J’ai essayé pour vous…de réaliser des boucles d’oreilles triangle

Je me suis remise, après une courte absence, à la suite de l’apprentissage de la technique du tissage de perles. Le projet boucles d’oreilles triangle utilise la technique du tissage triple. Autrement dit tisser trois perles en même temps.

Il s’agit du troisième projet du kit Mystic Galaxy de perles & co. La difficulté est indiquée comme un poil plus difficile que pour la précédente paire de boucles d’oreilles ou le sautoir.

Boucles d’oreilles triangle : matériel nécessaire

boucles d'oreilles triangle
  • Aiguilles Miyuki extra fines (OAC-162)
  • Bobine de fil Miyuki Gold (UFC-497)
  • Perles Miyuki Delicas 11/0 Galvanized Yellow Gold duracoat (DB-1832)
  • Opaque Light Salmon AB Mat (DB-1523)
  • Perles Miyuki Delicas 11/0 Mat Opaque Turquoise Green (DB-0759)
  • Opaque Dyed Cobalt Mat duracoat (DB-2144)
  • Deux Pendentifs triangles martelés dorés (PEND-692)
  • Deux Anneaux fermés 2.8 mm Gold filled (GLD-417)
  • une paire de Crochets d’oreilles 18 mm (BO-261)

Le tuto

Ci joint pour mémoire le tuto en pdf :

livret_kit_tissage_de_perles_mystic-galaxy-pdf

Cette fois nous explorons donc la technique du triple Brick Stitch. Pour le coup le tuto est extrêmement clair et je n’ai pas rencontré de difficulté particulière.

Cependant niveau rendu je suis moins convaincue que par le Brick Stitch simple. Certes c’est plus rapide de tisser les perles à coup de trois mais la structure de l’ensemble est du coup moins rigide. Les colonnes partent en peu de biais parfois, on devine des interstices, alors que j’aime que ce soit un peu plus carré.

Mais bon au final cela ressemble à peu de chose prêt au résultat escompté XD.

Aller, semaine prochaine je me lance dans la confection du bracelet (enfin!^^). Avec la semaine au ralenti qui s’annonce je devrais trouver le temps et puis cela me changera utilement les idées 🙂

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Magasin zinzin aux Merveilles d’Alys.

Magasin Zinzin

Magasin Zinzin pour fêtes et anniversaires est paru en 1995 aux éditions Ipomée – Albin Michel. Frédéric Clément en est le poète auteur-illustrateur.

L’histoire du Magasin zinzin

Frédéric Tic Tic, colporteur de son état, présente à Mademoiselle Alys, Marchande de Merveilles, sa collection de collections.

S’en suit un abracadabrantesque énoncé à la Prévert de toutes les merveilles proposées. Ceci afin que Mademoiselle Alys choisisse parmi elles ce qui lui ferait plaisir pour son anniversaire. Cela commence par un dé à coudre contenant des robes plus féeriques les une que les autres et se termine par une mystérieuse petite clé d’or. Tout en passant par un cheveu de sirène, le rouge à lèvre de Blanche Neige, les larmes du roi des crocodiles, etc.

J’ai trouvé le texte très poétique, aux multiples références à des fables populaires. P’tit bout de son coté (9 ans) n’a pas accroché. Mais je soupçonne que le fait que le discours de M. Tic Tic s’adresse à une demoiselle et que ce soit répété régulièrement, y soient pour quelque chose. La simple beauté du texte n’a pas transcendé l’absence d’histoire en tant que tel. Ce n’est pas grave il n’est pas obligé de tout apprécier. Il faudra qu’il regarde les illustrations plus attentivement pour avoir le déclic.

Je me pose néanmoins la question de l’âge auquel ce texte est accessible. La maison d’édition préconise 3/4 ans. Les librairies comme la fnac annoncent plutôt 6 ans. Pour autant cet album se trouve sur la liste de référence Eduscol pour le cycle 3. Peut être faut-il avoir 3/4 ans pour se laisser bercer par la poésie du texte sans en rechercher davantage. Et avoir au moins 8 ans pour en étudier le style d’écriture de façon plus scolaire, car en lecture seul il n’est pas forcément évident.

Les illustrations / la mise en page

La mise en page participe à la magie de l’ensemble. La typographie qui change permet d’imaginer les intonations de voix du marchand qui cherche à rendre ses merveilles encore plus merveilleuses.

Les vignettes font sourire lorsqu’elles mettent en avant l’absurde de certaines merveilles :

« Dans une boîte en fer, j’ai neuf souvenirs mâchés et remâchés d’un drôle de dromadaire »

Les illustrations sont magnifiques de précision, mélange de genres accentuant l’effet « cabinet de curiosités » de l’album.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous – l’objet de la semaine #13 – la box envouthé de Février 2020

Box Envouthé de Février 2020

La box envouthé de Février 2020 répond au nom de F.L.Y. pour First Love Yourself.

Elle est arrivée exceptionnellement extrêmement tard. Jusqu’au dernier moment l’équipe a espéré que la surprise qui devait agrémenter la boite serait prête à temps. Mais non. En raison de la situation sanitaire actuelle la surprise est bloquée à la douane XD D’où une réception de la box de Février en Mars. Tout début Mars cependant, ce n’est pas bien grave non plus.

