J’ai essayé pour vous…La série Netflix Altered Carbon

 

J’ai essayé pour vous…La série Netflix Altered Carbon

 

Altered Carbon est une série produite par Netflix, adaptation du roman de science fiction Takeshi Kovacs, tome 1: Carbone Modifé de Richard K. Morgan. Je n’ai pas lu le roman, je ne vous ferais donc pas de comparatif entre les deux.

La saison 1 compte 10 épisodes. Même si on a envie d’en voir plus et que certaines questions n’ont pas forcément trouvé de réponses, elle se suffit à elle même. Si jamais la saison 2 n’apparaît pas, vous ne serez pas déçu. Et si elle n’apparaît que dans deux ans, vous ne serez pas frustré d’ici là de ne pas connaître la suite de suite.

L’ambiance

L’intrigue se déroule dans un futur à la Blade Runner où les humains ont trouvé le moyen de sauvegarder leur conscience et de la transférer dans une nouvelle enveloppe autant de fois que nécessaire, atteignant ainsi une forme d’immortalité. Si votre disque de sauvegarde situé à l’arrière de votre nuque est endommagé, plus personne ne pourra par contre rien pour vous.

Les plus puissants sont infiniment riches, et l’écart entre dominants et dominés se creuse de plus en plus, amenant les puissants au rang de quasi divinité capables de se financer des enveloppes parfaites tandis que l’individu lambda se contentera des enveloppes disponibles. Ces enveloppes disponibles sont entre autres celles des condamnés par la justice à des peines d’hibernation. Avec ou sans améliorations cybernétiques.

Sexe, drogue et violence sont quotidiens. Les scènes d’action sont ultra violentes mais d’une grande beauté. Âmes sensibles s’abstenir néanmoins. Réel et virtuel se mêlent. N’est pas toujours le plus humain celui que l’on croit. L’intelligence artificielle qui gère l’hôtel dans lequel résidera le héros est un des personnages secondaires que j’ai trouvé le plus attachant.

L’immersion est immédiate alors même que le background est riche. J’appréhendais de ne rien y comprendre. Ce n’est pas du tout le cas. Le scénario nous guide intelligemment dans l’acquisition des clefs principales de compréhension de cet univers. Les moyens techniques déployés sont dignes des plus grande productions holywoodiennes.

L’intrigue

Takeshi Kovacs, le héros, ressuscite 250 ans après sa mort. Il est incarné avec brio par Joel Kinnaman (Robocop, Suicide Squad). La série alternera entre le présent, et des souvenirs du passé de Takeshi Kovacs du temps où il était membre des Corps Diplomatiques, des soldats surentraînés qui se seraient battus pour sauver l’humanité d’elle même. Aujourd’hui tous éradiqués, ils sont estampillés anciens terroristes.

La résurrection de Takeshi est le caprice d’une des plus grosses fortunes de la planète, Laurens Bancroft. Ce dernier s’est fait assassiner. Il ne fait confiance à personne. Il a perdu tout souvenir des dernières 48 heures. Et il veut le meilleur pour mener l’enquête. En échange, il l’absoudra des charges retenues contre lui et lui laissera une petite fortune pour se refaire.

Ce qui commence comme une enquête policière mènera le héros dans une intrigue plus complexe qu’il n’y paraissait au préalable. Il doit gérer le passé de l’enveloppe du détenu qu’il occupe, qui semble ne pas avoir que des amis. Une flic qui mène une vendetta personnelle contre Bancroft et qui l’a dans son collimateur dès son réveil. Ainsi que ses propres fantômes.

En conclusion

Un très bon moment de science fiction. J’ai apprécié les questions de moralité que soulève cette forme d’immortalité. Une petite fille se retrouve dans le corps d’une vieille car c’était le seul disponible et ses parents n’avaient pas les moyens de s’offrir une enveloppe synthétique. Une jeune fille ramène sa grand mère qui lui manque pour le jour des morts dans l’enveloppe d’un biker rasé et tatoué. Des couples acceptent de satisfaire les pulsions des plus riches en s’entre-tuant pour eux dans des arènes de combats en échange de la promesse d’une nouvelle enveloppe. Les dialogues à ce sujet, le rapport avec la mort qu’entretien désormais l’humanité, sont vraiment très intéressants. Les personnages secondaires, aux confessions différentes, aux âges différents, donnent chacun un point de vue enrichissant sur cette question.

 

 

Si vous aimez la science fiction, à regarder sans hésitation.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :