J’ai essayé pour vous…Les petits sablés bio La Sablésienne

La Sablésienne

Grâce à la box envouthé de ce mois de Mai, j’ai eu l’occasion de goûter aux sablés bio caramel & tonka de La Sablésienne. Découvrons ensemble.

La Sablésienne

Il s’agit d’une biscuiterie du département de la Sarthe qui compte plusieurs boutiques dans l’Ouest de la France. Je pense ne pas me tromper si je fais le parallèle avec la biscuiterie la Cure Gourmande pour ceux et celles qui habitent beaucoup plus au Sud, en Occitanie.

Toutefois après visite de leur site web il semble, en ligne en tout cas, qu’il n’y a que quelques recettes différentes de proposées. Essentiellement des sablés, des meringues et des langues de tigre. A priori les jardineries Truffaut les proposent à la vente dans leurs corner épicerie fine bio pour ceux qui craignent de retrouver leurs biscuits en miette s’ils passent par la vente en ligne.

L’accent est mis sur des ingrédients naturels, sans conservateurs, sans colorants ni arômes artificiels. Sans huile de palme, blé français, made in france et certifié bio. Le top quoi. Si ce n’est le prix : 13.20 € les 185 g….soit 30 biscuits. En gros le prix d’un kg de biscuits industriels. On est donc en droit de s’attendre à de la haute qualité.

Les petits sablés bio caramel et fève tonka

Composition

Contrairement aux Nutella biscuits qui étés affublés d’un catastrophique 0/100, Yuca attribue une note de 41/100 à ces biscuits. Ce qui dans leur vocabulaire reste médiocre mais entendons nous, pour avoir 100/100 sur la table des valeurs de cette appli, il vous faut scanner une salade verte ou de l’eau minérale.

Pourquoi « seulement » 41/100 : parce que ce produit, toujours selon Yuca, serait un peu trop sucré et donc un peu trop calorique. Bref en gros ne mangez pas toute la boite d’un coup, mais un ou deux pour vous faire plaisir ne vous tuera pas. Niveau additifs on est bien loin des additifs à risque élevé du Nutella biscuits. Seul un additif est recensé, considéré comme à risque limité : un arôme artificiel. Ce qui me parait curieux puisqu’il est bien précisé sur la liste des ingrédients au dos du paquet qu’il s’agit ici d’arômes naturels. Si on prend en compte le mauvais traitement de cette information par Yuca, la note finale serait donc théoriquement bien meilleure. Une composition plutôt propre donc, avec un sablé pas gras bien qu’un peu sucré.

L’accord met & thé

L’Envouthé propose d’accorder aux sablés un thé vert de chine fruité-fleuri 100% bio qu’ils ont baptisé l’enchanteur. Les saveurs de pêche et lavande associés aux petit sablés, devraient offrir une parenthèse relaxante avant de démarrer sa journée.

Avis

Je suis fan de ce thé vert. J’appréhendais la lavande car c’est généralement une senteur qui me file la migraine. Mais ici les arômes fruités prédominent quand vous respirez l’agréable odeur qui se dégage de votre tasse. J’avais pratiquement envie de m’en refaire un de suite lorsque j’ai terminé ma tasse.

Quand aux biscuits on sent bien la saveur Tonka. Beaucoup moins le caramel par contre. D’ailleurs quand j’ai demandé à P’tit bout à quoi étaient les sablés, il a répondu qu’ils étaient au chocolat… « – Euh…non loulou, ils sont apparemment au caramel…. – Ah ben on dirait pas ». Pourtant on les voit bien les incrustations de caramel dans le biscuit.

A la dégustation je les ai trouvé un peu sec. Je préfère les sablés bretons tout bien compté même s’ils sont du coup beaucoup plus caloriques. C’était néanmoins une belle découverte même s’ils ne correspondent visiblement ni à mes goûts ni à ceux de P’tit bout. On ne va donc pas remuer ciel et terre pour en retrouver. Mais si un jour je pars visiter la Sarthe, il est fort probable que j’aille faire un tour dans une biscuiterie La Sablésienne et que j’en rapporte une belle boite pour goûter leurs autres recettes 😉

Et vous? Connaissez-vous cette biscuiterie? Y en a-t-il une autre pour laquelle vous craquez complètement?

J’ai essayé pour vous…A la lumière du petit matin de Agnès Martin-Lugand

A la lumière du petit matin

A la lumière du petit matin fait partie de la liste Babelio des 18 livres les plus populaires de l’année 2018.

L’histoire

Elle est assez banale en somme.

Hortense, bientôt 40 ans, professeur de danse parisienne, ne s’est pas remise du décès de ses parents survenu il y a 4 ans. Elle a subit plus que vécu les 4 années qui viennent de se passer, se contentant de jouer le rôle que son entourage attend d’elle. La professeur de danse motivée auprès de ses collègues, l’amie enjouée, la maîtresse séduisante auprès de son amant marié.

Et comme dans beaucoup d’histoires tournant autour d’une danseuse, il y a fatalement la blessure qui va l’empêcher de danser qui survient. Rien de définitif ici, mais quand même une belle entorse qui va lui immobiliser une cheville plusieurs mois.

Des mois qu’elle va mettre à profit pour revenir dans la demeure de ses parents, rouvrir leur gite, et reprendre en main ses choix de vie, car il n’est jamais trop tard. Hortense a de toute façon toute les cartes en mains pour réussir sa vie bien qu’elle mette du temps à s’en rendre compte.

