J’ai essayé pour vous….Quantum Break

Quantum break

J’ai essayé pour vous….Quantum Break

Quantum Break est un jeu d’action/aventure disponible sur les plateformes Xbox et Steam. Accessible à partir de 16 ans, âmes sensibles s’abstenir. En effet, vous vivrez de nombreux affrontements où vous serez amenés à tirer sur vos ennemis. Le rendu est très réaliste, donc quand vous lui tirez dans la tête, et bien forcément cela tache un peu. Il est produit par le studio Remedy.

Le sujet

Un sujet que j’adore. L’histoire du jeu traite du voyage dans le temps, un sujet que j’affectionne particulièrement. En gros sans vous spoiler, suite à l’usage d’une machine à voyager dans le temps, une faille s’est produite qui va conduire purement et simplement à l’arrêt du temps. Plusieurs factions ont leur propre idée de la façon d’y remédier et vont s’opposer volontairement ou non dans le but de sauver le monde de cette destruction.

Le gameplay

Vous incarnez Jack Joyce, petit frère de l’inventeur de la machine à voyager dans le temps. Les actions sont des successions de séquences de fouilles de l’environnement pour trouver des indices, scènes de combat où vous devez éliminer tous les ennemis qui s’interposent, et plateau lorsque le temps se détraque et que vous devez vous frayer un chemin dans le décor instable. Jack Joyce ayant été exposé à une déflagration de chronon, se retrouve doté de capacités de contrôle du temps. Une frise chronologique vous indique pour chaque période de jeu le nombre d’éléments à trouver. Le jeu fait le pari du support multimédia pour saisir l’ensemble de l’intrigue. Ainsi au cours de votre progression vous allez pouvoir découvrir des :

  • échos quantiques
  • renseignements
  • sources de chronons
  • documents
  • ordinateurs
  • médias

Les médias vont souvent être des fichiers audio lors de l’activation d’une radio. Ils vont vous renseigner sur les connaissances des médias des événements en place et de l’opinion publique vous concernant.

Les renseignements peuvent êtres sur des supports variés. Plusieurs éléments permettent de débloquer des enregistrements des 4 principaux protagonistes de l’histoire afin de mieux comprendre leur point de vue, leur motivation et les décisions qui en ont découlé.

Les documents sont des supports écrits : panneaux, notes papier etc

Les ordinateurs vous donnent accès à des échanges de mails vous permettant de comprendre ce qui se passe à Monarch, la firme contre laquelle vous vous retrouvez opposé par la force des événements. Ils sont à la destination du joueur pour améliorer sa compréhension de l’univers.

Les sources de chronon vont vous permettre d’améliorer la maîtrise de vos capacités de contrôle du temps.

Les échos quantiques vont vous permettre de débloquer des scénettes supplémentaires dans les épisodes de la mini-série.

Les jonctions

Petit plus bien plaisant. A la fin de chaque acte il y aura une scène Jonction au cours de laquelle vous ne jouez plus Jack Joyce mais Paul Serene, le dirigeant de Monarch. A chaque jonction vous devrez faire en tant que Paul Serene un choix concernant la suite des événements. Choix qui bien entendu impactera les efforts déployés pour empêcher Jack Joyce de contrecarrer le projet de Monarch. Paul Serene ayant les mêmes capacités de contrôle du temps, il arrive à avoir une vision limitée des conséquences de son choix. Il y aura ainsi 4 jonctions au total dans le jeu.

La mini-série

A la suite de chaque jonction vous aurez droit à un épisode filmé d’une trentaine de minutes façon série. C’est d’autant plus plaisant que le casting est intéressant. Les acteurs auront donc tourné les 4 épisodes et participé à la motion capture du jeu.

