J’ai essayé pour vous….Chut les enfants lisent la revue Dada consacrée à Miyazaki

revue dada Miyazaki

J’ai essayé pour vous….Chut les enfants lisent la revue Dada consacrée à Miyazaki

Le revue Dada

Cette revue mensuelle a pour ambition de faire découvrir l’art sous toute ses formes. Le pari de la revue est de s’adresser à toute la famille, de 6 à 106 ans. Comme il s’agit d’une revue et non pas d’un magazine, vous pourrez trouver chez votre libraire les anciens numéros. Ainsi vous avez la possibilité de vous abonner et recevoir chaque mois le dernier numéro. Ou les acheter à l’unité en fonction des sujets qui vous intéressent. C’est ainsi que nous avons acquis celui consacré à Miyazaki pour faire le lien avec le thème du début de nos vacances tout en en profitant pour découvrir cette revue que nous n’avions pas encore eu l’occasion de feuilleter.

Numéro Miyazaki

Le numéro consacré à Miyazaki est paru en Janvier 2015.

L’art de Miyazaki

Tout d’abord la vie de l’artiste est tracée. Puis les éléments qui font de chacun de ses films un succès.

Ensuite la revue décrit le principe de l’animation : comment aboutir d’un dessin fixe à un dessin en mouvement. En y intégrant la mise en scène : cadre, lumière, ambiance. Et susciter l’émotion. Une double page entière est ainsi consacrée au film Mon voisin Totoro. La séquence au cours de laquelle Mei poursuit une petite bête aux grandes oreilles pour arriver jusqu’au terrier de Totoro est décortiquée. La revue explique la fluidité du mouvement dans la course poursuite, puis le moment de pure tendresse lorsque Totoro et Mei se retrouvent face à face et font connaissance.

 

Puis vient une partie consacrée aux sources d’inspiration de l’artiste et à ses disciples.

Enfin cette grande partie de la revue consacrée à Miyazaki se clôture par ce qui doit être le cas dans chaque numéro : un ABC D’art. Autrement dit un glossaire reprenant 25 mots en lien avec l’artiste.

Dessins art’nimés

La revue se poursuit par deux ateliers plastique pour passer à la pratique. Ce numéro propose de créer une créature fantastique en pâte à modeler durcissante. L’ambition va jusqu’à envisager de pousser l’enfant à imaginer de lui même la créature à laquelle il donnera forme. Avec P’tit bout nous nous sommes contentés pour commencer par reproduire un Totoro. Il faut avoir déjà une bonne maîtrise de la pâte à modeler pour réussir à imaginer sur le papier une créature à laquelle on donnera vie en 3D. Ou le modelage risque de ne pas ressembler à la créature imaginée au départ. Peut être à partir de 8-9 ans.

Le second atelier propose de créer un layout, permettant de travailler le découpage d’un même mouvement en 4 séquences associées à une notion de profondeur. C’est extrêmement difficile pour un enfant. A mon sens avant 12 ans cela parait compliqué.

aRtualités

La revue propose ensuite un jeu autour d’une oeuvre en lien avec une exposition en cours : il s’agit ici de deviner ce que peut bien dire la fée à la paysanne dans l’oeuvre La légende Bretonne de Edgard Maxence.

Enfin la revue ce termine par l’actualité des expos et des livres du moment, ce qui présente peu d’intérêt lorsque vous n’avez pas le dernier numéro entre les mains.

Conclusion

La revue est de belle qualité d’impression en papier glacé. Elle est riche en illustrations. Elle tient ses promesses concernant un apport de connaissances très intéressantes sur l’artiste Miyazaki et l’animation des studios Ghibli. Personnellement j’ai pris beaucoup de plaisir à la lire. Sauf qu’elle ne m’était pas adressée initialement. La revue est beaucoup trop ambitieuse pour être accessible à partir de 6 ans. 10 ans me parait plus adapté. Néanmoins elle a permis une première sensibilisation et P’tit bout saura s’y référer de nouveau lorsqu’il voudra aller plus loin dans sa lecture.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Un Totoro en patarev

Totoro en patarev

J’ai essayé pour vous…Un Totoro en patarev

 

Je me suis inspirée de la rubrique dessin art’nimés du numéro de la revue Dada consacrée à Miyazaki pour proposer à P’tit bout de réaliser un Totoro en patarev. Totoro, c’est l’adorable créature fantastique de l’animé éponyme que je lui ai fait découvrir récemment. On craque tous pour cette boule de poils.

