J’ai essayé pour vous …de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menus semaine 46

Idées de menus – semaine 46

  menus semaine 45menus semaine 46

Personnellement, j’ai souvent été confrontée au manque d’inspiration le soir venu pour répondre à la question « qu’est ce qu’on mange ce soir? ». Notamment lorsque la journée de boulot a été particulièrement chargée. Dans ces cas là en général je ne pense qu’à une chose, mon canapé. J’ai donc pris l’habitude, pour me motiver, d’élaborer à l’avance les menus pour les soirs de la semaine. En plus, cela simplifie les courses et évite d’acheter n’importe quoi. Je vous propose que l’on se retrouve chaque semaine pour partager nos idées de menus. Voici celui de la semaine à venir, la semaine 46.

Une semaine de menus archi simple car je suis trop crevée pour me lancer dans des repas ambitieux et batailler avec p’tit bout pour lui faire manger des plats qu’il considérerait comme trop élaborés.

PS: mes semaines de menus vont du samedi au vendredi car je passe récupérer mes courses au drive le samedi matin.

J’ai essayé pour vous…Le grand livre pop-up du petit prince

petit prince

J’ai essayé pour vous…Le grand livre pop-up du petit prince

On ne présente plus le Petit Prince d’Antoine de Saint -Exupéry.

petit prince

Mais je souhaite plus particulièrement vous montrer l’édition Pop-up de Gallimard jeunesse.

C’est un très bel objet que l’on manipule avec plaisir. P’tit bout le considère comme un livre précieux qu’il manipule avec beaucoup d’attention.

Peu importe le niveau de lecture de l’enfant. Au début il vous écoutera, appréciera l’épisode du mouton, puis décrochera quand le Petit Prince commencera le tour des différentes planètes et leurs habitants. Et puis un peu plus tard de lui même il en reprendra la lecture. Et un jour, peut être, il le lira jusqu’au bout. Cette édition présente le texte dans sa version intégrale, et c’est finalement ce qu’il y a de mieux.

Certaines illustrations sont à plat. D’autres se découvrent au fil de l’histoire en rabattant un coin de page.

Certaines sont légèrement en relief. D’autres comme le baobab occupent tout le volume d’une double page.

petit prince  petit prince  petit prince

 

Voici une belle idée de cadeau en cette période de préparatifs de Noël.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

petit prince

 

 

 

J’ai essayé pour vous…La formule Brunch du Pré vert

Pré vert (montpellier)

J’ai essayé pour vous…La formule Brunch du Pré vert (Montpellier)

 

La Pré vert est un salon de thé situé Place Saint Anne à Montpellier. Il dispose d’une jolie terrasse colorée et est connu pour ses goûters et ses grandes salades. J’en avais entendu beaucoup de bien et c’est donc très enthousiaste que je m’y suis rendue un Dimanche matin dans l’idée d’y prendre un brunch.

En ce Dimanche automnale à leur décharge il commence à devenir difficile d’apprécier la terrasse. Le cadre donc ne pouvait pas être au rendez vous. Nous étions sous une tente plastifiée réchauffée par un radian.

Au menu du brunch complet

(22.00 €)

servi week-end et jours fériés :

 

Première partie du brunch : tartines de confitures

La première chose qui me fut servie est le verre de jus d’orange frais. Gasp. Le petit verre déjà en lui même ne donne pas envie. Un glaçon flotte dedans on ne sait pas trop pourquoi et en le remuant un peu on constate qu’il ne manque pas de pulpe. C’est peu dire. Sans exagérer je pense que c’est l’un des plus mauvais jus d’orange qu’il m’ai été donné de boire. Il m’a donné l’impression qu’il n’y avait plus d’oranges en réserve et que l’équipe pour y pallier a raclé les pulpes et fragments écrasés restés sur le presse agrume, les a mélangé avec de l’eau et les a servit en tant que jus d’orange fraîchement pressés.

Bon passons au thé. Une théière d’eau chaude nous a été déposée à faire circuler à table. Comme nous n’avions pas choisi le même parfum, impossible de laisser le thé infuser dans la théière pour en profiter ensuite pendant tout le Brunch, mais ce n’est pas la fin du monde. Il était bon.

Viennent en même temps les corbeilles de pain et un plateau où ont été empilés les carrés de beurre sous leur emballage alu, et les mini pots de confitures de fraises. J’ai attendu quelques minutes qu’on nous apporte des assiettes pour pouvoir faire nos tartines, mais non. A priori il ne faut pas compter dessus. Y’a quand même des efforts à faire en matière de présentation les enfants. Rien à redire par contre sur la qualité des produits, le pain est chaud et croustillant, et le beurre et la confitures de marques de qualité. Il faut aimer la fraise par contre on ne vous demande pas votre choix. Fort heureusement très peu de personnes n’apprécient pas la confiture de fraise en général.

 

Seconde partie du brunch : l’Assiette

Vous n’avez pas encore fini vos tartines qu’on pose devant vous l’Assiette. L’assortiment sucré / salé annoncé sur la carte vous est servit dans la même assiette. Un truc énorme qui fait un peu pèle-mêle. Vous ne savez pas trop ce que vous allez manger en première impression. Puis vous voyez que la charcuterie côtoie le gâteau au chocolat, et que vos fruits frais sont à deux doigts de glisser dans la sauce de la salade qui occupe le centre de l’assiette.

Question présentation cela ne va pas du tout. Soit il faut investir dans des assiettes beaucoup plus grandes pour donner un peu de cohérence à l’ensemble, soit (et il me semble que ce serait mieux), il faut servir en deux fois. D’abord le salé, puis le sucré. Ce mélange n’est pas appétissant.

L’assortiment salé se composait  :

  • d’un oeuf à la coque. Sachant que l’on ne nous a pas rapporté de pain il a fallu faire avec les petits morceaux par ci par là qui avaient survécu aux tartines. Il était cuit tout comme il faut. J’aurai aimé pouvoir le saler / poivrer mais il n’y en avait pas à table,
  • d’un demi croque monsieur qui n’avait rien d’exceptionnel,
  • d’un pilon de poulet que je n’ai pas goûté car mon homme m’a prévenu à temps qu’il était relevé (j’en aurai pleuré toute la nuit, mon estomac ne me l’aurait pas pardonné),
  • d’une morceau de pain grillé avec une rondelle de fromage de chèvre décorée d’un morceau d’abricot sec,
  • une tarte au légume dont la pâte n’était pas cuite,
  • d’une salade composée (salade verte, carotte, tomate cerise),
  • de deux quart de wraps, l’un au jambon et l’autre au saumon, tartinés de fromage type boursin ou st moret,
  • de la charcuterie.

L’assortiment sucré se composait :

  • de fruits frais: raisin, mandarine et tranche d’ananas, mais qui auraient mérité d’être à l’abris dans une coupelle pour ne pas se mélanger à la salade composée,
  • une mini verrine brisures de biscuit, compotée de framboises, chantilly : le seul élément un tant soit peu recherché au niveau saveur de toute l’assiette,
  • d’un morceau de gâteau au chocolat. Certains ont trouvé qu’il était au moins de la veille, je ne saurais pas dire. Il était  bourratif en tout cas,
  • un gâteau à la châtaigne que mon homme a bien apprécié, et que je n’ai pas pu goûter, car après le gâteau au chocolat je ne pouvais plus rien avaler,
  • question subsidiaire: où est la tarte sucrée?

Conclusion

Vous serez calé c’est certain. J’ai mis la journée à finir de le digérer.

Niveau présentation il y a des efforts à faire pour passer à un Brunch plus soigné en adéquation avec le prix.

Niveau saveurs il n’y a rien de recherché mais si la présentation est un tant soit peu améliorée ce pourrait devenir un Brunch sympathique sans chi chi.

Je redonnerai certainement une chance à ce petit café, au printemps pour profiter pleinement de la terrasse, et plutôt pour un goûter ou un dîner. Ce n’est pas un Brunch que je recommanderai pour le moment.

 

J’ai essayé pour vous…Les Jaffa cakes

jaffa cakes

J’ai essayé pour vous…Les Jaffa cakes

 

L’épreuve technique de l’épisode 3 de l’émission les Meilleurs pâtissiers consistait en la réalisation de 36 Jaffa cakes. Vous trouverez ici grâce à Mercotte la recette de ces petites génoises recouvertes d’une gelée d’orange plus communément connues sous le nom de Pim’s.

