J’ai essayé pour vous…les 17 livres les plus populaires de l’année 2017

Il m’aura fallu toute l’année 2018 pour en venir à bout (et quelques semaines de ce début 2019). Ce temps a surtout était nécessaire en raison de mon obstination dans les premiers mois à vouloir attendre la sortie en format poche de ces ouvrages avant de les lire.

Dès que j’ai fini par admettre qu’il allait falloir passer par la case médiathèque pour des raisons de sous et de place, c’est tout de suite allé plus vite.

Tout d’abord pour mémoire ici la liste avec le classement d’origine. Je vais me permettre de réorganiser tout ceci en fonction de mes propres goûts et sensibilité.

Cette liste de lecture m’aura obligée à sortir de ma zone de confort moi qui ne lisait jusqu’alors qu’essentiellement de la littérature fantastique. Le genre du Polar/Thriller y a été un peu trop présent mais néanmoins cela a été l’occasion de très belles découvertes. Allez on y va :

Les moins appréciés

Il est assez aisé de préciser les livres que l’on a le moins aimé. Je vais rejoindre pour le coup le classement Babelio en inversant néanmoins les 16eme et 17eme.

17. Je n’ai pas du tout aimé le dernier tome de la trilogie Vernom Subutex de Virginie Despentes

16. Nuit de Bernard Minier m’a lassée avant la fin. Je reviens sur ce que j’ai dut déjà écrire quelque part: trop de polar tue le polar. Et pour le coup, dans la masse, celui-ci n’avait rien pour le démarquer des copains.

La série des romans policier

Forcément le genre n’étant pas mon chouchou ils se retrouvent de fait en bas de ma liste. Ils ont néanmoins constitué une très belle lecture ne vous méprenez pas.

15. Un appartement à Paris de G. Musso.

14. Le couple d’à coté de Shari Lapena.

13. Sharko de Franck Thilliez.

12. Quand sort la recluse de Fred Vargas

11. La fille d’avant de JP Delaney

10. Au fond de l’eau de Paula Hawkins

Trois romans bluffant par leur style d’écriture particulier

9. Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

8. Le jour d’avant de Sorj Chalandon

7. Article 353 du code pénal de Tanguy Viel

Trois romans « historiques »

6. Bakhita de Véronique Olmi

5. L’art de perdre de Alice Zeniter

4. L’ordre du jour de Eric Vuillard

Des parcours de vie inclassables

3. Frappe toi le cœur de Amélie Nothomb

2. La tresse de Laetitia Colombanie

Parce que définitivement le fantastique est quand même mon genre préféré

  1. La passe miroir de Christelle Dabos. Mais néanmoins je triche un peu car la liste Babelio faisait référénce au tome 3. Or je n’ai lu que les deux premiers qui se suffisent (presque) à eux même. Le 4ème et dernier tome n’étant pas encore paru je craignais trop de lire le trois puis de rester sur ma faim de longs mois avant d’en connaitre la conclusion.

Ce fut un exercice difficile l’air de rien que de classer ces romans. A plusieurs moment j’avais envie d’en mettre certains Ex Aequo. Et vous parmi ces livres? Un chouchou?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « Petit Sapiens »

petit sapiens

La maison d’édition Flammarion jeunesse vient de créer une nouvelle collection: ma première BD. Le tout premier ouvrage de cette série est la réédition du tome 1 – La vie de famille. Issu de la bande dessinée Petit sapiens de Ronan Badel.

L’histoire

Elle s’adresse d’après le site de l’éditeur aux enfants de 8 à 12 ans. On va dire plutôt jusqu’à la fin du CM2.

La BD trace les aventures d’une famille d’homo sapiens du point de vue du plus jeune de la famille : Petit Sapiens. Impossible de ne pas faire le parallèle avec le film d’animation des Croods. Notamment par le biais du personnage de la mémé.

L’album est découpé en 6 histoires courtes. La première concerne le déménagement dans une grotte. Chacune des suivantes est consacrée à un membre de la famille de Petit Sapiens.

P’tit bout l’a lu d’une traite et l’a trouvé plutôt marrant. Quand il le relira dans 1 ou 2 ans il le trouvera encore plus marrant car il y a quelques jeux de mot qu’il n’a pas encore saisi.

Les illustrations

Ce n’est pas forcément le style graphique que j’apprécie le plus. Mais cela a l’avantage d’être plus épuré et focalise l’attention du jeune lecteur sur les éléments à observer pour comprendre l’histoire.

Quelle différence dans cette réédition avec la précédente ?

La collection ma première BD se présente comme étant « conforme aux programmes scolaires et conçue pour accompagner les enfants dans le plaisir de la lecture et la découverte de la bande dessinée. Elle propose la combinaison de deux niveaux de lecture :

  • du texte narratif qui se lit comme un roman,
  • des scènes illustrées et dialoguées qui donnent vie aux histoires. »

La BD Petit Sapiens se prête en effet bien à cette combinaison de texte narratif et de scènes illustrées.

Pour en faciliter encore plus la lecture, cette nouvelle édition a conservé les planches originales mais a modifié la police d’écriture. Voici cote à cote les deux versions : à gauche la nouvelle, à droite la précédente.

La police du texte narratif n’est plus en cursive.

Si la suite des aventures de Petit Sapiens profite de cette réédition (4 tomes au total), nous ne manquerons certainement pas de nous les procurer.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…L’art de perdre de Alice Zeniter

l'art de perdre

D’emblée le format du livre pourrait faire peur. 500 pages cela ne se lit pas en deux jours à priori, mais du moment que c’est intéressant cela devrait aller. Et effectivement une fois le livre débuté on ne compte plus les pages.

