J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « réveillés les premiers »

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « réveillés les premiers »

Cet album, traduit du japonais par l’école des loisirs, constitue une très belle histoire du soir pour les 3-5 ans.

L’auteur/illustratrice Komako Sakaï permet au travers de cette histoire à ses petits lecteurs de transgresser une forme d’interdit. Se lever et explorer la maison alors que tout le monde est endormi.

L’histoire

Petite Anna se réveille alors qu’il fait encore nuit. Elle appelle sa sœur qui, profondément endormie, ne lui répond pas. La seule autre personne réveillée s’avère être le chat qui va l’accompagner dans son exploration. Petite Anna ira même jusqu’à chiper des cerises dans le réfrigérateur et personne ne viendra la gronder. En somme, le bonheur. Elle retournera auprès de sa sœur toujours endormie et lui empruntera ses affaires de grande: sa poupée, sa boite à musique, ses crayons de couleur. Très probablement des objets convoités que l’aîné garde jalousement. Petite Anna se cachera sous les couvertures pour jouer avec tout en rigolant beaucoup de constater que sa sœur ne se rend compte de rien. Petite Anna finira par se rendormir sur le lit de sa sœur alors que le roucoulement d’un pigeon annonce le petit matin.

Il y a beaucoup de tendresse et de poésie dans le déroulement de l’histoire. On a presque envie de la raconter en chuchotant pour ne pas réveiller la maison.

         

Illustrations

Chaque page est occupée par une grande illustration délimitée dans un encadré aux coins arrondis. La technique mêlant pastels, traits de fusains et touches de peinture apporte une touche feutrée qui accompagne cette exploration silencieuse. Ils renforcent également le sentiment de candeur qu’inspire cette petite fille.

 

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

 

J’ai essayé pour vous…La tresse de Laetitia Colombani

la tresse

J’ai essayé pour vous…La tresse de Laetitia Colombani

C’est tout d’abord très sceptique que j’ai débuté la lecture de ce roman. En effet, je me méfie des titres qui reçoivent l’éloge de la presse : prix relay des voyageurs lecteurs, trophée littéraire des femmes de l’économie, globe de cristal du meilleur roman. Plus un autocollant rouge signé Le parisien collé à même la couverture qui annonce « Lisez ce roman. Conseillez-le. Offrez-le »

En finalité c’est un véritable petit coup de cœur. Sans être le roman de l’année non plus,il m’a agréablement surprise.

Laetitia Colombani nous décrit un fragment de vie de trois femmes. Leur courage est émouvant. On ne saura pas en fin de compte comment leurs histoires se termineront mais peu importe. Ce que l’on en a aperçu correspond à un moment charnière de leurs trajectoires respectives. A ce trio s’ajoute une quatrième personne, anonyme, et qui s’exprime en italique 4 fois en tout au cours du roman, celle qui tresse.

D’autant que le récit est bien maîtrisé. Assez court pour ne pas en devenir ennuyant tout en nous amenant sans trop de fioriture droit au but. Ce fut une agréable lecture le temps d’un weekend.

 

La tresse de Laetitia Colombani est le roman classé en première position de la sélection Babelio 2017 dont je poursuit assidûment la lecture dès leur parution en format poche

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Le voyage d’Oregon

Le voyage d'Oregon

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Le voyage d’Oregon

 

P’tit bout a découvert cet album dans le cadre de l’abonnement école des max de l’an dernier. Louis Joos et Rascal ont de nombreux ouvrages, en commun ou pas d’ailleurs,édités dans la collection Pastel de l’école des Loisirs.

On peut le garder en histoire du soir tant que les enfants sont petits. Ils ne comprendront pas tout mais se laisseront bercer par l’histoire. Il ne devient vraiment abordable en lecture seule qu’à partir de 8/ 9 ans. J’ai trouvé cela curieux comme choix de l’intégrer à un abonnement destiné à des CP.

 

Il s’agit d’une promesse racontée sous la forme d’un road trip entre Oregon, l’ours de cirque et Duke, un clown. Ce voyage va les mener de Pittsburgh et son ciel de suie aux grandes forêts de l’Oregon. L’occasion de découvrir la carte de l’Amérique au passage : Chicago, l’Iowa, la Platte River, les Rocheuses.

    

 

Cette promesse parait totalement unilatérale dans un premier temps. Duke quitte tout, ses économies y passent. Et finalement qu’a-t-il à y gagner ? Ce sera l’occasion pour lui de construire sa propre identité. Il se définit au départ comme un clown du cirque, puis comme un nain à qui le nez rouge et le masque blanc collent à la peau. A la fin du voyage il se définit comme ayant le cœur léger et la tête libre. Il faut observer la dernière illustration pour constater qu’il a laissé son nez rouge derrière lui.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Sharko de Franck Thilliez

Sharko

J’ai essayé pour vous…Sharko de Franck Thilliez

L’objectif de poursuivre la sélection 2017 de Babelio comme fil rouge de mes lectures dès leur sortie en format poche m’a amenée à découvrir fin Mai cet auteur que je n’avais jusqu’à présent jamais lu. Pourtant ces titres s’affichent généralement en tête des ventes à l’image d’un Marc Levy ou d’un Guillaume Musso. Mais comme je ne suis pas spontanément attirée par le polar noir, je ne m’y étais jamais essayé.

