dragon

Dernière acquisition de P’tit bout : Troll & Dragon. Il s’agit d’un jeu de 2 à 5 joueurs, à partir de 7 ans, proposé par l’éditeur de jeux Loki. Une partie dure une vingtaine de minutes.

Le pitch : vous incarnez un aventurier qui va affronter de terribles dangers pour rapporter à son roi un trésor plus conséquent que les autres. Pour se faire, vous aller chercher à piller une grotte de diamants protégée par un Troll. Mais également chercher à voler le trésor d’un Dragon.

 

Le matériel

Troll & Dragon

Le matériel est très soigné. Les graphiques sont sympas et colorés. La qualité du tout garanti de nombreuses heures de jeux.

Ainsi vous avez tout d’abord la boite en elle même qui sert de plateau de jeu. Le fond de la boite se divise en deux parties. Une grotte de diamant d’un coté, la salle du trésor de l’autre.

 

Chaque joueur dispose d’un sac d’aventurier à l’effigie du personnage qu’il souhaite incarner : dame viking, vieux roublard, chat botté, chevalier, archère.  Le Troll est également représenté par une grosse main violette.

60 diamants et 50 pépites d’or joliment reproduis viennent compléter l’ensemble. C’est appréciable que ce ne soit pas de simples jetons en cartons.

Enfin vous trouverez également trois lots de dés.

Troll & Dragon

Déroulement d’une partie

Troll & Dragon

Phase A :  la grotte de diamant

Le premier joueur se lance. Il est virtuellement dans la grotte de diamants. Observez bien le plateau de jeu, vous identifiez sur le coté le Troll, mais également au fonds une porte. Cette porte est verrouillée. Pour la franchir et atteindre ainsi la salle au trésor il vous faut une clef.

Le joueur actif lance les 4 dés blancs dits de Grotte de diamants. Chaque dé peut afficher 4 résultats : un diamant, un troll, une porte, une clef. Un dé qui affiche un troll est mis de coté, bloqué. Pour chaque dé qui affiche un diamant le joueur en dépose autant à coté de son sac d’aventurier. S’il a une porte ou une clef il peut mettre ces dés de cotés pour symboliser qu’il a trouvé la porte et / ou la clef. Il lui faut trouver les deux pour passer à la salle suivante. Il relancera les dés autant de fois qu’il le souhaite jusqu’à ce :

  • qu’il puisse et veuille passer à la pièce suivante,
  • qu’il décide de quitter la grotte pour mettre ses diamants à l’abri. Dans ce cas il doit crier « je sors ». Ils les dépose alors dans son sac et il ne pourra pas les perdre jusqu’à la fin de la partie. Cependant son tour est terminé.
  • que tous ses dés soit bloqués par le troll ou mis de cotés et qu’il n’en ai donc plus à lancer. Le Troll attrape le voyageur et le dépouille des diamants trouvés dans ce tour de jeu. Les diamants sont posés dans la grosse main violette.

Si le joueur n’est pas passé à la salle au trésor, c’est le tour du joueur suivant.

Phase B : la salle au trésor

Cette fois le joueur dont s’est le tour de jeu prend les dés jaunes tandis que les autres joueurs vont se passer à tour de rôle les dés rouges.

Le joueur va lancer le plus rapidement possible et autant de fois que possible les dés jaunes dans le but de récupérer le max de pépite d’or. Beaucoup de faces n’indiquent rien, certaines indiquent 1 pépite et d’autres 2.

En parallèle les adversaires vont lancer à tour de rôle et aussi vite que possible les dés rouges. A chaque fois qu’un dé rouge affichera le dragon, le dé sera mis de coté et les adversaire crieront « dragon ». Lorsque les deux dés dragon seront de coté, alors « dragon réveillé ». C’est la fin du tour. Les adversaires se partagent le butin récupéré par le Dragon mais également les éventuels diamants présents dans la main du troll.

A tout moment le joueur peut crier « Je sors » pour mettre les pépites d’or et les diamants trouvés dans ce tour de jeu à l’abri dans son sac d’aventurier avant que le dragon ne se réveille.

Désignation du vainqueur

Chaque joueur va ainsi à tour de rôle faire la phase A et l’éventuelle phase B. Et ce jusqu’à ce qu’il n’y ai plus de diamants dans la grotte ou de pépites d’or dans la salle au trésor.