D’autant que l’aventure Envouthé telle que nous la connaissons tire sa révérence très prochainement, après 8 années de bons et loyaux services. La box de Mars sera la dernière. Repreneur il y a, mais la formule ne sera pas forcément la même. J’essaierai pour vous 😉

Contenu de la box Envouthé de Février 2020

Yerba maté supérieur fruité

Un maté du matin stimulant, aux extraits naturels de fruits de la passion, d’orange et de citron, proposé par MONMATE. Je ne connaissais pas le Maté. J’avoue avoir eu l’impression d’être plus réveillée après (mais peut être m’en suis je auto-convaincue XD).

L’île aux fleurs

Thé noir Keemun de Chine, fleurs de soucis, arôme naturel vanille, arôme naturel noix de coco, arôme naturel ylang-ylang. Ce thé du matin relaxant est proposé par Alix & Sakura.

Thé & humanisme

Thé vert arôme naturel de fraise 7.5%, huile essentielle de citron, basilic 8%, pétales de bleuet. Ce sont Les jardins de Gaïa qui proposent ce thé de l’après midi réconfortant.

F.L.Y.

La création Envouthé est un thé noir Darjeeling d’Inde, arômes (kiwi, coing, pomme, poire, pomme-caramel), morceaux de pomme. Il s’agit d’un thé relaxant pour l’après midi.

Coup de foudre

Rooibos bio, Honeybush bio, fève de cacao concassée, écorces de cacao, gingembre, racine de maca, canneberge, groseille. Ce Rooibos du soir très gourmand est proposé par Le beau thé.

J’ai essayé pour vous…La vie qui m’attendait de Julien Sandrel

La vie qui m'attendait

La vie qui m’attendait est le second roman de Julien Sandrel que nous avions découvert avec l’excellent roman feel-good La chambre des merveilles. Il vient de paraître aux éditions le livre de poche, un an après son grand frère de chez Calmann-Levy.

La vie qui m’attendait -l’histoire

Romane, 39 ans, paralysée par toute sorte de peurs, s’est empêchée de vivre jusqu’à peu. Elle va découvrir que toute l’histoire familiale véhiculée par son père n’est qu’un vaste mensonge. La rencontre de Juliette, qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau, et les révélations qui vont en découler, vont lui permettre de renaître et vivre enfin pleinement sa vie.

Mon humble avis

Ce roman se lit très vite et est un agréable moment de lecture. Impossible néanmoins pour moi de passer à cote de la comparaison avec La chambre des merveilles. Je ne classerai pas ce second roman dans la catégorie feel-good. Certes il y a un beau message sur le fait que l’on a tous droit au bonheur et qu’il n’est jamais trop tard pour se décider à vivre sa vie pour soi même.

Cependant … parce que oui il y a un cependant ^^… tous ces mensonges proférés pour le bien des autres, ce n’est pas du tout mon truc. On ne parle pas ici de petits mensonges sans trop de conséquences du genre « mais si ta nouvelle coiffure ne te va pas si mal ». On parle de se substituer dans la vie d’une autre, cacher des éléments graves à nos proches, etc. Du coup je n’ai pas réussi à m’attacher à Romane et Juliette.

Un roman qui reste néanmoins agréable à lire même s’il est moins intense en émotions positives à mon sens que le premier.

J’ai essayé pour vous…Surface de Olivier Norek

Surface

Surface de Olivier Norek est paru aux éditions Michel Lafon en Avril 2019. Il sort en format Pocket d’ici quelques jours (le 12/03/2020). Les Babelionautes l’ont classé second des 19 livres les plus populaires de 2019.

Surface : l’histoire

Olivier Norek prend le temps de camper le personnage de son enquêtrice Noémie. Et c’est appréciable. On s’attache très vite à elle. Les scènes d’hospitalisation nous font forcément penser à Philippe Lançon. Mais le parallèle s’arrêtera très vite, l’hospitalisation ne durant qu’un mois.

Noémie se fait écarter par sa hiérarchie en raison de l’affreuse balafre héritée sur le champ de bataille qui pourrait faire flipper les petits copains. On l’envoi à la campagne où elle tourne en rond comme un lion en cage. Un cold case émerge dont elle refuse de s’occuper dans un premier temps, car elle n’a qu’un souhait, revenir au Bastion. Grace à son formidable psychiatre, elle y verra l’occasion de montrer à Paris qu’on n’écarte pas les héros.

Commence alors l’enquête à proprement parler. Oui, nous sommes bien dans un polar, et il est sacrément bien ficelé.

Le style d’écriture

Ce polar m’a énormément fait penser à La disparition de Stephanie Mailer de Joël Dicker. Donc pas de serial killer psychopathe qui fait dans le sordide avec du sang partout. Une enquête de police, qui doit s’intéresser au pourquoi, qui, comment, en allant fouiller dans le passé des personnes impliquées.

On sent bien que l’auteur maîtrise son sujet et est familier des procédures. Rien ne sonne faux. Les réactions des personnages sont criantes de vérité. J’aime beaucoup la façon dont les policiers sont mis en avant, qu’ils soient d’un commissariat de campagne, de la brigade fluviale, ou de la police judiciaire. Un très bel hommage au caractère héroïque de leur engagement.

Un excellent moment de lecture.