J’ai essayé pour vous….Un atelier cupcakes

J’ai essayé pour vous….Un atelier cupcakes chez vanille ou chocolat

Sur Montpellier, Maryline est une des spécialistes du cupcake et des gâteaux personnalisés en décors en pâte à sucre. Dans son atelier Vanille ou chocolat, elle propose des ateliers pâtisseries en groupe pour animer vos événements :  EVJF, Baby-showers, anniversaires, etc

 

Le concept de l’atelier

Vous venez en groupe de copines (ou de copains messieurs vous pouvez y aller également bien entendu) dans l’atelier de Maryline et elle vous apprends à réaliser des cupcakes. Depuis la préparation de la pâte jusqu’à la décoration en pâte à sucre.

Préparation du gâteau

Quand vous arrivez, les ingrédients de base pour la pâte vous attendent déjà sur le plan de travail. Après quelques mots sur l’adaptation de la recette originale des cupcakes à notre palais plus délicat de français, elle donne les consignes pour réaliser la préparation. Cette étape est finalement assez rapide, j’imaginais quelque chose de plus compliqué. Même pas besoin de sortir un batteur, tout se réalise à la maryse.

Choix des caissettes en papier. Suivi de quelques conseils sur la garniture des moules pour obtenir des gâteaux bien plats. L’objectif n’étant pas de faire des muffins. Si vous voulez faire vite vous optez pour des cupcakes de format classique. Si vous voulez en faire plein vous optez pour des mini. Ou vous faites même un mix des deux c’est comme vous voulez. Attention si vous optez pour des mini vous allez en obtenir une très grande quantité.

Après avoir mis la première plaque au four, il est temps de partager un café, un jus de fruit et une viennoiserie au candy bar. Le temps que les cupcakes finissent de cuire. Maryline en profite également pour finir de garnir les dernières plaques de façon plus rapide et efficace.

 

Décoration

Quand tout le monde est de retour en cuisine, Maryline montre comment préparer la crème à base de mascarpone qui va venir élégamment recouvrir le cupcake. Plusieurs parfums sont déjà prêts dans son frigo. Après quelques explications sur la manipulation de la poche à douille, c’est votre tour.

Ensuite, séance pâte à modeler…pardon pâte à sucre. L’occasion de retomber en enfance une petite demi heure. Le choix des couleurs de pâte à sucre et des motifs d’emportes pièces est assez impressionnant. Place à la créativité. Finalement, il ne reste plus qu’à déposer ces décorations sur les crèmes de cupcakes. Ajouter quelques perles multicolore et des paillettes, et vos cupcakes sont prêts pour être dégustés.

 

Les points forts et points faibles du concept

Les –

  • Les quantités et temps de cuisson sont donnés oralement. J’aurai bien aimé repartir avec ma petite recette imprimée pour pouvoir la reproduire à la maison. Ceci-dit il paraîtrait que nous allons la recevoir par mail via les coordonnées de celle qui avait effectué la réservation. A suivre donc.
  • Niveau hygiène c’était un peu juste. Si vous avez l’habitude de travailler dans une cuisine bordélique vous ne serez pas dépaysée. Si vous êtes maniaque sur l’hygiène vous serez malade.

Les +

  • Pour les amatrices de pâtisserie c’est une chouette occasion d’apprendre des tours de mains réalisés et expliqués devant vous.
  • La partie déco en pâte à sucre est très ludique.

Dans l’ensemble c’est une chouette surprise à offrir en groupe à l’occasion d’un événement spécial à une personne qui aime faire de la pâtisserie. Et ce quel que soit le niveau en pâtisserie des différents participants. Car le niveau de technicité requis est peu important. De plus la dynamique de groupe qui s’instaure fait que tout se fait à plusieurs. Chacun pourra y trouver son compte du moment qu’il aime un minimum pâtisser.

 

 

J’ai essayé pour vous…Les mini-muffin fleurs cerise-chocolat

J’ai essayé pour vous…Les mini-muffin fleurs cerise-chocolat

Qui initialement étaient juste des mini-muffins classiques. Mais qui ont pris une forme de fleur (ou de champignon atomique au choix) car je me suis montrée trop généreuse en remplissant les moules XD

Ingrédients:

  • 12 ou 11 cerises (selon votre plaque de moules en silicone – la mienne en fait 11). Choisissez-les bien charnues.
  • 2 oeufs
  • 60 g de sucre
  • 50 g de farine
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 150 g de chocolat noir à pâtisserie (celui de alter eco est vraiment très bon)
  • 80 g de beurre

 

La recette :

Commencez par préchauffer votre four à 180 °C.