La Patarev

Il s’agit d’une pâte à modeler qui durcit à l’air libre, proposée par la marque Sentosphère. Vous pouvez la trouver en tube de 10 pots de couleurs différentes ou en différents coffrets découvertes. Elle ne colle pas aux doigts et ne tache pas. Aussi elle s’effrite beaucoup moins qu’une pâte à modeler classique. Elle permet de réaliser de petites figurines, des portes clefs, des décorations de bout de crayon, des broches, etc dès l’age de 5 ans avec plus ou moins de succès.

Les couleurs peuvent être mélangées entre elles pour en créer une nouvelle. Il vous faudra malaxer quelques minutes pour obtenir une texture homogène si vous ne voulez pas avoir un effet marbré.

Les différentes étapes du Totoro

Voici une idée de créature en patarev réalisable à partir de 7 ans.

1 Les couleurs

Nous avons utilisé des pots de couleur blanc, noir, violet, jaune et rouge.

Nous avons tout d’abord créé les couleurs qui nous intéressaient. Selon que vous voulez un Totoro qui tend plus vers le gris, le mauve ou le bleu, vous adapterez votre mélange.

Pour obtenir notre mauve nous avons mélangé à part égale du violet et du blanc. Puis nous y avons progressivement ajouté du noir. Attention le noir fonce très rapidement la couleur. Il vous faudra une quantité importante de mauve.

Pour obtenir la couleur du bidon, nous avons mélangé à parts égales du rouge, du jaune et du blanc.

2 Les formes

Ensuite nous avons préparé nos formes.

En premier une grosse boule légèrement ovale et aplatie sur le bas pour qu’il puisse tenir debout, pour le corps.

Les oreilles sont à confectionner dans le même coloris en leur donnant une forme de pointe de flèche. Prévoyez un bout assez long et aplati qui vous servira à fixer les oreilles sur l’arrière de la tête de votre créature.

Vous pouvez également prévoir une boule pour lui faire une queue façon castor sur le derrière. Prévoyez également deux ovales allongé pour les bras et un boudin très fin que vous découperez en mini tronçons pour les marques en écaille sur le bidon.

Avec la couleur rose confectionnez un disque le plus plat possible.

Enfin réalisez avec la pâte noire les moustaches, le nez, la bouche et les yeux. A ce sujet la recommandation de la revue est la suivante « l’expression du regard est très importante, c’est ce qui donne l’impression que ta créature est vivante. Pour cela, met toujours un petit peu de blanc dans l’œil, cela donne de l’éclat« .

3 L’assemblage

Commencez par fixer les oreilles et la queue. Puis posez le plus délicatement possible le disque rose de sorte à ce qu’il recouvre toute la moitié inférieure de l’ovale. Ajoutez lui ses bras, ses yeux, son nez et sa bouche. Puis délicatement posez les vermicelles mauve sur son bidon pour le faire ressembler autant que possible à l’original. Enfin ajoutez les moustaches.

Il n’y a plus qu’à le laisser sécher plusieurs heures.

Vous pouvez le laisser tel quel en figurine ou lui ajouter avant qu’il ne sèche une attache de porte clef.

Vous pouvez également si vous voulez en faire un porte bonheur écrire un mot sur une petite feuille de papier que vous aurez glissé à l’étape 2 au centre de la grosse boule mauve.

 

 

J’ai essaye pour vous….Mon voisin Totoro

Mon voisin Totoro

J’ai essaye pour vous….Mon voisin Totoro

 

Il y a quelques temps j’avais emmené P’tit bout voir Mary et la fleur de la sorcière. C’était son premier animé japonais et j’avais été assez déçue qu’il ne tienne pas les promesses du genre. Afin de rectifier le tir, j’ai profité de ses vacances pour lui montrer celui qui me parait le plus adapté pour un jeune public : Mon voisin Totoro.

Le Pitch

L’histoire se déroule au japon des années 50. Mei et Satsuki viennent d’emménager avec leur papa dans une maison à la campagne. Les deux sœurs vont  commencer par débarrasser la maison des noiraudes qui l’occupent. Il s’agit de petites boules de suies qui ne supportent pas le bruit, et surtout pas les rires.