  • Shawn Ashmore que vous avez vu en tant que Bobby Drake alias Iceman dans les films X-men, interprète Jack Joyce,
  • Aidan Gillen que vous connaissez en tant que Littlefinger dans Game of Thrones, interprète Paul Serene,
  • Dominic Monaghan que vous avez vu en tant que le hobbit Merry dans le seigneur des anneaux, interprète Will Joyce,

Plus une foule d’autres personnages qui sont tous parfaits dans leur rôle. Les épisodes permettent de mieux comprendre qui sont ces personnes dont on entend parler et que l’on croise par moment pendant le jeu.

Durée de vie du jeu

L’histoire est découpée en 5 actes. Chaque acte est découpée en 2 à 4 parties. Dans l’ensemble le jeu se termine assez rapidement (une petite semaine lorsque vous n’y passez pas votre journée). Mais cela m’allait bien. Autant avant j’appréciais que les jeux durent longtemps, autant à présent je ne peux plus me permettre de me lancer sur des jeux interminables. Du coup, attendez qu’il soit en promo sur steam avant de l’acheter pour ne pas avoir le sentiment de vous faire avoir, ou faites le vous offrir. A noter que je l’ai joué en mode facile en ajoutant toutes les options d’aide à la visée etc pour avancer le plus rapidement possible. Si vous êtes plutôt gamer qui aime la difficulté, sachez donc que vous pouvez vous mettre la barre plus haut. Cependant si vous êtes un vrai gamer, je doute que cela rallonge du coup de beaucoup plus la durée du jeu à moins que vous ne décidiez de le rejouer à tous les niveaux de difficultés et que vous cherchiez à déverrouiller tous les succès.

En conclusion

Je n’ai pas trouvé de défauts à ce jeu. Il répondait à toutes mes attentes. L’histoire est prenante, les personnages très bien fouillés, le tout est cohérent. La mini-série et le fait de choisir les actions de la partie adverse aux jonctions ajoutent un plus qui le démarque des jeux d’actions classiques.

J’ai essayé pour vous…Mary et la fleur de la sorcière

J’ai essayé pour vous…Mary et la fleur de la sorcière

 

Cet animé est scénarisé par HIROMASA YONEBAYASHI qui a écrit par ailleurs une pépite de l’univers de l’animation japonais: Arrietty et le petit monde des chapardeurs. Cela semble donc prometteur. Cependant  cet animé parait sous la bannière du tout nouveau studio Ponoc et non pas celle du studio Ghibli. Mais peu importe au final car on devrait y retrouver tout le savoir faire du studio Ghibli vu qu’il a été fondé par des membres de ce studio lesquels ont décidé de tenter une nouvelle aventure de leurs propres ailes. C’est donc le tout premier long métrage de ce nouveau studio d’animation japonaise.

Le pitch

Mary vient d’emménager chez sa grande tante dans le village de Manoir Rouge. Elle y découvre une fleur mystérieuse qui ne fleurit qu’une fois tous les 7 ans et que l’on appelle la fleur de la sorcière. Pour une nuit seulement grâce à la fleur, Mary possédera des pouvoirs magiques et pourra entrer à Endor, une école renommée de magie.

A partir de quel âge ?

Parce que c’est une question que l’on se pose souvent au moment d’emmener un enfant voir un film au cinéma. Je vous dirais surtout pas avant 6 ans. C’est long et l’histoire est compliquée (pour un enfant). De plus si vos p’tits bouts sont rapidement impressionnables, ils risquent même d’être effrayés. Dans la lignée des films Ghibli, il y a beaucoup de formes mélange d’ectoplasme et de boue qui se projettent, se transforment etc, et qui pourraient faire peur.  Les étudiants de l’école portent des masques et m’ont donné l’impression de ne s’exprimer que par onomatopées. Après cela dépend de chaque enfant bien entendu.

Quel verdict ?