Vous trouverez également la vidéo ici, qu’il est toujours utile de regarder.

Je n’ai réalisé qu’un tiers des quantités de la recette, car je n’avais pas besoin d’obtenir 36 Jaffa cakes. J’ai commencé cette recette avec beaucoup d’appréhension alors que concrètement quand on la lit on se dit que cela n’a pas l’air sorcier. Pourtant au regard des résultats assez catastrophiques des candidats je ne vois pas trop comment faire mieux.

La génoise

J’avais encore en tête le fiasco de ma génoise d’il y a 15 jours, celle du Chaya de Paysandu. Ce coup-ci j’avais bien à l’esprit d’utiliser mon robot plutôt que mon batteur à main et en effet la préparation oeuf/sucre a bien triplé de volume.

jaffa cakesCe qui m’interpellait plus c’était mes moules. J’ai deux plaques de moules en silicones que j’utilise pour les muffins. Ils font bien 5 cm de diamètre. Lorsque j’y ai poché la génoise, je n’y ai mis qu’un fond. Par contre je ne saurai pas vous expliquer pourquoi, mais sur le coup comme ils sont en silicone il m’a semblé inutile de beurrer les moules au préalable. Peut être que j’aurai dû. J’en ai perdu 2 sur les 12 au démoulage, ils ont collé au fond et se sont effrités. De plus ils n’ont pas de jolie couleur dorée sur la croûte. Pour vous dire, j’ai eu le sentiment au début qu’ils n’étaient pas cuits. Pourtant ils rebondissent bien comme l’explique Mercotte.

 

jaffa cakes

Bref je ne suis pas super contente de mes petites génoises.

La gelée d’orange

Je n’ai pas trouvé de gélatine en poudre. J’ai donc dû composer avec les feuilles de gélatines plus classiques que j’ai laissé ramollir 20 min au préalable dans de l’eau froide. Pour le poids j’ai conservé le même que celui de la recette ( en proportion avec les 12 biscuits au lieu des 36 que je visais). N’ayant pas un plateau à rebord j’ai versé dans un plat classique en essayant de pas faire trop épais et j’ai laissé prendre un peu moins d’une heure au congélateur. Quant j’ai découpé à l’emporte pièce des cercles, la gelée s’est avérée quand même bien trop épaisse à mon gout.

Le tempérage du chocolat et la finition

jaffa cakesTempérer le chocolat comme indiqué par Mercotte s’est avéré bien efficace, j’ai obtenu un chocolat bien lisse et brillant au final. Ce qui a posé problème s’est le montage de l’ensemble. Plusieurs constats:

  • mes disques de gelée ne devaient pas être assez froids. Sur le site de cuizine de A à Z , Mercotte précise qu’il faut laisser la gelée idéalement prendre 4 heures au frais. J’étais clairement loin des 4 heures.
  • mon chocolat devait être trop chaud. L’astuce du point de colle en chocolat pour coller le disque de gelée à la génoise n’a pas fonctionné. Ils ne tenaient pas. Peut être aurait-il fallu mettre les points de chocolat, poser les disques par dessus et les remettre quelques minutes au frais ?

Quoiqu’il en soit, le résultat final fut donc très chaotique et pas beau du tout. Comme les gelées ne tenaient pas à la génoise, avoir fait le contour avec une ligne nette tracée au cornet ne servait plus à grand chose. Dès lors que je n’arrivais pas à la retourner sans faire tomber la gelée dans le bol, j’ai essayé la technique de la poche à douille, mais cela dégoulinait sur les cotés, faisait fondre la gelée au passage, mais ne tenait pas dessus.

Bon sinon…une boite de pim’s c’est bien aussi 😉

jaffa cakes

 

J’ai essayé pour vous…Zombillenium

zombillenium

J’ai essayé pour vous…Zombillenium

Et comme j’ai encore « stand as one » dans la tête je n’arrive pas à mettre de l’ordre dans la façon d’amener ce billet.

Bon ben commençons par la fin, c’est juste génial, allez le voir avant qu’il ne soit plus à l’affiche.

