J’ai essayé pour vous …de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menus semaine 21-2018

Idées de menus – semaine 21-2018

menus semaine 20-2018 < menus semaine 21-2018

 

Personnellement, j’ai souvent été confrontée au manque d’inspiration le soir venu pour répondre à la question « qu’est ce qu’on mange ce soir? ». Notamment lorsque la journée de boulot a été particulièrement chargée. Dans ces cas là en général je ne pense qu’à une chose, mon canapé. J’ai donc pris l’habitude, pour me motiver, d’élaborer à l’avance les menus pour les soirs de la semaine. En plus, cela simplifie les courses et évite d’acheter n’importe quoi. Je vous propose que l’on se retrouve chaque semaine pour partager nos idées de menus.

Je poursuis les idées de menus inspirées du livre de cuisine « Qu’est ce qu’on mange ce soir ».

Une semaine qui commence par un jour férié. De quoi faire un bon long weekend, bien moins perturbant niveau sommeil que le(s) jour(s) fériés(s) qui tombe en pleine semaine. Le top! Mais fera t-il beau pour pouvoir en profiter?

Bonne semaine à tous !

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Vive la vie, Gabi!

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Depuis que P’tit bout a franchi le cap de l’apprentissage de la lecture, je trouve qu’il est à un âge un peu bancal entre l’album et le roman. Il lui faut des textes qui ne soient pas trop longs, dont l’histoire ne fasse pas bébé non plus. Et avec quelques illustrations quand même parce que sinon c’est trop triste. C’est parfois le casse tête pour trouver le livre qui trouvera le bon équilibre.

La collection Mouche de l’école des loisirs propose des petits romans sympas à lire tout seul pour les 6-8 ans. Ils sont d’auteurs / illustrateurs différents. Nous commençons à en avoir quelques uns à la maison, et à ce jour aucun ne l’a déçu.

La dernière acquisition s’intitule Vive la vie, Gabi!

Les illustrations – Le style Soledad Bravi

Soledad Bravi est à la fois la fois auteure et illustratrice de ce petit roman. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’exerce à la réalisation d’un ouvrage pour enfants. Si vous n’arrivez pas à rattacher son nom à quelque chose de concret, essayez de vous souvenir plutôt de ses illustrations. Mais si vous en avez forcément déjà vu. Par exemple dans un magazine Elle ou sur un tube de crème pour les mains ou d’une lime lors de ses collaborations avec l’Occitane. Des demoiselles longilignes, pimpantes de gaieté. Tel la Gabi de ce roman. Soledad c’est également toute la collection « les paresseuses  » qui se décline sous différentes formes.

L’histoire

Gaby a 7 ans. Elle est pleine de vie. Elle vit des aventures formidables en s’intéressant aux petites bêtes qui l’entourent. En regardant les nuages. En marchant pieds nu dans une rivière ou dans l’herbe. Toutes ces choses que nos petits citadins n’ont pas forcément l’occasion de faire. Des journées en famille à la maison de campagne, des piques niques, du camping dans un combi VW. De quoi donner l’envie de partir de suite en balade pour attraper des têtards et des papillons. Avec également un message de fond de respect de la nature aussi. On peu piéger les frelons asiatiques mais il ne faut pas faire de mal aux abeilles. On peut capturer un lézard pour l’observer mais avant de reprendre la route il faut penser à le relâcher et ne pas l’emmener avec soi à la maison.

 

Un petit roman bien agréable à lire. Petit plus, il est découpé en 4 chapitres, ce qui permet au jeune lecteur de se fixer le chapitre comme objectif de lecture et ne pas se décourager face à un nombre de pages qui lui paraîtrait trop important de prime abord.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…de suivre un DIY selon les consignes de P’tit bout

J’ai essayé pour vous…de suivre un DIY selon les consignes de P’tit bout

Une fois n’est pas coutume, cette fois-ci P’tit bout a voulu inverser les rôles. C’est lui qui a animé notre atelier créatif. Il s’est fortement inspiré d’un bricolage réalisé en TAP à la période de la fête de Pâques. Il tenait à ce que je partage ce moment avec vous sur ce blog, comme je le fais de temps en temps pour les bricolages réalisés à la maison. Cette cocotte en carton servira de base décorative pour un pot à crayon ou faire germer des graines.