Par ailleurs, il y a beaucoup de glands cachés dans le grenier. La première hypothèse est qu’il s’agit d’écureuils. Cependant la petite Mei ( 4 ans), souvent livrée à elle même dans l’exploration des environs, suit une piste de glands et fait ainsi la rencontre des trois adorables esprits de la forêt dont Totoro. Un peu plus tard Satsuki pourra également faire la rencontre de cet esprit protecteur qui semble avoir pris ses nouvelles voisines en sympathie.

Ainsi graduellement Miyasaki ouvre les portes d’un monde fantastique.

Une fois toutes ces merveilleuses rencontres faites, l’histoire se centre sur la maman absente. On apprend qu’elle est hospitalisée. Les petites angoissent que maman ne revienne pas. Mei finit par se perdre en essayant de rejoindre sa maman toute seule, mais fort heureusement grâce à Totoro et son chat-bus Satsuki la retrouve et tout est bien qui finit bien.

A partir de quel âge ?

P’tit bout, 7 ans, a rigolé du début jusqu’à la fin. L’histoire est facile d’accès. Rien ne fait peur, il n’y a pas de méchant. Je dirais donc qu’à partir de 4-5 ans le film devrait être accessible sans difficulté. L’animé est chargé en émotions et aborde des thèmes très intéressants pour les enfants.

Mei est l’élément adorable et drôle de l’histoire. Ses mimiques, ses réactions, son petit coté intrépide quand elle pourchasse les noiraudes et les petits esprits de la forêt font beaucoup rire.

Par ailleurs la relation entre les deux sœurs met en avant leur jeux et leurs grande complicité. Mei adule sa grande sœur et veut tout faire comme elle. Satsuki a parfois besoin que sa petite sœur la laisse tranquille. Ainsi parfois cela aboutit à des prises de bec, avec une Satsuki en colère et une Mei inconsolable. Mais au final Satsuki mettra tout en oeuvre pour retrouver sa petite sœur perdue.

L’inquiétude qui entoure l’hospitalisation de la maman exacerbe les sentiments des uns et des autres alors que l’histoire avance. Un télégramme amène cette inquiétude à son summum. Le retour de maman est retardé. Satsuki la grande craque et laisse paraître son inquiétude en fondant en larme à son tour. La petite s’entête. Elle va apporter seule à sa maman l’épi de maïs qui contribuera à sa guérison car chargé de tous les bienfaits de la nature. On retrouve sur ce dernier élément la touche écologique toujours chère à Miyasaki dans l’ensemble de son oeuvre.

Enfin il y a Totoro bien sur. Cette créature improbable genre de croisement entre l’ours, la chouette et le lapin. Immense. Au pelage de doudou. D’une placidité extraordinaire même lorsque Mei l’utilise comme trampoline. Qui remportera un tel succès que les studio Ghibli en feront leur mascotte.

J’ai essayé pour vous…Plusieurs pistes pour prendre du plaisir à cuisiner

J’ai essayé pour vous…Plusieurs pistes pour prendre du plaisir à cuisiner

Bonjour à tous. Je poursuis mon challenge 90 jours pour retrouver la forme. Si vous vous souvenez bien, la semaine dernière il s’agissait prioritairement de  se sentir mieux chez soi.

Tout d’abord, Bilan de la semaine 5 du programme 90 jours pour retrouver la forme

Bon pas trop la forme quand même cette semaine. J’ai eu un genre de torticolis tout le début de semaine qui m’a rendu grognon et depuis mercred  P’tit bout et moi sommes en vacances et je crois bien qu’il m’épuise XD

Les routines:

Pour le moment les routines du réveil et du massage des yeux le soir sont toujours opérationnelles. Je n’ai par contre pas réussi cette semaine non plus à pratiquer une séance de Yoga Nidra.

Cependant j’ai trouvé de nouveaux produits pour les yeux à l’eau de fleur de bleuet tel que cela était préconisé pour favoriser le repos des yeux et le sommeil. Ils sont supers. Je n’avais pas pu utiliser le premier produit essayé en raison d’une odeur que je trouvais désagréable. Ici ce n’est plus cas.  Il s’agit du contour des yeux et paupières apaisant Jonzac et de la gelée micellaire démaquillante yeux et paupières de la même marque. Vous les trouverez en full-size dans la Léa box spécial Printemps ou à l’unité sur le site de la marque.

