J’ai essayé pour vous …Latium de Romain Lucazeau

Latium

J’avoue, j’en avais un peu assez de lire les livres de la sélection annuelle Babelio. Elle ne contient quasi jamais de romans fantastiques ou de Science Fiction. Or c’est quand même à l’origine le genre qui me plait le plus.

J’ai mis à profit l’été pour me plonger dans les tomes I et II de Latium de Romain Lucazeau. Le fait qu’il fut Lauréat du Grand Prix de l’imaginaire 2017 a fortement influencé mon choix.

Attention lecteur occasionnel s’abstenir, il s’agit quand même de deux pavés de plus de 500 pages chacun dans le format Poche. Pas le genre de lecture qui se finit en un voyage en train que l’on soit bien d’accord.

L’univers de Latium

Ce space-opéra se déroule dans un futur très très lointain dominé par d’immense nefs de la taille de mondes, habitées chacune par l’esprit d’un dieu-machine.

L’espèce humaine a entièrement succombé. Depuis cet événement traumatique surnommé l’Hécatombe, les automates se sont créé leur propre société. Des intrigues dignes des plus grandes tragédies se nouent. Les princes et princesses de l’Urb conspirent désormais pour faire aboutir leur propres buts. Bien que toutefois ils soient toujours limités par le Carcan (l’équivalent en quelque sorte des lois de la robotique empêchant toute machine de nuire à une créature organique, l’Homme étant au sommet de la chaîne des créature organiques).

Deux de ces entités se lancent en quête du dernier Homme, suite à la réception d’un signal émis par une capsule de stase temporelle. Les entités dirigeantes, à la recherche d’un moyen de s’affranchir du Carcan, n’y sont pas favorables.

Le Style d’écriture

On retrouve toutes les bases d’un bon roman de science-fiction : robotique, voyage dans l’espace, vie extraterrestre, nanotechnologie et manipulation génétique.

Ici une uchronie se glisse : c’est la pax romana qui s’est imposée à l’ensemble de la planète Terre. Ainsi le vocabulaire employé utilise de nombreux termes des civilisations grecques et latines. Le latin étant parlé par la caste des dirigeants tandis que le grec plus frustre est laissé à la plèbe.

Les courants religieux sont inspirés des travaux des grands Philosophes: Platon, Pythagore, etc

Les noms des IA principales reprennent ceux de la Tragédie Othon de Pierre Corneille.

A savoir que le CV de l’auteur est assez impressionnant (intimidant presque à vrai dire). Ancien élève de l’Ecole normale supérieure de la rue d’Ulm, agrégé de philosophie et titulaire d’un MBA du Collège des ingénieurs.

Avis

Il faut s’accrocher aux premières pages car ce que l’on a lu ne fait sens qu’une fois la vue d’ensemble esquissée. Par ailleurs le manque de familiarité avec les termes grecs et latins contribue à ralentir la lecture. De nombreuses astérisque renvoient en bas de page pour expliquer ces termes.

Une fois que l’on devient familier du phrasé et du vocabulaire employé on se laisse happer par le récit qui se veut héroïque.

Cet univers m’a énormément plu. Sa mythologie, son Histoire, le devenir de ces IA fortement ébranlées dans leur raison d’être par la perte de l’Homme et la société qu’elles ont construite. Toutefois je n’ai pas aimé la fin, cela arrive. Cela n’en fait pas un mauvais roman pour autant. Mais je n’ai pas été convaincue par l’enchaînement des derniers événements, ce qui me laisse un léger sentiment de déception. Pour autant je ne regrette pas du tout cette lecture qui reste une des plus intéressantes de cette année.

J’ai essayé pour vous…Chut les enfant lisent Billy se bile

Billy se bile

Billy se bile est un autre des albums de Anthony Browne que nous avons vu ensemble semaine dernière avec Petite Frida.

Edité également par l’école des loisirs, vous pouvez le trouver en grand format dans la collection Kaléidoscope. Mais également en format mini dans la collection les lutins.

Billy se bile s’adresse aux enfants de 6-8 ans. La collection les lutins lui donne le niveau de lecture 2/3.

L’histoire de Billy se bile

Comme le titre l’indique si bien, Billy est un jeune garçon qui se fait du soucis pour tout un tas de raisons. Absolument tout semble l’inquiéter.

L’auteur par en dérision sur ces choses qui inquiètent Billy : les chapeaux, les chaussures, les nuages etc. Ce qui permet à l’enfant lecteur qui serait lui aussi de cette nature de pouvoir évoquer ses propres angoisses sans craindre qu’on les minimise.