Les matériaux à assembler

  • boîte d’œufs (sans les œufs)
  • ciseaux
  • pinceau
  • feutrine rouge
  • peinture blanche
  • colle liquide
  • feutre noir
  • pot de petit suisse (vide lui aussi)

Les différentes étapes de la confection

Commencez par découper un coin de la boite d’œufs en y conservant accolée une des colonnes. Vous devez obtenir ceci :

Peignez le intégralement en blanc.

Découpez dans la feutrine une crête et deux triangles rouges de tailles égales.

 

Une fois la peinture blanche sèche, collez la crête au sommet de la colonne en masquant autant que possible le trou. Utilisez les deux triangles pour confectionner un bec en les collant cote à cote telle une petite tente.

Enfin, dessinez lui deux grands yeux au feutre noir, de face ou sur les cotés selon votre inspiration.

P’tit bout pour cette version a voulu en faire un pot à crayon. C’est la raison pour laquelle il a fait le choix du pot de petit suisse à poser. On peut y ranger des crayons de couleurs de petite taille, tels que ceux remis aux enfants dans les restaurants pour les faire patienter.

Dans la version originale du TAP, c’est une demi coquille d’œuf qui remplaçait le pot de petit suisse. Le fond de la coquille avait été tapissé de coton humide et des graines de lentilles y avaient été mises pour germer. C’était plutôt mignon.

 

 

J’ai essayé pour vous…un goûter de Dimanche pluvieux

J’ai essayé pour vous…un goûter de Dimanche pluvieux

J’avais anticipé la nécessité de trouver des idées pour occuper P’tit bout en ce magnifique Dimanche pluvieux. L’idée de préparer ensemble un gâteau pour le goûter a doucement fait son chemin. Il nous fallait un basique, de sorte à disposer des ingrédients dans le placard. Et pouvoir le cas échéant renoncer à cette idée si au moment de l’exécuter P’tit bout n’adhérait pas, sans me retrouver avec des ingrédients difficiles à recycler dans une autre recette. C’est ainsi que le Cake s’est imposé. Sans fruits confits. De sorte à pouvoir l’accompagner de confiture, de miel ou de Nutella pour les plus gourmands. Une préparation simple et suffisamment rapide dans sa réalisation pour correspondre au temps de concentration de ma mini-tornade. Si vous êtes attentifs, vous aurez d’ailleurs remarqué que le Cake figure au dessert de Lundi soir du menu de la semaine.

Les ingrédients de la recette

  • 150 g de sucre
  • 4 oeufs
  • 160 g de farine
  • 200 g de beurre
  • 1/2 sachet de levure chimique

 

 

 

 

La recette

Cassez trois œufs et un jaune dans un bol. Ajoutez le sucre et battez jusqu’à ce que le mélange blanchisse.

Ensuite, faites fondre le beurre et ajoutez-le à votre mélange. Tamisez la farine et la levure et mélangez bien votre pâte. Il ne vous reste plus qu’à la verser dans un moule à cake préalablement beurré et fariné.

C’est déjà terminé 🙂

Enfournez 40 minutes à four chaud (180°C) puis dégustez après avoir idéalement attendu au moins 30 min qu’il ait tiédi.

 

 

J’ai essayé pour vous…de prendre le contrôle de mes émotions

J’ai essayé pour vous…de prendre le contrôle de mes émotions

Bonjour à tous. Je poursuis mon challenge 90 jours pour retrouver la forme. Si vous vous souvenez bien, la semaine dernière il s’agissait prioritairement d’arrêter de fumée. Ce qui ne me concernait pas. Je ne vois pas trop le rapport entre forme et gestion des émotions mais soit. Niveau émotions je suis plutôt à ne rien laisser paraître et à me bouffer de l’intérieur. Voyons ensemble ce que la méthode nous propose.

Mais tout d’abord, Bilan de la semaine 8 du programme 90 jours pour retrouver la forme

Une semaine qui alterne un jour travaillé / un jour férié qui ne me réussit pas niveau forme. Je suis complètement déréglée, je ne sais pas quel jour nous sommes. Je me lève aux aurores quand c’est vaqué et je n’arrive pas à me lever quand c’est travaillé. Du n’importe quoi. J’ai envie d’un weekend tranquillou à la maison.

Pour mémoire je n’avais rien de nouveau à mettre en place en lien avec l’objectif de la semaine dernière.

