J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « Grignotin et Mentalo présentent… »

Grignotin et Mentalo

Le billet semaine dernière sur le recueil de pièces de théâtres de Catharina Valckx m’a rappelé cet excellent tome des aventures de Grignotin et Mentalo.

La série

Les aventures de Grignotin et Mentalo se déclinent au travers d’une série de 5 livres (qui se lisent indépendamment) de Delphine Bournay. Ils sont parus dans la collection Mouche de l’école des loisirs. Vous savez bien, il s’agit de cette collection de petits romans pour les 6-8 ans. Entre autres je vous ai déjà évoqué dans cette collection la série des Vive la vie, Gabi! de Soledad Bravi. Ou plus récemment les aventures de Lester et Bob. Je suis même surprise de n’avoir jamais évoqué ce roman ici mais j’ai beau cherché dans la base de recherche du blog, non rien.

L’histoire

Le tome intitulé « Grignotin et Mentalo présentent… » fait référence à la fable de la cigale et la fourmi.

Fatigué de devoir tout gérer, Mentalo décide de mettre en scène cette fable pour faire passer un message à ses amis. Mon passage préféré est le suivant : lors des explications sur la pièce, Grignotin ne supporte pas le sort réservé à la cigale. Cependant Mentalo maintient ferme qu’il ne peut pas aller à l’encontre de l’esprit de Jean de la Fontaine et modifier la fin pour le seul plaisir de son ami. Grignotin va se déguiser en « esprit de Jean de la Fontaine » pour convaincre son ami de changer cette fin tragique, lequel , par amitié (car en observant les illustrations les enfants comprendront qu’il n’est pas dupe) permettra une petite variante au texte original.

La suite de l’histoire raconte comment Mentalo va organiser l’attribution des rôles, les répétitions etc jusqu’au soir de la représentation. De quoi potentiellement donner envie aux enfants de se lancer également dans un tel projet de mise en scène 😉

D’autant que c’est une des fables généralement apprise entre le CP et le CE2.

Les illustrations

Dans ce roman les illustrations prennent le pas sur le texte avec les dialogues directement inscrits dans le dessin en écriture cursive. Pas facile de lire une écriture cursive pour un jeune lecteur mais c’est ici un bon entrainement. Avec une couleur attribuée à chaque protagoniste pour s’y retrouver plus facilement.
Je préconiserai quand même d’attendre le CE1.

Le trait est simple, presque naïf pour la mise en scène de ces animaux aux tons pastels. Les mimiques très expressives accompagnent parfaitement le texte. Le tout est très amusant.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Captain Marvel

Captain Marvel

Ce film est le dernier opus Marvel avant la suite des Avengers.

Souvenez-vous, dans Avengers : Infinity War, une des dernières scènes représente l’usage par Nick Fury d’un bipeur.

Ce qui annonçait sans équivoque l’arrivée prochaine de Captain Marvel pour botter les fesses de Thanos.

L’intérêt du film

Concrètement il n’a pour seul but que d’introduire le personnage de Captain Marvel avant son arrivée dans Endgame, histoire de lui donner un peu de légitimité et de crédibilité.

L’action se passe dans les années 90 et permet également, outre d’introduire l’histoire de celle qui deviendra Captain Marvel, de creuser les débuts de Nick Fury au Shield. J’ai été très déçue par l’explication du « comment il est devenu borgne ». Ils auraient quand même pu trouver quelque chose de plus classe!

Sinon, rien de bien transcendant. Si vous ne l’avez pas vu, cela ne vous empêchera en rien de voir la suite. Ah tient au passage je remarque que je n’ai jamais fait le billet concernant Ant-Man et la Guêpe. Pour mémoire ces personnages étaient absents de l’épisode Avengers : Infinity War. En effet, ils étaient un peu pris ailleurs. Ce qu’ils font pendant ce temps n’ayant néanmoins aucune incidence (à priori) sur la suite des événements, si vous ne l’avez pas vu, ce n’est pas bien grave non plus. Même si ceci dit en passant, il est plus réussit que cet épisode-ci.

Et sinon, comme super-héros, elle est comment?

J’avoue ne pas être top emballée. Niveau charisme on repassera. Je ne l’imagine pas en chef d’équipe des Avengers par exemple. C’est plus une arme qu’il va falloir savoir orienter, qui réagit plus à l’instinct qu’à la réflexion. Et niveau moral on n’en sait finalement pas grand chose hormis qu’elle se sort des situations pénibles par un sourire, une blague facile, voir les deux.

Une supergirl à la sauce Marvel qui n’a pas encore sur les épaules l’impression que l’avenir du monde repose sur elle. Peut être cela viendra-t-il face à Thanos. Il faut l’espérer en tout cas. A croire que l’intelligence décline proportionnellement avec le niveau de puissance chez les héros Marvel.

Ambiance sérieuse ou Rock’N’Roll?