Edité par Flammarion, ce livre paraîtra à la fin du mois en format de poche chez J’ai Lu.

Il a remporté en 2017 de nombreux prix dont principalement le prix littéraire Le Monde et le prix Goncourt des Lycéens.

De quoi s’agit-il ?

Pour ma part il m’a permis d’explorer et creuser l’histoire de la prise d’indépendance de l’Algérie. Un événement dont on entend toujours parler 50 ans après. Avec des versions tellement différentes selon l’interlocuteur que parfois l’on se demande si toutes ces personnes parlent bien du même événement.

Un événement qui a laissé place à des crises identitaires importantes de part et d’autre de la méditerranée, source de beaucoup d’insatisfaction, de rancœur, de racisme aussi.

Alice Zeniter prend ici le parti de raconter l’Histoire du point de vue d’un Harki et sa descendance, à priori donc de celui d’un perdant de cette guerre. Un point de vue non neutre puisque cela rejoint l’histoire de sa propre famille même si le parallèle s’arrêtera ici. En effet ce n’est pas un roman autobiographique retraçant l’histoire de sa famille mais bien une fiction.

Quel style littéraire?

L’écriture est simple. Sans fioriture. Elle s’efface au profit de l’histoire. Je n’ai pas terminé ce roman éblouie par sa qualité littéraire mais bien par intérêt pour le sujet.

Le fait de tracer l’Histoire à travers une saga familiale qui débute avec Ali le patriarche et se termine avec sa petite fille Naïma permet une proximité et un échange de points de vus intéressant.

Cela nous permet de nous immerger plus facilement dans le vécu de ces personnes et de comprendre leurs doutes, leurs choix, les difficultés rencontrés, les non dits, les attitudes, les fausses interprétations.

Une remise en question de nos propres interprétations aussi et de notre capacité à nous mettre « à la place de » pour mieux comprendre.

Une belle lecture, ne serait ce que pour étayer sa propre culture sur le sujet sans passer par un format plus documentaire qui pourrait s’avérer plus assommant et moins immersif.

Cette lecture met fin à la liste de la sélection Babelio des livres les plus populaires de 2017. En fin de semaine je reprendrai dans un billet mon propre classement de cette liste en fonction de mes propres goûts 😉

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent les aventures de Lester et Bob

Lester et Bob

Format du livre

Il s’agit d’un recueil de six aventures précédées d’un prélude de présentation des deux personnages.

Cet ouvrage de 63 pages est édité dans la collection mouche de l’école des loisirs. Il est écrit et illustré par Ole Könnecke.

Il est accessible pour un jeune lecteur dès le milieu du CP. La lecture pourra être fractionnée au rythme de chaque aventure selon le niveau de concentration du lecteur.

L’histoire

« C’est l’histoire de deux amis inséparables. Lester est populaire, curieux et très bavard. Bob, lui, ne dit jamais un mot de trop. Il est calme et discret.

Mesdames et Messieurs voici Lester et Bob! »

Les nouvelles sont de courtes aventures qui ne nécessitent pas un gros effort de compréhension dans le sens où il n’y a pas d’intrigue complexe à suivre. Cependant elles traitent toutes de l’amitié entre Lester et Bob et des relations complexes que celle-ci peut entraîner. Alors même que tout semble les différencier tant par leur caractère que leur comportement, ils restent amis.

Il sera intéressant de pouvoir faire réfléchir l’enfant sur ce sujet. On peux être amis sans se ressembler. Lester semble toujours chercher à truander Bob, notamment pour avoir une part des gâteaux qu’il prépare, mais Bob est-il vraiment si crédule que cela? Ou, au fond, il aime bien quand même partager ses gâteaux avec son ami Lester?

Les illustrations

Ce roman propose systématiquement le texte sur la page de gauche et une illustration sur la page de droite. L’illustration permet à l’enfant de mieux visualiser la scène décrite et contribue ainsi à une meilleure compréhension.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…L’ordre du jour d’Eric Vuillard

Avant dernière lecture de la liste Babelio 2017.

Ce roman est édité par Acte Sud. Je n’ai pas trouvé mention de sa parution prochaine en format poche. Je l’ai donc emprunté à la médiathèque, ma nouvelle amie.

De quoi s’agit-il?

On pourrait le classer dans la catégorie des romans historiques traitant des coulisses de l’annexion de l’Autriche par l’Allemagne, au commencement de ce qui sera la seconde guerre mondiale.

Cependant roman historique certes, mais sur un ton engagé, cynique, critique, où les manquements graves des élites décisionnaires de l’époque sont pointées avec beaucoup de finesse et d’ironie. Qui au nom de la politesse et de la courtoisie, qui au nom du profit personnel, aucun n’aura su dire ou faire ce qu’il fallait au moment opportun pour arrêter la prise de pouvoir grandissante et la folie du Führer.

Quel style littéraire?

C’est magnifiquement bien écrit. Le narrateur nous raconte l’Histoire comme s’il était face à nous, une anecdote amenant à en raconter une autre avant de revenir au sujet principal. Sur un ton presque badin en parfait décalage avec le sujet abordé. C’est génial. Si mes prof d’Histoire avaient su y mettre autant de mordant je m’y serais certainement davantage intéressé.

On le lit d’une traite en quelque chose comme 3 heures.

Le prix Goncourt 2017 est sans conteste amplement mérité. C’est à lire absolument.