Ses parents ont beau le rassurer, Billy continu à se faire du mouron et à ne pas en trouver le sommeil. Jusqu’à ce qu’un soir sa mamie lui parle des poupées tracas. Un encadré à la fin de l’album reprend cette tradition qui vient du Guatemala. La mamie de Billy l’explique en quelques mots : « Tu confies à chacune une inquiétude, puis tu les glisses sous ton oreiller. Et elles s’inquiéteront à ta place pendant ton sommeil. »

L’occasion dé découvrir cette belle tradition et pourquoi pas, de trouver une solution pour rassurer un enfant inquiet 😉

Les illustrations

On retrouve ici les mêmes couleurs chaudes d’Amérique centrale que dans Petite Frida. Les poupées tracas sont toutes colorées. Anthony Brown a pris le soin de bien les différencier malgré leur nombre.

Si suite à cette lecture votre P’tit bout a envie de fabriquer ses poupées tracas, vous trouverez une méthode de fabrication sur le site des petites têtes. Sinon j’en ai trouvé aussi de très belles ici mais je n’ai jamais passé encore le cap d’en acheter.

Bonne lecture !

J’ai essayé pour vous….Chut les enfants lisent Petite Frida

Petite Frida

Cet album écrit et illustré par Anthony Brown fait partie de la collection Kaléidoscope de l’école des loisirs. Il s’agit d’une histoire de Frida Kahlo.

Petite Frida s’adresse aux enfants de 6-8 ans et permet d’aborder au travers de l’histoire de cette artiste la différence, la solitude, le pouvoir de l’imagination, et bien entendu l’art. Un album qui réussit parfaitement l’objectif de faire découvrir cette artiste aux enfants tout en les sensibilisant au sujet du handicap.

L’histoire

Elle est comptée à la première personne. Petite Frida raconte son histoire. Elle explique donc qu’elle a attrapé la Polio à 6 ans. Qu’elle en a été malade 9 mois et qu’après cela les autres enfants se sont mis à se moquer d’elle car sa jambe droite la faisait désormais boiter.

Malgré ses trois sœurs, Frida raconte que cela ne la dérangeait pas d’être seule. Son rêve à 7 ans était d’avoir un avion pour s’envoler, faire le tour du monde, être libre.

Frida raconte (à la façon de Alice au pays des merveilles) le monde merveilleux auquel elle a eu accès grâce à son imagination. Ce monde où elle fait la rencontre de cette amie qui danse avec grâce et qui l’écoute.

Et depuis ce jour elle peint cette amie imaginaire encore et encore au travers de ses nombreux autoportraits.

En fin d’ouvrage, sur la couverture, un encart plus bibliographique raconte l’histoire de Frida Kahlo. Ainsi, ce fragment d’histoire s’inspire d’un passage du journal de l’artiste.

Les illustrations

Les illustrations de Anthony Brown sont dans les tons chauds du Mexique. Elles portent une attention particulière aux expressions du visage.

J’aime tout particulièrement l’illustration des deux petites Fridas qui renvoi au tableau « les deux Fridas ».

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vacances de foot.

vacances de foot

Semaine dernière nous avons vu ensemble le très bel album Trop de bagages pour la plage. Voici toujours sur le thème des vacances et du même auteur, Elsa Devernois, Vacances de foot.

Pour qui?

Ce petit roman parait initialement dans un J’aime lire. Face au succès rencontré il se voit édité en format de poche. Il s’adresse à des jeunes lecteurs à partir de 6 ans. Il peut inciter un enfant qui aime ce sport à lire un peu cet été 😉

Le roman

Ronaldo et ses parents vont partir passer des vacances à Marseille. L’idée principale du papa est que les deux garçons aille assister à un match de foot au stade Velodrome. Maman n’est pas vraiment enthousiaste à l’idée. D’autant que cela ne va pas se passer tout à fait comme prévu suite au départ imprévu de papa rappelé en urgence par son travail. C’est avec beaucoup d’humour que ce petit roman retrace les aventures de Ronaldo et sa maman lors de ce match.

Les illustrations de Laurent Audouin viennent faciliter la compréhension du texte et égayer le roman pour le rendre plus accessible.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent :Trop de bagages pour la plage

trop de bagages

L’album trop de bagages pour la plage est coécrit et illustré par Elsa Devernois et Amélie Graux.

Cet adorable album est parfait pour débuter les vacances. Il est idéalement destiné aux 3-5 ans (années maternelles).

L’histoire

Zoé doit rassembler ses affaires pour aller à la plage. Mais elle a beaucoup trop de bagages. Ainsi se pose alors un grand dilemme : que choisir? car elle n’a que deux bras. Un parasol ou un chapeau? La canne à pêche ou l’épuisette? Les brassards ou la bouée? Les raquettes ou le ballon? Avec tout cela, elle va manquer oublier l’essentiel, le maillot et la serviette.

A un âge où faire des choix est tellement difficile, cette petite histoire pleine d’humour fait beaucoup rire.

Les illustrations

J’adore les illustrations façon coloriage au crayon de couleur. Le trait épuré est plein de douceur. Cela plait énormément car l’identification se fait naturellement. Zoé a une bouille adorable et est très expressive. Tous les objets cités dans l’histoire se retrouvent dans les illustrations. Comme ils sont en couleur dans le texte on peut s’amuser à essayer de les retrouver.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?