Les joueurs vont alors comptabiliser qui est celui qui a rapporté le trésor dont la valeur est la plus importante, sachant qu’une pépite d’or vaut 3 points alors qu’un diamant n’en vaut qu’un seul.

Pour aider les plus jeunes à compter de 3 en 3 la valeur des pépites d’or, ils pourront retourner leur sac d’aventurier :

Troll & Dragon

En posant une pépite dans chaque case en partant du bas et en suivant les flèches, ils pourront lire la valeur totale de leurs pépites d’or. Il ne restera plus qu’à y additionner le nombre de diamants trouvés.

 

Pour conclure

C’est un petit jeu vraiment sympa. Le déroulé du jeu est un peu déroutant au début mais on s’y fait rapidement. Au début P’tit bout avait tendance à vouloir rester jusqu’au bout et finissez fatalement par se faire récupérer son trésor par le Troll ou le Dragon. Maintenant il commence à mesurer la prise de risque, je le tente encore, je joue la prudence…C’est assez excitant dans l’ensemble. On se laisse facilement prendre à jeter les dés et à crier les différentes actions pour aller vite.

J’ai essayé pour vous….Chut les enfants lisent la revue Dada consacrée à Miyazaki

revue dada Miyazaki

J’ai essayé pour vous….Chut les enfants lisent la revue Dada consacrée à Miyazaki

Le revue Dada

Cette revue mensuelle a pour ambition de faire découvrir l’art sous toute ses formes. Le pari de la revue est de s’adresser à toute la famille, de 6 à 106 ans. Comme il s’agit d’une revue et non pas d’un magazine, vous pourrez trouver chez votre libraire les anciens numéros. Ainsi vous avez la possibilité de vous abonner et recevoir chaque mois le dernier numéro. Ou les acheter à l’unité en fonction des sujets qui vous intéressent. C’est ainsi que nous avons acquis celui consacré à Miyazaki pour faire le lien avec le thème du début de nos vacances tout en en profitant pour découvrir cette revue que nous n’avions pas encore eu l’occasion de feuilleter.

Numéro Miyazaki

Le numéro consacré à Miyazaki est paru en Janvier 2015.

L’art de Miyazaki

Tout d’abord la vie de l’artiste est tracée. Puis les éléments qui font de chacun de ses films un succès.

Ensuite la revue décrit le principe de l’animation : comment aboutir d’un dessin fixe à un dessin en mouvement. En y intégrant la mise en scène : cadre, lumière, ambiance. Et susciter l’émotion. Une double page entière est ainsi consacrée au film Mon voisin Totoro. La séquence au cours de laquelle Mei poursuit une petite bête aux grandes oreilles pour arriver jusqu’au terrier de Totoro est décortiquée. La revue explique la fluidité du mouvement dans la course poursuite, puis le moment de pure tendresse lorsque Totoro et Mei se retrouvent face à face et font connaissance.

 

Puis vient une partie consacrée aux sources d’inspiration de l’artiste et à ses disciples.

Enfin cette grande partie de la revue consacrée à Miyazaki se clôture par ce qui doit être le cas dans chaque numéro : un ABC D’art. Autrement dit un glossaire reprenant 25 mots en lien avec l’artiste.

Dessins art’nimés

La revue se poursuit par deux ateliers plastique pour passer à la pratique. Ce numéro propose de créer une créature fantastique en pâte à modeler durcissante. L’ambition va jusqu’à envisager de pousser l’enfant à imaginer de lui même la créature à laquelle il donnera forme. Avec P’tit bout nous nous sommes contentés pour commencer par reproduire un Totoro. Il faut avoir déjà une bonne maîtrise de la pâte à modeler pour réussir à imaginer sur le papier une créature à laquelle on donnera vie en 3D. Ou le modelage risque de ne pas ressembler à la créature imaginée au départ. Peut être à partir de 8-9 ans.

Le second atelier propose de créer un layout, permettant de travailler le découpage d’un même mouvement en 4 séquences associées à une notion de profondeur. C’est extrêmement difficile pour un enfant. A mon sens avant 12 ans cela parait compliqué.

aRtualités

La revue propose ensuite un jeu autour d’une oeuvre en lien avec une exposition en cours : il s’agit ici de deviner ce que peut bien dire la fée à la paysanne dans l’oeuvre La légende Bretonne de Edgard Maxence.

Enfin la revue ce termine par l’actualité des expos et des livres du moment, ce qui présente peu d’intérêt lorsque vous n’avez pas le dernier numéro entre les mains.