Certaines critiques sont allées jusqu’à faire le parallèle avec Harry Potter. C’est quand même très très raccourcis comme comparaison une fois que vous avez vu l’histoire. On ne va quand même pas faire le lien avec Harry Potter dès qu’il y a une école de sorcier en jeu quand même. Il y en a eu d’autres.  L’histoire bien que mignonne ne m’a pas transportée. P’tit bout a bien aimé et a passé un bon moment, c’est déjà ça.

La petite fille apprend à s’apprécier au cours de son aventure. En effet elle déteste sa tignasse rousse. A l’école des sorciers la directrice lors de leur première rencontre se trompe à son sujet et la prend pour un prodige. Les éloges fusent dans tous les sens. Mary se sent flattée. A la fin du film elle comprendra qu’elle n’a pas besoin d’être un prodige pour être une petite fille formidable. J’ai trouvé que c’était un chouette message à faire passer aux enfants. Peut être auront-ils également saisi qu’il vaut mieux éviter de se faire passer pour qui l’on n’est pas si on veut éviter les ennuis.

Mais après voila, en tant que adulte grand fan des productions Ghibli, je suis restée sur ma faim. Nous sommes très loin d’un princesse Mononoke. Cela manquait de merveilleux et c’est bien dommage car il y avait tous les ingrédients pour.

J’ai essayé pour vous …de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menus semaine 09-2018

Idées de menus – semaine 09-2018

menus semaine 07-2018 <  menus semaine 09-2018

 

Personnellement, j’ai souvent été confrontée au manque d’inspiration le soir venu pour répondre à la question « qu’est ce qu’on mange ce soir? ». Notamment lorsque la journée de boulot a été particulièrement chargée. Dans ces cas là en général je ne pense qu’à une chose, mon canapé. J’ai donc pris l’habitude, pour me motiver, d’élaborer à l’avance les menus pour les soirs de la semaine. En plus, cela simplifie les courses et évite d’acheter n’importe quoi. Je vous propose que l’on se retrouve chaque semaine pour partager nos idées de menus.

La semaine 8 a été zappée, désolée. Je n’étais pas en état. Mais voici de quoi vous donner des idées pour la semaine qui arrive. Mon dieu février est déjà terminé. Je ne l’aurai pas vu filer. Une semaine tranquille en grande partie à la maison avec P’tit bout. De quoi recharger les batteries pour attaquer le mois de Mars en grande forme après ce mois en dents de scie.

Des bisous à tous

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Tigre et léopard

Tigre et Leopard

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Tigre et Léopard

Tigre et Léopard sont deux chenapans qui font connaissance dans la jungle et qui vont se mettre ensemble en quête de quelque chose à manger. « Si on trouve un animal à rayure, il est pour toi. Mais si c’est un animal à taches, je l’attrape. »

Cet album est proposé par les éditions Albin Michel Jeunesse. Ils ont eu la bonne idée de décider de faire découvrir quelques uns des plus beaux albums de Dahlov Ipcar, une peintre, illustratrice et auteure Américaine.

Les peintures, dans des tons verts, ocres, blancs  et bruns, mettent en avant une végétation luxuriante. L’occasion de nommer de nombreux animaux et insectes (scarabées, coccinelles, tamias, tortues etc). Mais surtout de différencier les rayures des taches. Car c’est bien là le jeu des deux héros. Trouver quelque chose à manger qui ai des taches ou des rayures. Vous pourrez ainsi ensuite vous amuser à inviter votre p’tit bout à trouver autour de lui des objets avec des taches et d’autres avec des rayures.

Tigre et Leopard     Tigre et Leopard

La musicalité du texte en fait une très belle histoire du soir accessible dès 4 ans. A lire plutôt un soir où vous n’êtes pas déjà trop en retard car il reste cependant assez long.

Tigre et Leopard

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

J’ai essayé pour vous…Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson

 

J’ai recopié sur une page de mon Bujo la liste des livres qui auraient été les plus populaires en 2017 selon Babelio. Depuis, dès lors que l’un d’entre eux sortira en livre de poche, il est tacitement convenu avec moi même que je ferai l’effort de le lire. Ceci histoire de découvrir de nouveaux auteurs et de nouveaux genres. Peut être que cela me passera avant que je n’arrive à la fin de la liste.

