J’ai essayé pour vous….le Chajá de Paysandú

Chajá de Paysandú

J’ai essayé pour vous….le Chajá de Paysandú

Si comme moi vous êtes adeptes de l’émission « Le meilleur pâtissier » sur M6, vous n’avez pas pu passer à coté du premier épisode de la saison 2017. Chajá de Paysandú est le nom de la recette à l’honneur lors de l’épreuve technique.

Alors go, j’ai essayé. Et même si je l’ai raté (appelons un chat un chat), il était dé-li-cieux que m’a dit P’tit bout, et je suis d’accord avec lui. Alors autant vous dire que réussit il doit être à tomber par terre. Seul préalable, il faut aimer les desserts aux fruits et la chantilly. Parce que sinon, forcément, vous ne pourrez pas l’apprécier mais jusque là cela parait cohérent.

Je ne vais pas vous donner la recette, l’idée n’est surtout pas de vous faire un copier coller du site de Mercotte. Vous y trouverez la recette, ainsi que toutes les astuces utiles et jamais futiles dont elle a le secret ici.

Ensuite vous pouvez éviter de faire comme moi, et regarder également ce tuto vidéo avant de vous lancer. Je l’ai regardé après histoire de voir pourquoi j’ai à peu prêt tout raté. Il parait que c’est de ses erreurs que l’on apprend, j’ai beaucoup appris aujourd’hui dites moi 🙂

La confiture de lait

Et bien de la même façon qu’au moins un candidat de l’émission (mais qui avait lui l’excuse de ne pas avoir la recette détaillée), j’ai obtenu une flaque pour reprendre son expression, comprendre du lait chaud. Cela n’a pas du tout pris. J’ai mis tous les ingrédient d’un coup dans la casserole et j’ai ensuite fait monter en ébullition, puis j’ai baissé le feu à très très doux de peur que le fond ne brûle et je suis allée faire la suite. Ce que la vidéo nous précise c’est que vous commencez par faire monter en ébullition votre mélange lait/sucre/vanille, et ensuite vous rajoutez votre pectine mélangée à un peu de sucre. Vous baissez votre feu certes mais certainement pas autant que je l’ai fait et vous fouettez pendant les 30 min au cours desquelles votre confiture de lait est censée réduire.  Bref, epic fail.

La génoise

Mon grand lol. Je n’ai jamais réussit de ma vie à couper une génoise en trois disques égaux et plats. Je suis donc allée voir ma maman (toujours aller voir sa maman) pour lui demander comment elle s’y prend quand elle fait sa foret noire géante format XXL pour obtenir trois magnifiques disques de génoise. Elle me confie qu’elle fait cuire trois disques de génoise séparément.

Alors ni une ni deux je fais monter ma génoise au batteur à main (première erreur, j’aurai dû utiliser le robot). Je rajoute à part dans un bol un peu de la mousse obtenue avec le beurre fondu (seconde erreur, il n’était pas assez fondu, cela a fait des morceaux quand j’ai tout mélangé ensuite). Et j’ai divisé équitablement la quantité obtenue en trois et ai fait cuire mes disques un a un 15 min au lieu de 20. Ce n’était pas très moelleux.

Maman me précisera ensuite que lorsqu’elle dit qu’elle fait trois génoises, elle les fait vraiment l’une après l’autre pour ne pas faire autant de manipulations qui ont très certainement contribuer à faire chuter ma pâte si les deux erreurs en cours de parcours n’y avaient pas suffit. Et j’ai aussi eu droit en chemin à un « rater sa génoise franchement, y’a pas plus facile ». M’en fiche, mon p’tit bout a dit que c’était dé-li-cieux.

La chantilly

Haha. Enfin quelque chose que je sais faire. Je mets en général la cuve de mon robot au congélateur pour qu’elle soit bien glacée et contribue à aider la crème à monter. Je ne sais pas si c’est vraiment nécessaire mais j’ai toujours fait comme cela. C’est la raison pour laquelle je n’avais pas la cuve sous la main pour faire la génoise. Donc la prochaine fois, et bien je commence par la chantilly tout bêtement.

La meringue française

A cette étape de la recette, avouons le, j’étais quand même un chouilla découragée. Donc, j’ai respiré un bon coup, j’ai pris mes clefs et je suis allée au supermarché le plus proche. Initialement pour acheter un pot de confiture de lait. Puis j’ai vu des meringues toutes faites. Certes plus grosses que les petites pointes de 2 cm de diamètre qu’il fallait obtenir (le double pour être exacte). Mais je n’ai jamais fait de meringue française. Alors vu les échecs précédents, je n’ai pas longtemps hésité, et je les ai achetées. J’apprendrai à faire une meringue française un autre jour.

Le sirop d’imbibage, la finition et le montage

Là on se régale. Mon étape préférée. A le refaire je mettrai sur le dessus un couche plus épaisse de chantilly. Je n’ai pas réussi à trouver dans le commerce des amandes déjà hachées. Je les ai donc hachées moi même mais mon robot doit être un violent, en quelques pulsions il me les a pratiquement réduites en poudre. J’aurai préféré des éclats un peu plus gros pour avoir plus de croquant.

Et c’est un régal. Vraiment. Alors que ma génoise n’était pas moelleuse. A refaire sans faute.

4 thoughts on “J’ai essayé pour vous….le Chajá de Paysandú

Laisser un commentaire