J’ai essayé pour vous… »orange, pomme, poire » de Emily Gravett

orange-pomme-poire

J’ai essayé pour vous… »orange, pomme, poire » de Emily Gravett

Nous avons remis la main sur les premiers albums de P’tit bout. Parmi eux, ce livre cartonné au format carré. orange-pomme-poire. Il l’aimait tellement qu’il a failli retrouver sa place dans la bibliothèque. Cependant après relecture il a concédé qu’il n’avait plus l’âge 🙂

A partir de 2 ans, orange-pomme-poire combine ces 3 mots sous toutes les formes avec l’ours Grégoire. Il est édité par l’école des loisirs dans la collection kaleidoscope.

Ainsi tout d’abord les fruits sont présentés. Puis l’ours. Puis les couleurs se mélangent, l’ours devient tantôt poire tantôt orange. Jusqu’à ce qu’en finalité il ne reste plus que l’ours qui a mangé les fruits.

Soit le petit se laisse juste bercer par la cadence des mots. Soit il essaie de les identifier sur les images en distinguant formes et couleurs Les aquarelles de Miss Gravett s’accordent parfaitement, apportant une touche poétique à l’ensemble.

Un imagier extraordinaire.

J’ai essayé pour vous…La série de livres les p’tites poules

J’ai essayé pour vous…La série de livres les p’tites poules

Ici on aime beaucoup ces petits livres de chez Pocket jeunesse. Le duo de Christian, Heinrich et Jolibois, offrent aux enfants une collection riches de 12 tomes. La série se décline désormais également en 3 albums collector réunissant chacun 4 tomes.

Les histoires

Dès 6 ans en lecture seule. Passe bien également en lecture du soir pour les plus jeunes. Ces petits livres plein d’humour sont riches en jeux de mots et références. Les histoires plus improbables les unes que les autres, suivent chronologiquement la vie du poulailler de Carméla, vite rejointe par Pitikok, et leurs enfants Carmélito et Carmen. J’ai un coup de cœur en particulier pour le tome 5  » Charivari chez les p’tites poules » au cours duquel Carmélito et Carmen adoptent un chat noir. Ce dernier fait l’objet de tous les préjugés possibles de la part des habitants du poulailler. Un vilain petit canard façon matou. Mais de Chat-nu-pieds il finira Chat botté. Un joli clin d’oeuil au conte initial.

Les illustrations

Plutôt tourné façon roman illustré, certaines pages frôlent néanmoins la bande dessinée. Les illustrations de C. Heinrich sont toutes mimi, colorées et pleines d’humour.

 

Si vous voulez aller plus loin avec vos enfants et transformer ce moment de lecture en jeu, Bout de gomme propose un rallye lecture sur l’intégral des 12 tomes.

J’ai essayé pour vous….Le garçon qui criait «  »au loup »

Le garçon qui criait "Au loup!"

J’ai essayé pour vous….Le garçon qui criait « au loup »

La thématique du loup est largement exploitée en littérature jeunesse. Après Le loup conteur, Parole de Loup, et les différents contes traditionnels mettant en scène le loup dans les bibliobus, je ne pouvais pas passer à coté de ce mini roman. Il est édité dans la collection Folio cadet – premières lectures – Niveau Je commence à lire. Cette collection propose de nombreux petits titres sympas pour des enfants du CP.

Les illustrations

Tony Ross illustre généralement lui même les livres dont il est l’auteur. Il a participé d’ailleurs en cette qualité à de nombreux autres albums. Son style de dessin est caricatural. On retrouvera ainsi un loup très élégant en smoking qui s’attaque aux habitants couteau et fourchette en mains.

         

L’histoire

Tony Ross reprend de façon plus insolente et drôle la célèbre fable de l’enfant qui criait au loup. Mais si vous savez bien, cet enfant qui cri au loup à tout bout de champ. Plus personne ne le croit à la fin et il fini par se faire manger.

Et bien voila. Louis criait au loup dès qu’il ne voulait pas faire quelque chose. Prendre son bain. Sa leçon de violon. Et parfois il criait au loup juste pour s’amuser. Tant et si bien que le jour où le loup le pourchasse pour de bon, personne ne le prend au sérieux. Et là bien entendu on s’attend à ce qu’il soit mangé par le loup. Tony Ross nous prends à contre pied.  Le loup décide de laisser Louis tranquille et commence par manger les grandes personnes qui se moquent de Louis. Puis après il mange quand même Louis pour son dessert.

Pour conclure « Que voulez-vous, c’est la vie! »

J’ai essayé pour vous…Au fond de l’eau

Au fond de l'eau

J’ai essayé pour vous…Au fond de l’eau

 

Il s’agit du second roman de Paula Hawkins paru aux éditions Pocket. Son premier roman, « La fille du train », avait rencontré un vif succès en 2015 et a fait l’objet d’une adaptation au cinéma. Ce second roman est un thriller psychologique tout comme le premier. La Dreamworks aurait déjà acheté les droits pour en faire également une adaptation au cinéma.