Quoi qu’il en soit, courant Janvier, Arrête avec tes mensonges de Philippe Besson parait en format poche. Et putain quelle claque.

Quel genre littéraire ?

Je commence ma lecture sans me renseigner sur ce qui m’attends.  Sur la couverture, une banderole rouge vous indique qu’il a remporté le prix Maison de la presse. Un auteur que je n’ai jamais lu. Une rapide biographie d’une page vous accueille et vous apprend que c’est loin d’être son premier roman et qu’il a également contribué au cinéma et théâtre français. En qualité de scénariste pour le premier, dramaturge pour le second.

Le style d’écriture m’a d’emblée surprise. Des phrases qui tiennent sur une page entière sans qu’elles ne perdent leur sens en chemin. Rare. Elles sont au contraire d’une limpide clarté ne nécessitant aucune relecture.

Cela se passe « un jour », et décrit une scène. Qui ne s’achève pas. La dernière phrase s’interrompe par il se retourne et. Puis on nous annonce chapitre un 1984.

Je retourne le livre pour lire la quatrième de couverture.

« Quand j’étais enfant, ma mère ne cessait de me répéter : « Arrête avec tes mensonges. » J’inventais si bien les histoires, paraît-il, qu’elle ne savait plus démêler le vrai du faux. J’ai fini par en faire un métier, je suis devenu romancier. Aujourd’hui, voila que j’obéis enfin à ma mère : je dis la vérité. Pour la première fois. Dans ce livre. Autant prévenir d’emblée : pas de règlement de comptes, pas de violence, pas de névrose familiale. Mais un amour, quand même. Un amour immense et tenu secret. Qui a fini par me rattraper ».

Cet homme a écrit un important nombre de romans, et il a fallu que je commence par sa première autofiction. Arf cela ne va t-il pas être ennuyeux? J’ai repris ma lecture. Je l’ai fini en deux jours.

Une histoire d’amour

En trois chapitres, l’auteur décrit son premier amour. Ce qui s’est passé en 1984. La rencontre en 2007 qui a fait resurgir ce fantôme du passé (suite de la scène introductive). Et enfin en 2016 le dénouement de l’histoire. L’identité de l’auteur semble s’être fortement construite grâce et autour de cette rencontre. Elle a manifestement défini et alimenté une grande partie des héros de ses romans.

Le sujet parait d’une grande banalité. Mais l’écriture est tellement belle qu’elle vous accroche. Les mots sont choisis avec une grande justesse. Sans interprétation possible. Les sentiments sont livrés sans filtres ni pudeur. Deux personnes d’une grande sensibilité qui vivent leur différence de façon diamétralement opposée. L’une en se cachant. Et l’autre d’une grande lucidité sur ce qui la définit, n’ayant jamais effleuré l’idée de pouvoir se comporter autrement qu’en étant pleinement comme elle est. Cette lucidité lui apportant une immense force intérieure. Contribuant certainement à cet exposé blanc et sans nuance des événements tels qu’ils ont été, vécus et ressentis. Si je m’étais renseignée sur le sujet du livre je ne l’aurai probablement jamais lu. Fort heureusement je ne m’étais pas renseignée, et j’ai pu découvrir cet auteur. Je lirai certainement ses romans, maintenant que je suis mordue de son style.

 

Cela faisait une éternité que je n’avais pas lu un livre aussi bien écrit. C’est pourtant assez rare que je fasse autant passé le contenu de l’histoire au second plan. En général je m’attache davantage à l’histoire et pardonne aux auteurs un style maladroit du moment que l’intrigue est palpitante. Ici ce fut le contraire, et ce fut une parenthèse littéraire agréablement surprenante.