Du coup rien de nouveau coté routines. Nos repas du soir ont cependant été un peu chaotique en lien avec les jours fériés et des restos et invitations qui vont généralement avec. Mon bidou m’en tient un peu rigueur d’ailleurs. La 7ème séance de coaching s’est bien passée et nous avons pu faire une grande balade à Aigues-Mortes. J’ai réussi à rester de bonne humeur au boulot et ai même affronté la « cliente » un peu dragon qui ne nous avait pas renvoyé des documents dans les délais sans me faire pourrir et démoraliser.

A présent quels sont les objectifs de la semaine 9 pour contrôler ses émotions ?

Je suis en difficulté pour vous synthétiser cet objectif. Je ne comprend pas tous les conseils donnés.  A lire la méthode on exploserait de colère sans arrêt. Par colère j’ai presque l’impression qu’il ne s’agit pas juste de manifestations verbales mais pouvant aller jusqu’à mettre une beigne à son interlocuteur. Pourtant je n’ai pas l’impression de vivre au milieu de personnes qui gueulent non stop et qui se tapent dessus. Je vous donne les conseils du coup tel quel brut de décoffrage.

Ce que l’on peux décider de mettre en place rapidement :

  • Apprivoiser vos frustrations grâce au yoga afin de mieux appréhender les manifestations physiques de la colère. Le Tai Chi cela marche aussi à priori. Je suis trop zen.
  • Si vous êtes sujette au syndrome prémenstruel, adopter des réflexes pour éviter que cela ne vienne altérer votre humeur. Consommer du magnésium et de la vitamine B6 pour pallier les carences qui influent sur le stress. Augmenter votre activité physique la semaine qui précède les règles pour stimuler la sécrétion d’endorphines qui vous aidera à vous sentir malgré tout bien. Si vos règles sont vraiment douloureuses consommer des plantes sédatives comme la Valériane, la Passiflore ou le Millepertuis.
  • Se dépasser en se mettant à l’escalade. C’est vraiment chouette comme sport. Je l’ai pratiqué 2 ans en salle. Jusqu’à une chute qui m’a fait une peur bleue (alors que je ne risquais franchement rien) et qui m’a déclenché un vertige que je n’arrive plus à contrôler. Depuis il m’est impossible d’envisager de remettre un baudrier.  Si vous voulez la version ludique essayez l’accrobranche, cela a le mérite de pouvoir se pratiquer avec toute la tribu. Maintenant que P’tit bout a l’age et la pratique pour faire autre chose que les circuits enfants à 2 m du sol j’aimerai bien qu’on puisse faire un parcours tous ensemble. Mais j’ai trop peur de me retrouver figée pas le vertige en haut d’un arbre et bloquer tous ceux qui vont poireauter derrière…

Ce qui demande un travail sur soi :

  • Verbaliser vos sentiments pour ne pas laisser s’installer les non dits et les malentendus. Personnellement je sais que je ne verbalise pas assez (voir en fait pas du tout), j’encaisse, je laisse passer, et le jour où je sature de quelqu’un je réduis les contacts voir je romps tout contact définitivement. Forcément c’est un peu déroutant pour l’autre. Mais c’est facile de dire qu’il faut verbaliser, quand ce n’est pas dans votre nature, franchement, je ne vois pas trop comment y arriver. Des idées?
  • Essayer de gérer les conflits par la parole sans vous emporter. Je ne m’emporte que très rarement. Nous avons le droit d’avoir des opinions différentes. Changer celle des autres pour les rallier à la mienne m’importe peu. S’ils veulent rester cons grand bien leur fasse XD (Cf mon estime de moi un peu too much).
  • S’accorder un temps de réflexion avant d’agir impulsivement sous le coup d’une émotion.
  • Positiver sa colère pour la transformer en un moteur permettant de se dépasser et atteindre des objectifs que l’on pensait hors de portée.

En conclusion

Bon j’avoue ne pas trop savoir quoi faire de tous ces conseils. Cela m’a donné envie tout de même d’essayer de dépasser ma peur du vide et de tenter un accrobranche en famille. Si P’tit bout et Chéri se fichent de moi parce que je reste bloquée la haut, mon ego va en prendre un sacré coup XD Mais si je le fais ce ne sera pas ce weekend cependant. Je garde néanmoins l’idée. Pourquoi pas pour le long weekend de la Pentecôte par ex.

Après pour le reste je suis quelqu’un d’assez calme qui gère plutôt bien sa frustration. Au contraire il faudrait que je l’exprime d’avantage. Mon estomac m’en remerciera 😉