L’histoire

Dans le petit village de Beckford, il y a une rivière. Quelle que soit la direction que vous preniez, vous finirez toujours par tomber sur elle. En un endroit elle forme un coude nommé le bassin aux noyées. La légende voudrait que l’on y pratiquait l’Ordalie. A notre époque, ce serait le lieu de prédilection pour se suicider de femmes désespérées.

Julia et Nel avait l’habitude de venir passer leurs étés à Beckford lorsqu’elles étaient enfants. Aujourd’hui adultes, elles étaient en froid lorsque Julia apprend que sa sœur s’est noyée dans ce bassin, et qu’elle devient le tuteur légal de sa nièce Lena. Elle ne se fait plus appeler Julia mais Jules. Étrangement,  la meilleure amie de Lena, Katie, a également été retrouvée morte noyée un peu plus tôt dans l’année. Nel étudiait l’histoire des femmes qui se sont noyées dans le bassin. Ce qui pouvait les pousser à commettre un tel acte la fascinait. Ses recherches n’était pas du gout de tout le monde. Jules ne pense pas une seconde que Nel ai pu sauter.

Un a un les fils de l’enquête sont tirés pour savoir s’il s’agit d’un meurtre, d’un accident ou d’un acte délibéré de la victime. Cette enquête oblige les protagonistes à creuser le passé, et pas uniquement les circonstances du décès de Katie, mais de celles qui l’ont également précédée.

Le style d’écriture

Des chapitres très courts. Qui commencent par nous situer dans le temps et nous préciser qui parle. Car en effet l’avancée de l’enquête est relatée des points de vue des différents protagonistes. Parfois une même scène sera ainsi narrée plusieurs fois pour apporter une nuance ou une perception différente.

Certains paragraphes renvoient à l’été 1993. Ils sont la mémoire de Julia. Elle doit revenir à plusieurs reprises sur un même événement de cet été pour s’en souvenir avec justesse. C’est depuis cet été que la relation entre les deux sœurs s’est dégradé. Elles n’en ont jamais vraiment reparlé. Julia est restée sur sa propre interprétation de la réaction de sa sœur et de ce qu’elle savait. Et n’a jamais pu lui pardonner.

Quel avis?

Le thème du secret est récurrent dans ce roman et met en avant combien de dégâts cela peu provoquer. Ces histoires de familles que l’ont tait dans l’espoir qu’elles ne feront jamais surface. Ces promesses de ne rien dire que l’on donne et dont on ne mesure pas la portée.

J’ai trouvé ce second roman plus poussé que le premier. Dans la fille du train l’histoire de trois femmes s’emmêlent: Rachel, Anna et Megan avec une thématique autour des violences conjugales et de l’alcoolisme.

Alors qu’ici, il y a bien plus de tragédies qui s’entremêlent. La première jeune fille, Libby Seeton, victime de l’ordalie en 1679.  Mary Marsh. Ginny Thomas. Anne Ward. Plus récemment Lauren Slater en 1983. Enfin en 2015 Katie Whittaker et à présent Nel Abott.

Même si Jules est un personnage avec qui il est difficile d’avoir de l’empathie en début de lecture, on fini par apprivoiser tous ces personnages et très rapidement le roman devient addictif.

J’ai essayé pour vous…La collection le Bibliobus

J’ai essayé pour vous…La collection le Bibliobus

Il s’agit d’une série de livres aux éditions hachette éducation. Le niveau de lecture s’identifie facilement: CP/CE – CE2 ou CM. J’ai trouvé cela très pratique pour être certaine de ne pas proposer une lecture qui serait trop ambitieuse. Pas facile quand on n’est pas enseignant soit même de jauger la nuance.

Entre les scolarités du CP et du CE1 qui vient de s’achever, P’tit bout a ainsi pu découvrir un certain nombre des ouvrages destinés au premier niveau de lecture. Il me semble qu’il y en a une dizaine en tout pour les CP/CE1.

Chaque tome présente 4 œuvres intégrales. Il pourra s’agir d’un roman, d’un conte, d’une pièce de théâtre ou même d’une bande dessinée. Cela permet ainsi de diversifier les genres, mixer les auteurs mais également les illustrateurs. Car chaque oeuvre a son propre illustrateur ce qui permet vraiment de balayer large tous les goûts. Les illustrations restent nombreuses dans l’ouvrage, à la charnière encore des albums des années maternelles pour certains. Ainsi le jeune lecteur pourra se construire ses propres préférences sans à priori.

Certains des tomes sont construits autour d’une thématique : La différence, le Temps, Corps et Santé.

Petit plus, dans la marge, les mots difficiles sont définis.