Dans un saladier battez jusqu’à ce que le mélange mousse et blanchisse, le sucre avec les œufs.

Par ailleurs, faites fondre au bain-marie le beurre avec le chocolat. Puis versez dans le saladier et mélangez.

Ensuite, tamisez la farine et la levure chimique au dessus de votre préparation. Mélangez de nouveau jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène.

Dénoyautez les cerises.

Beurrez vos moules. Il parait que ce n’est pas nécessaire pour des moules en silicone. Mais je n’ai pas confiance…

Il ne reste plus qu’à répartir la préparation dans les moules et enfoncer au centre de chaque alvéole dans la pâte une cerise.

Si vous ne voulez pas un effet fleur mais avoir des muffin tout à fait normaux, ne vous entêtez pas à vouloir absolument utilisez toute votre préparation. Ne remplissez les moules qu’aux 3/4.

Prévoyez 20 minutes de cuisson.

C’est idéal pour l’heure du goûter ou un pique-nique, et surtout c’est ultra rapide à réaliser ce qui est non négligeable 😉

    

 

P’tit bout a décidé qu’il en voulait pour son anniversaire. Comme ce ne sera plus la saison des cerises, nous essaierons avec des fraises tagada. Miam

J’ai essayé pour vous …de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menus semaine 30-2018

Idées de menus – semaine 30-2018

menus semaine 29-2018 < menus semaine 30-2018

Bonjour à vous tous,

Personnellement, j’ai souvent été confrontée au manque d’inspiration le soir venu pour répondre à la question « qu’est ce qu’on mange ce soir? ». Notamment lorsque la journée de boulot a été particulièrement chargée. Dans ces cas là en général je ne pense qu’à une chose, mon canapé. J’ai donc pris l’habitude, pour me motiver, d’élaborer à l’avance les menus pour les soirs de la semaine. En plus, cela simplifie les courses et évite d’acheter n’importe quoi. Je vous propose que l’on se retrouve chaque semaine pour partager nos idées de menus.

Je ne sais pas vous mais je suis crevée en ce moment. Du coup la semaine dernière j’étais allée faire un tour du coté de la fabrique à menus. Et l’air de rien ce n’est vraiment pas mal comme source d’inspiration. Alors j’ai fait de même cette semaine aussi.

Changement de programme le weekend dernier, finalement le spa privatif a été repoussé pour Août. Heureusement que les bleus ont gagné pour compenser XD

J’en ai profité pour réaliser le petit défi que je m’étais posé en pâtisserie. Il faut que je le tente une seconde fois, je suis certaine de pouvoir mieux faire. Je vous en parlerai bientôt 😉

Bonne semaine à tous !

J’ai essayé pour vous….Le garçon qui criait «  »au loup »

Le garçon qui criait "Au loup!"

J’ai essayé pour vous….Le garçon qui criait « au loup »

La thématique du loup est largement exploitée en littérature jeunesse. Après Le loup conteur, Parole de Loup, et les différents contes traditionnels mettant en scène le loup dans les bibliobus, je ne pouvais pas passer à coté de ce mini roman. Il est édité dans la collection Folio cadet – premières lectures – Niveau Je commence à lire. Cette collection propose de nombreux petits titres sympas pour des enfants du CP.

Les illustrations

Tony Ross illustre généralement lui même les livres dont il est l’auteur. Il a participé d’ailleurs en cette qualité à de nombreux autres albums. Son style de dessin est caricatural. On retrouvera ainsi un loup très élégant en smoking qui s’attaque aux habitants couteau et fourchette en mains.

         

L’histoire

Tony Ross reprend de façon plus insolente et drôle la célèbre fable de l’enfant qui criait au loup. Mais si vous savez bien, cet enfant qui cri au loup à tout bout de champ. Plus personne ne le croit à la fin et il fini par se faire manger.