L’Histoire

Comme il s’agit d’un polar je ne peux trop vous en dire sans vous gâcher le plaisir de la lecture. Manifestement le couple de héros Franck Sharko et Lucie Henebelle n’en sont pas à leur première enquête sous la plume de Franck Thilliez. Ces deux flics du 36 quai des Orfèvres semblent même plutôt du genre aguerris aux histoires les plus sordides. Le fait de ne pas avoir lu les enquêtes précédentes n’a absolument pas empêché la compréhension de l’histoire. Il y aura certainement eu des allusions à ces précédentes enquêtes que je n’ai pas su du coup apprécier mais ce n’est pas bien grave.

Lucie se retrouve malgré elle amenée à abattre un taré alors qu’elle s’intéresse à titre personnel à une vieille enquête inachevée par son oncle. Comme cela se déroule en dehors de toute enquête officielle, il s’agit légalement d’un meurtre. Sharko mettra tout en oeuvre pour maquiller la scène du crime afin de sauver leur foyer. Deux trains se mettent ainsi en marche en parallèle. L’enquête officielle du 36 quai des orfèvres concernant ce meurtre et qui va amener les flics au delà de l’imaginable dans le démantèlement de tout un réseau. Et les démarches de Skarko et Henebelle pour brouiller les pistes afin que les enquêteurs n’arrêtent pas Lucie tout en poursuivant l’enquête de l’oncle.

Le style d’écriture

J’ai beaucoup aimé le soin apporté à documenter l’enquête. Les pistes explorées sont réelles et basée sur des faits scientifiques, ce qui rend l’immersion dans l’intrigues d’autant plus prégnante. On y croit. Toute cette histoire autour du sang, la symbolique qui lui est associée, le circuit de la banque de sang, les maladies est possible ce qui rend l’intrigue réelle. Le style d’écriture est rapide, nerveux. A l’image du héros Sharko qui va plutôt foncer dans le vif du sujet que prendre des gants. Les événements s’enchaînent vite, on n’a pas le temps de s’ennuyer. Le tout est prenant et vous pousse à ne pas lâcher votre livre tant que vous ne savez pas jusqu’où cette enquête va emmener ces flics. Indice après indice c’est une descente lente dans l’horreur. Ce qui commence comme l’enquête sur la mort d’un individu un peu fétichiste prend une ampleur considérable.

Je pense que je prendrai plaisir à lire d’autres ouvrages de cet auteur. Le manuscrit inachevé vient de paraître en grand format. Qui sait, je me laisserai bien tenter dès qu’il sortira l’an prochain en format poche 😉

 

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Vive la vie, Gabi!

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Depuis que P’tit bout a franchi le cap de l’apprentissage de la lecture, je trouve qu’il est à un âge un peu bancal entre l’album et le roman. Il lui faut des textes qui ne soient pas trop longs, dont l’histoire ne fasse pas bébé non plus. Et avec quelques illustrations quand même parce que sinon c’est trop triste. C’est parfois le casse tête pour trouver le livre qui trouvera le bon équilibre.

La collection Mouche de l’école des loisirs propose des petits romans sympas à lire tout seul pour les 6-8 ans. Ils sont d’auteurs / illustrateurs différents. Nous commençons à en avoir quelques uns à la maison, et à ce jour aucun ne l’a déçu.

La dernière acquisition s’intitule Vive la vie, Gabi!

Les illustrations – Le style Soledad Bravi

Soledad Bravi est à la fois la fois auteure et illustratrice de ce petit roman. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’exerce à la réalisation d’un ouvrage pour enfants. Si vous n’arrivez pas à rattacher son nom à quelque chose de concret, essayez de vous souvenir plutôt de ses illustrations. Mais si vous en avez forcément déjà vu. Par exemple dans un magazine Elle ou sur un tube de crème pour les mains ou d’une lime lors de ses collaborations avec l’Occitane. Des demoiselles longilignes, pimpantes de gaieté. Tel la Gabi de ce roman. Soledad c’est également toute la collection « les paresseuses  » qui se décline sous différentes formes.

L’histoire

Gaby a 7 ans. Elle est pleine de vie. Elle vit des aventures formidables en s’intéressant aux petites bêtes qui l’entourent. En regardant les nuages. En marchant pieds nu dans une rivière ou dans l’herbe. Toutes ces choses que nos petits citadins n’ont pas forcément l’occasion de faire. Des journées en famille à la maison de campagne, des piques niques, du camping dans un combi VW. De quoi donner l’envie de partir de suite en balade pour attraper des têtards et des papillons. Avec également un message de fond de respect de la nature aussi. On peu piéger les frelons asiatiques mais il ne faut pas faire de mal aux abeilles. On peut capturer un lézard pour l’observer mais avant de reprendre la route il faut penser à le relâcher et ne pas l’emmener avec soi à la maison.

 

Un petit roman bien agréable à lire. Petit plus, il est découpé en 4 chapitres, ce qui permet au jeune lecteur de se fixer le chapitre comme objectif de lecture et ne pas se décourager face à un nombre de pages qui lui paraîtrait trop important de prime abord.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?