Et emmenez y vos enfants! Contrairement à ce que l’on pourrait craindre rapport aux zombies et autres monstres, ce n’est pas un film d’horreur n’ayez crainte. Vous n’allez pas les terroriser. Maintenant avant 7 ans il n’est pas dit qu’ils comprennent le scénario par contre.

Zombillenium chronologiquement

C’est avant tout une bande dessinée de Arthur de Pins. Que je n’ai pas lu, mea culpa. Je compte d’ailleurs de ce pas rectifier cet impair en allant me procurer dès que possible les trois tomes. Fort heureusement il ne semble pas nécessaire d’avoir lu la BD pour comprendre le film. Ce n’est d’ailleurs pas le même héros principal à priori.

Puis un pilote lancé en 2013, Arthur de Pins signe le clip de « Nameless World » de Skip The Use. Dites coucou à la sorcière Gretchen sur son skate board  volant. Mat Bastard devient le squelette Sirius. Le décor de zombillenium est posé.

La bande son est d’enfer (elle était facile). La scène où Sirius, Hector Sax et Gretchen interprètent « Stand as one » est juste géniale. On aimerait pouvoir la regarder en boucle.

L’histoire

De façon plus générale, l’histoire est une belle satyre du monde de l’entreprise moderne prête à sacrifier ses valeurs au nom de la rentabilité. Mat Bastard continu à y prêter sa voix à Sirius, le squelette délégué du personnel syndicaliste fort sympathique.

Hector Sax, un type un peu gringalet, un peu fragile, qui bosse pour pouvoir s’occuper de sa fille Lucie et qui finit par oublier pourquoi il bosse, découvre l’envers du décor de zombillenium. Comme il n’est pas possible de le laisser repartir, il est embauché d’office. Sa catégorie de mort vivant n’étant pas bien définie, il finit avec les zombies. Il s’avère que lorsqu’on le met en colère, il se transforme en un grand démon rouge très impressionnant façon Hellboy. La maîtresse d’école le découvre à ses dépens (hmmm oui si vous êtes maîtresse d’école sachez que le représentant de votre profession dans ce film est la personne somme toute la plus monstrueuse du lot).

Les employés du parc d’attraction ont 15 jours pour trouver de nouveaux actionnaires, ou ils finiront tous en enfer. Une petite compétition se joue alors entre les vampires, déjà maîtres de l’attraction phare (la grande roue), et le groupe de Hector sax chargé du train fantômes. La sorcière stagiaire Gretchen se balade au milieu de tout cela un peu indécise quand au parti à prendre.

Les plus

La musique porte littéralement l’animation. Ils sont indissociables et ont clairement été pensés ensembles. Ce n’est pas juste un film d’animation auquel il a fallu ensuite plaquer une BO.

L’animation est made in France, et elle est irréprochable.

Les personnages sont attachants. Il y a beaucoup de clins d’œil: Thriller de Michael Jackson, un vampire qui brille au soleil façon twilight (et qui ressemble beaucoup à Robert Pattinson d’ailleurs), …

On y retrouve beaucoup d’humour, de l’héroïsme, un zeste de romance, une petite Lucie très touchante.

Le moins

Revers du bâton, si vous n’aimez pas Mat Bastard (ce qui doit pouvoir être possible j’imagine), vous ne fermerez du coup pas les yeux sur quelques raccourcis scénaristiques. Le film se disperse par ailleurs un peu au début avant de se recentrer sur la trame principale. Vous pourriez également pinailler en disant que Hector Sax semble s’adapter de façon assez impressionnante à sa nouvelle condition. Et non seulement il s’adapte vite mais devient en plus force de proposition pour le mieux de l’entreprise alors même qu’il n’avait pas encore compris qu’il n’était pas déjà en enfer. Si ça c’est pas un gars sympa dans l’abnégation totale pour ses nouveaux collègues. Certes vous pourriez lui reprocher tout cela. Mais bon dans ce cas il n’y aurait pas eu d’histoire, le parc aurait fermé, il se serait retrouvé en enfer, et sa fille Lucie serait effondrée. C’est tout de suite moins Rock and roll c’est sur.

Alors arrêtez de pinailler, et contentez vous d’apprécier cette belle fable moderne. Promis, tout est bien qui fini bien.

Pour vous allécher encore plus, si vous ne l’aviez pas déjà vue : la bande annonce.