Et bien voila. Louis criait au loup dès qu’il ne voulait pas faire quelque chose. Prendre son bain. Sa leçon de violon. Et parfois il criait au loup juste pour s’amuser. Tant et si bien que le jour où le loup le pourchasse pour de bon, personne ne le prend au sérieux. Et là bien entendu on s’attend à ce qu’il soit mangé par le loup. Tony Ross nous prends à contre pied.  Le loup décide de laisser Louis tranquille et commence par manger les grandes personnes qui se moquent de Louis. Puis après il mange quand même Louis pour son dessert.

Pour conclure « Que voulez-vous, c’est la vie! »

J’ai essayé pour vous…Au fond de l’eau

Au fond de l'eau

J’ai essayé pour vous…Au fond de l’eau

 

Il s’agit du second roman de Paula Hawkins paru aux éditions Pocket. Son premier roman, « La fille du train », avait rencontré un vif succès en 2015 et a fait l’objet d’une adaptation au cinéma. Ce second roman est un thriller psychologique tout comme le premier. La Dreamworks aurait déjà acheté les droits pour en faire également une adaptation au cinéma.

L’histoire

Dans le petit village de Beckford, il y a une rivière. Quelle que soit la direction que vous preniez, vous finirez toujours par tomber sur elle. En un endroit elle forme un coude nommé le bassin aux noyées. La légende voudrait que l’on y pratiquait l’Ordalie. A notre époque, ce serait le lieu de prédilection pour se suicider de femmes désespérées.

Julia et Nel avait l’habitude de venir passer leurs étés à Beckford lorsqu’elles étaient enfants. Aujourd’hui adultes, elles étaient en froid lorsque Julia apprend que sa sœur s’est noyée dans ce bassin, et qu’elle devient le tuteur légal de sa nièce Lena. Elle ne se fait plus appeler Julia mais Jules. Étrangement,  la meilleure amie de Lena, Katie, a également été retrouvée morte noyée un peu plus tôt dans l’année. Nel étudiait l’histoire des femmes qui se sont noyées dans le bassin. Ce qui pouvait les pousser à commettre un tel acte la fascinait. Ses recherches n’était pas du gout de tout le monde. Jules ne pense pas une seconde que Nel ai pu sauter.

Un a un les fils de l’enquête sont tirés pour savoir s’il s’agit d’un meurtre, d’un accident ou d’un acte délibéré de la victime. Cette enquête oblige les protagonistes à creuser le passé, et pas uniquement les circonstances du décès de Katie, mais de celles qui l’ont également précédée.

Le style d’écriture

Des chapitres très courts. Qui commencent par nous situer dans le temps et nous préciser qui parle. Car en effet l’avancée de l’enquête est relatée des points de vue des différents protagonistes. Parfois une même scène sera ainsi narrée plusieurs fois pour apporter une nuance ou une perception différente.

Certains paragraphes renvoient à l’été 1993. Ils sont la mémoire de Julia. Elle doit revenir à plusieurs reprises sur un même événement de cet été pour s’en souvenir avec justesse. C’est depuis cet été que la relation entre les deux sœurs s’est dégradé. Elles n’en ont jamais vraiment reparlé. Julia est restée sur sa propre interprétation de la réaction de sa sœur et de ce qu’elle savait. Et n’a jamais pu lui pardonner.

Quel avis?

Le thème du secret est récurrent dans ce roman et met en avant combien de dégâts cela peu provoquer. Ces histoires de familles que l’ont tait dans l’espoir qu’elles ne feront jamais surface. Ces promesses de ne rien dire que l’on donne et dont on ne mesure pas la portée.

J’ai trouvé ce second roman plus poussé que le premier. Dans la fille du train l’histoire de trois femmes s’emmêlent: Rachel, Anna et Megan avec une thématique autour des violences conjugales et de l’alcoolisme.

Alors qu’ici, il y a bien plus de tragédies qui s’entremêlent. La première jeune fille, Libby Seeton, victime de l’ordalie en 1679.  Mary Marsh. Ginny Thomas. Anne Ward. Plus récemment Lauren Slater en 1983. Enfin en 2015 Katie Whittaker et à présent Nel Abott.

Même si Jules est un personnage avec qui il est difficile d’avoir de l’empathie en début de lecture, on fini par apprivoiser tous ces personnages et très rapidement le roman devient addictif.