Concernant tout le rangement qu’il était prévu de faire pour se sentir bien chez soi….et bien…Je n’ai rien fait du tout XD  Bon demain j’irai acheté une plante verte! Et mon bureau et bien…pfff je ne sais pas. Un de ces quatre on verra, là je n’ai vraiment pas envie. Le tri des vêtements de P’tit bout est fait par contre. Il faut juste que je les donne maintenant pour pouvoir enlever les sacs du fond de l’armoire.

Les nouvelles habitudes alimentaires :

J’ai poursuivi le jus ACE et les fruits vitaminés. J’ai fait une pause sur les graines de chia. Mais au final je ne sais pas. Je ne sens plus trop d’effet sur la forme.

Les nouvelles habitudes de pratiques sportives :

J’ai réalisé ma 4eme séance de sport avec un coach perso et nous avons fait une balade dimanche. Nous avons également beaucoup vadrouillé de droite et de gauche avec P’tit bout ces deux derniers jours.

Le rapport aux autres :

Je suis dans ma bulle en vacances. Je ne privilégie que les liens familiaux.

A présent quels sont les objectifs de la semaine 6 pour prendre plaisir à cuisiner?

La méthode pars du principe que se remettre au fourneau est un excellent moyen de reprendre le contrôle de son alimentation.

  • Privilégier le fait maison au plats préparés : c’est dans la continuité de ce que je cherche à instaurer ces dernier temps. A poursuivre donc.
  • Choisir des produits de qualité. Passant systématiquement par un drive une fois par semaine, j’avoue que parfois je suis déçue de la qualité des produits reçus. Pouvoir passer par le boucher et le marchand de légume me fait rêver. Mais cela me parait tellement impossible en terme de planning. Je ne vois pas du tout comment m’organiser pour pouvoir y arriver. Peut être faudrait-il à minima que je retourne physiquement dans un supermarché plutôt que de choisir mes produits de derrière un écran. Cela éviterait quelques mauvaises surprises.
  • Organiser ses menus pour la semaine : pour le coup ceci est fait.
  • Anticiper le Dimanche pour avancer les repas de la semaine autant que possible : cela dépend énormément des repas prévus pour la semaine et de ma motivation le weekend.
  • Investir dans un robot cuiseur pour gagner du temps : franchement je ne sais pas si c’est vraiment intéressant. Le prix rend l’idée totalement rédhibitoire.
  • Retrouver de l’énergie grâce au régime sans gluten. C’est quelque chose que j’aimerai pouvoir faire un jour. Mais pas pour le moment.

Dans l’objectif de retrouver la forme la méthode propose aussi :

  • De se mettre au badminton. C’est un sport qui me plairait bien. Mais il faudrait que je trouve des partenaires. Des motivés?
  • Retrouver du souffle grâce aux huiles essentielles. Cela va être compliqué, elles me déclenchent des migraines.

Bon et bien Vendredi prochain je vous fais un petit bilan de la semaine et, si je n’ai pas déjà laissé tomber, mes objectifs de la semaine 7. Cependant de façon globale pour le moment j’ai quand même une forme en dent de scie, cela ne m’a pas l’air très concluant. De plus ma motivation baisse à grand pas. Bon allé, on s’accroche.

J’ai essayé pour vous …de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menus semaine 17-2018

Idées de menus – semaine 17-2018

 

 menus semaine 16-2018 <  menus semaine 17-2018

 

Personnellement, j’ai souvent été confrontée au manque d’inspiration le soir venu pour répondre à la question « qu’est ce qu’on mange ce soir? ». Notamment lorsque la journée de boulot a été particulièrement chargée. Dans ces cas là en général je ne pense qu’à une chose, mon canapé. J’ai donc pris l’habitude, pour me motiver, d’élaborer à l’avance les menus pour les soirs de la semaine. En plus, cela simplifie les courses et évite d’acheter n’importe quoi. Je vous propose que l’on se retrouve chaque semaine pour partager nos idées de menus.

Cette semaine est la seconde des vacances scolaires. Je poursuit les idées de menus inspirés du livre de cuisine « Qu’est ce qu’on mange ce soir ».

Bonne semaine à tous !