Les visuels penchent plutôt vers les couleurs des Gardiens de la Galaxie ou de Thor Ragnarok.

Les scènes d’humour répétitif avec le chat ont commencé à me lasser plus que me faire rire au bout d’un moment. Même si au final on finit par comprendre où ils voulaient en arriver, mais il y avait quand même moyen d’être moins lourd il me semble. Donc de l’humour potache à grand renfort de visuel très clinquant pour masquer un scénario somme toute très light.

Beaucoup de potentiel, mais sous exploité à mon sens. Dommage.

J’ai essayé pour vous..Félix et la source invisible.

Felix et la source invisible

Il s’agit du dernier roman de Eric-Emmanuel Schmitt. A l’image du tour de l’oie de Erri de Luca, il fait partie des ouvrages qui étaient attendus pour la rentrées littéraire de cet hiver 2019. Pour changer je ne connaissais pas cet auteur (non mais à force je vais peut être un jour finir par devenir un peu moins médiocre sur les auteurs contemporains.)

L’histoire

Chose peu commune je vais commencer par la fin. A la suite de l’histoire une page nous indique que ce roman fait partie du cycle de l’invisible, une série de récits indépendants les uns des autres, qui abordent tous la recherche du sens. Dans Félix et la source invisible, c’est l’animisme qui est donné à ressentir.

La maman de Félix, 12 ans, a sombré sans prévenir du jour au lendemain dans une profonde dépression. Ce récit conte comment il va finir par se tourner vers les sages du village natal de sa mère, quittant Paris pour un village africain proche de Saint-Louis, afin de lui redonner vie. Ce récit raconte également l’histoire d’un fils qui retrouve son père.

L’écriture

Le style d’écriture est à la fois soutenu et facile à lire. Le lecteur est rapidement emporté dans l’ambiance du bistro au boulot. Les habitués du bar sont tous attachants. Le regard bienveillant et sans jugement que porte Fatou à chacun d’eux est extraordinaire. Rendant d’autant plus injuste cette dépression qui vient éteindre une personne qui était si lumineuse. On est emporté dans la quête du remède qui en viendrait à bout et la recherche du « pourquoi » avant de trouver le « comment ».

Bref, j’ai beaucoup aimé. Et je ne saurai que vous conseiller de vous immerger dans cette parenthèse drôle et touchante à la fois.

J’ai essayé pour vous…Le tour de l’oie de Erri de Luca

Le tour de l'oie

Ce roman de littérature italienne a été traduit et édité par Gallimard le 7 Février 2019. Il fait partie des ouvrages attendus de la rentrée littéraire d’hiver. C’est un auteur que je ne connais pas. Par curiosité je l’ai donc lu en version numérique dès sa mise à disposition par le réseau des médiathèques.

L’histoire

Il s’agit d’un roman autobiographique construit autour du regret de l’absence de paternité. A l’image de Giuseppe et son Pinocchio en bois, l’auteur s’imagine un fils le temps d’une soirée. Les mots d’un monologue qui devient dialogue vont lui donner consistance au fil du roman.

Cet échange de mots permet à l’auteur de revenir sur les événements les plus importants de sa vie, les sentiments éprouvés ou contenus.

Le style littéraire

L’amour de l’auteur pour les mots et jeu de mots est palpable. Je me demande dans quelle mesure en tant que lecteur français ne connaissant pas l’italien je suis passée à coté des références faites à cette langue. Ainsi qu’au pays. Probablement faut-il être napolitain pour apprécier à leur juste mesure certaines références.

Le tout m’a donné le sentiment de n’être qu’une excuse au plaisir d’écrire. Un poète qui prend plaisir à enchaîner les mots et voir où ils vont le mener sans objectif annoncé. Il nous fait ainsi partager une sagesse accumulée au cours de ses nombreuses vies. Anarchiste révolutionnaire, ouvrier, humaniste, croyant, alpiniste, poète, écrivain, fils. Faisant ainsi le tour de l’oie de sa vie en analogie avec ce jeu.

C’est magnifiquement écrit. Cependant cela ne correspond pas à un genre littéraire que j’apprécie. Je m’ennuis rapidement de l’absence d’un scénario. Je pense que je préfère que l’on me raconte une histoire plutôt que sa propre histoire, aussi riche soit-elle.

J’ai essayé pour vous …de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menus semaine 12-19

Idées de menus semaine 12-19

Désolée je vous ai fait faux bon la semaine dernière. J’étais sur un jeu vidéo au lieu de bloguer XD. Je l’ai presque fini d’ailleurs.

J’ai testé une seconde semaine de batch cooking et celle à venir sera sur le même concept. J’essaie de vous faire un retour avantages/inconvénients de la méthode courant semaine prochaine ou suivante.

Et vous? Qu’avez vous prévu pour cette dernière semaine de l’hiver?