Conclusion

La revue est de belle qualité d’impression en papier glacé. Elle est riche en illustrations. Elle tient ses promesses concernant un apport de connaissances très intéressantes sur l’artiste Miyazaki et l’animation des studios Ghibli. Personnellement j’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. Sauf qu’elle ne m’était pas adressée initialement. La revue est beaucoup trop ambitieuse pour être accessible à partir de 6 ans. 10 ans me parait plus adapté. Néanmoins elle a permis une première sensibilisation et P’tit bout saura s’y référer de nouveau lorsqu’il voudra aller plus loin dans sa lecture.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Un Totoro en patarev

Totoro en patarev

J’ai essayé pour vous…Un Totoro en patarev

 

Je me suis inspirée de la rubrique dessin art’nimés du numéro de la revue Dada consacrée à Miyazaki pour proposer à P’tit bout de réaliser un Totoro en patarev. Totoro, c’est l’adorable créature fantastique de l’animé éponyme que je lui ai fait découvrir récemment. On craque tous pour cette boule de poils.

La Patarev

Il s’agit d’une pâte à modeler qui durcit à l’air libre, proposée par la marque Sentosphère. Vous pouvez la trouver en tube de 10 pots de couleurs différentes ou en différents coffrets découvertes. Elle ne colle pas aux doigts et ne tache pas. Aussi elle s’effrite beaucoup moins qu’une pâte à modeler classique. Elle permet de réaliser de petites figurines, des portes clefs, des décorations de bout de crayon, des broches, etc dès l’age de 5 ans avec plus ou moins de succès.

Les couleurs peuvent être mélangées entre elles pour en créer une nouvelle. Il vous faudra malaxer quelques minutes pour obtenir une texture homogène si vous ne voulez pas avoir un effet marbré.

Les différentes étapes du Totoro

Voici une idée de créature en patarev réalisable à partir de 7 ans.

1 Les couleurs

Nous avons utilisé des pots de couleur blanc, noir, violet, jaune et rouge.

Nous avons tout d’abord créé les couleurs qui nous intéressaient. Selon que vous voulez un Totoro qui tend plus vers le gris, le mauve ou le bleu, vous adapterez votre mélange.

Pour obtenir notre mauve nous avons mélangé à part égale du violet et du blanc. Puis nous y avons progressivement ajouté du noir. Attention le noir fonce très rapidement la couleur. Il vous faudra une quantité importante de mauve.

Pour obtenir la couleur du bidon, nous avons mélangé à parts égales du rouge, du jaune et du blanc.

2 Les formes

Ensuite nous avons préparé nos formes.

En premier une grosse boule légèrement ovale et aplatie sur le bas pour qu’il puisse tenir debout, pour le corps.

Les oreilles sont à confectionner dans le même coloris en leur donnant une forme de pointe de flèche. Prévoyez un bout assez long et aplati qui vous servira à fixer les oreilles sur l’arrière de la tête de votre créature.

Vous pouvez également prévoir une boule pour lui faire une queue façon castor sur le derrière. Prévoyez également deux ovales allongé pour les bras et un boudin très fin que vous découperez en mini tronçons pour les marques en écaille sur le bidon.

Avec la couleur rose confectionnez un disque le plus plat possible.

Enfin réalisez avec la pâte noire les moustaches, le nez, la bouche et les yeux. A ce sujet la recommandation de la revue est la suivante « l’expression du regard est très importante, c’est ce qui donne l’impression que ta créature est vivante. Pour cela, met toujours un petit peu de blanc dans l’œil, cela donne de l’éclat« .

3 L’assemblage

Commencez par fixer les oreilles et la queue. Puis posez le plus délicatement possible le disque rose de sorte à ce qu’il recouvre toute la moitié inférieure de l’ovale. Ajoutez lui ses bras, ses yeux, son nez et sa bouche. Puis délicatement posez les vermicelles mauve sur son bidon pour le faire ressembler autant que possible à l’original. Enfin ajoutez les moustaches.

Il n’y a plus qu’à le laisser sécher plusieurs heures.

Vous pouvez le laisser tel quel en figurine ou lui ajouter avant qu’il ne sèche une attache de porte clef.

Vous pouvez également si vous voulez en faire un porte bonheur écrire un mot sur une petite feuille de papier que vous aurez glissé à l’étape 2 au centre de la grosse boule mauve.