D’une certaine façon, Hortense m’a fait penser à Jeanne, dans la Beauté des jours de Claudie Gallay.

Le style littéraire

La lecture est très facile. Le style littéraire n’est pas recherché. On se glisse dans la lecture comme on regarderait une série.

Sur un transat au bord de la piscine serait les conditions idéales pour cette lecture sans autre ambition que d’être divertissante.

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Amis-amies

Amis-amies

Amis-amies est un roman pour les 8-11 ans de la collection les lutins aux éditions écoles des loisirs, écrit et illustré par Tomi Ungerer.

L’histoire de Amis-amies

Rafi Bamoko vient d’emménager dans un nouveau quartier. Il a du mal à s’y faire de nouveaux amis. Du coup il se plonge à fond dans sa passion: le bricolage. Il se fabrique ainsi ses propres amis, de carton, bois et métal.

Sa voisine Ki Sing se passionne pour la couture. Lorsqu’elle le voit faire, elle lui propose de coudre des vêtements pour ses amis. Ensemble, au moyen de nombreux matériaux de récupération, ils construisent et habillent de nombreuses créatures.

Par manque de place ils sont obligés de les mettre dans le jardin. Ces créations suscitent l’admiration du quartier et tout le monde se découvre une envie de créer. Ceci attire également l’attention des autorités qui décrètent que le risque d’incendie est trop important.

Les médias se saisissent de l’histoire ce qui attire l’attention d’un conservateur de musée qui décide de sauver ces oeuvres en en faisant une exposition d’art brut. L’exposition du duo d’artiste Rafiki devient un succès et les deux amis peuvent s’installer dans un véritable atelier.

L’histoire conclu que plus tard, Ki devient une créatrice de mode et Rafi un sculpteur. Ils sont toujours amis.

On aime

Les illustrations très colorées et détaillées qui aident à s’imaginer le genre de création du duo. On prend plaisir à y rechercher des détails rigolos voir saugrenus.

Les thèmes abordés sont intéressants : amitié, créativité mais également racisme. Les deux cultures de Rafi et Ki sont mises en parallèles. Ils sont tous les deux étrangers dans cette ville, c’est aussi ce qui les a rapprochés, même s’ils sont étrangers l’un à l’autre. La méchanceté de certains vis à vis de personnes de culture différente n’est pas raconté à demi-mot comme cela peut parfois être le cas. Lorsque Rafi et Ki vont à la décharge publique pour se procurer des matériaux afin de leur offrir une seconde vie, un passant se permet la réflexion suivante : « Regardez donc ces étrangers, maintenant, ils nous volent même nos déchets. »

On aurait aimé

Une histoire un peu plus fournie quitte à ce qu’elle fasse quelques pages de plus. Parfois les événements s’enchaînent trop rapidement ne laissant pas le temps au lecteur de se familiariser avec eux. Cet effet se fait ressentir surtout sur la fin. A partir du moment où le quartier découvre leurs œuvres, tout s’emballe trop vite.

Un happy ending moins conte de fée. Je ne dit pas pour autant qu’il fallait quelque chose de sombre, mais d’un peu plus ajusté à la réalité au regard d’une histoire qui se veut ancrée dans le monde et non dans la fiction.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Nutella biscuits

Nutella biscuits

Je ne suis pas forcément une grande fan du Nutella capable d’en manger directement dans le pot à la petite cuillère sans être écœurée, mais il est vrai que de temps en temps je ne dis pas non. Alors quand en faisant les courses j’ai découvert les nouveaux Nutella biscuits, il fallait que j’essaie XD.

En gros, qu’est ce que c’est?

De jolis sablés garnis de Nutella. Niveau taille rien à dire, nous sommes sur le format assez classique du sablé, à peine plus grand qu’un Oreo. Avec une épaisseur d’un bon centimètre.

Le sablé est bon et croustillant. La garniture en Nutella est généreuse. Au bout de deux sablés j’étais déjà saturée en sucre.

Le Prix ?

Nous sommes dans la gamme de prix haute des biscuits vendus en supermarché. Au niveau de celle des biscuits Bio. Pour comparaison les Oreo sont à 8.86 euros le Kg et les Nutella Biscuits sont à 10.49 euros le Kg. Les sablés chocolat noir de la marque Auchan bio sont à 10.55 euros le Kg.

La composition ?

Nutella a été largement décrié par rapport à l’huile de palme qu’il contient en grande proportion. Peut être pour compenser cette mauvaise image, il joue la carte de la farine de froment et du sucre de canne pour le biscuit. Mais est ce suffisant?

A priori non s’il faut en croire l’application Yuca qui lui donne la désastreuse note de 0/100. Oui il ne fallait pas rêver non plus. C’est forcément trop calorique, trop sucré, trop gras, et contient 4 additifs dont un à risque élevé.

Comparé à du Nutella à la petite cuillère, c’est manifestement même pire. Puisque le Nutella en pot hérite de la note peu glorieuse mais quand même pas aussi médiocre de 30/100. Pourquoi? L’absence des 4 additifs en question présents dans la pâte à biscuit.

En conclusion : Dommage mais recette à revoir pour mieux faire. Cependant ayez à l’esprit néanmoins que les additifs en question sont présents dans la plupart des biscuits de grande distribution tel que ceux de la marque Delacre par exemple.

Et vous? L’avez-vous essayé? Qu’en pensez-vous?