J’ai essayé pour vous…le Monopoly version Pokémon

Boite monopoly version pokemon

J’ai essayé pour vous…le Monopoly version Pokémon

Semaine dernière je vous ai fait un rappel des bases à connaître par une maman (ou un papa hein je ne suis pas misogyne) qui souhaiterait raccrocher avec Pokémon. Ceci histoire de pouvoir donner le change à son p’tit bout et montrer qu’il s’intéresse à lui et ses centres d’intérêts.

A cette occasion j’avais évoqué les produits dérivés, dont…le Monopoly version Pokémon.

L’angoisse quand p’tit bout à déballé ce paquet au début de l’été. J’ai vraiment pris sur moi pour avoir l’air enthousiaste. Déjà parce que je suis polie mais surtout parce que pour le coup lui l’était vraiment. Il voulait depuis un moment un Monopoly mais je lui répondais qu’il était trop petit (ce qui est toujours le cas). Mais alors, qu’en plus ce soit LE Monopoly aux couleurs Pokémon, je ne vous raconte pas comme il était aux anges…comme quoi il n’en faut pas beaucoup.

Et bien, malgré un fort apriori de départ plutôt négatif, j’ai pourtant fini par lui trouvé des aspects positifs.

Vous noterez tout d’abord qu’il semblerait qu’il n’y ait pas qu’une version Pokémon du Monopoly mais que celle en vente actuellement serait au moins la troisième. Celle que nous avons essayé est celle sous-titrée Edition de Kanto.

J’ai apprécié tout d’abord le soin apporté aux pions : des figurines métalliques qui m’ont rappelé la version Deluxe du Monopoly d’origine (vous savez-bien, celui qui se jouait encore avec des francs). Les 6 pions fournis sont bien entendu ici à l’effigie de Pokémon célèbres : Rondoudou, Bulbizard, Evolie, Salamèche, Pikachu et Carapuce.

pions monopoly pokemon

 

Coté âge il me semblait bien que P’tit bout (6 ans ½) était encore trop petit. La boite affiche qu’il s’agit d’un jeu pour les 8 ans et plus. Et j’essaie dans la mesure du possible de ne pas le faire jouer à des jeux où il n’a pas l’âge recommandé de sorte à ce que la difficulté ne soit pas trop élevée. Cela n’aurait à mon sens pour simple résultat que de le dégouter.

Mais là aussi finalement, avec quelques aménagements comme ne pas le laisser gérer la banque, c’est possible. En CP ils apprennent les additions et les soustractions simples au moyen de la monnaie. Ce fut l’occasion de réviser l’air de rien. Cependant à la fin de la partie il commençait à trouver le temps long.

Ceci dit, trouver le temps long au Monopoly, cela arrive quelle que soit la version du jeu– sauf…celle des Minions, – et oui parce que eux aussi ont leur Monopoly, mais c’est une autre histoire.

 

Alors quelles différences avec ma bonne vieille version en francs?

Et bien finalement pas tant de différence que cela. Si vous n’aimez pas le Monopoly, il n’y a aucune raison pour que vous aimiez cette version plus qu’une autre. C’est un jeu décrié pour son aspect de mise en compétition des joueurs au travers d’un biais malsain : l’argent, où celui qui en a le plus écrase les autres et gagne la partie. Oui c’est moche. D’un autre coté n’est-ce pas un tout petit peu la vrai vie ? Ok ok il vaut mieux encourager les jeux de coopération il est vrai, mais de temps en temps perdre au monopoly peut aussi apprendre à devenir un bon perdant. Et vice versa un bon gagnant qui n’étale pas sa victoire et s’en vante pendant 4 jours.

Ces considérations mises de côté, les quelques différences sont purement sur le choix des noms utilisés et l’aspect visuel de l’ensemble.

Plateau monopoly pokemonOn n’achète plus les célèbres rues parisiennes mais des Arènes.

Les quatre gares du plateau sont remplacées par quatre Pokeball.

Les compagnies de l’eau et de l’électricité sont remplacées par deux Pokémon légendaires.

Les cartes « Chances » et « Caisses de la communauté » par les cartes « Professeur Chen » et « Combat de dresseur ».

Enfin vous ne construisez plus des Maisons et des Hôtels mais des Boutiques et des Centres.

Et c’est tout. Les règles pour le reste sont exactement les mêmes.

 

Alors, si ça leur fait plaisir et peut les pousser à jouer à un jeu de société en famille les jours de pluie, à moins que vous ne soyez un puriste du Monopoly, ma foi, qu’il y ai un Pikachu de dessiné sur les billets ou pas, pour vous cela ne changera pas grand-chose, votre dimanche est fichu.

billets monopoly Pokemon

J’ai essayé pour vous…de vous proposer des idées de menus pour la semaine à venir

menu semaine 36

Idées de menus – semaine 36

menu semaine 35  <  menu semaine 36 < menu semaine 37

Personnellement, j’ai souvent été confrontée au manque d’inspiration le soir venu pour répondre à la question « qu’est ce qu’on mange ce soir? ». Notamment lorsque la journée de boulot a été particulièrement chargée. Dans ces cas là en général je ne pense qu’à une chose, mon canapé. J’ai donc pris l’habitude, pour me motiver, d’élaborer à l’avance les menus pour les soirs de la semaine. En plus, cela simplifie les courses et évite d’acheter n’importe quoi. Je vous propose que l’on se retrouve chaque semaine pour partager nos idées de menus. Voici celui de la semaine à venir, la semaine 36, qui marque la reprise de l’école.

Des menus rapides à réaliser au retour du boulot. Mon objectif est de passer au moins une heure sympa avec mon fils en fin de journée. Et non pas de jongler entre la préparation du dîner, la douche et l’histoire du soir en mode vite vite vite pour qu’à 20h30 il soit couché. D’autant que les devoirs du soir vont bientôt reprendre. Espérons que ce ne sera pas déjà le cas dès la première semaine de reprise des cours.

PS: mes semaines de menus vont du samedi au vendredi car je passe récupérer mes courses au drive le samedi matin.

menu semaine 35

J’ai essayé pour vous…des livres pour aborder le sujet de la rentrée avec les p’tit bouts

livres enfants pour aborder la rentrée des classes

 

J’ai essayé pour vous…Des livres pour aborder le sujet de la rentrée avec les p’tit bouts

 

Toutes les rentrées de classes sont importantes. Mais il y en a qui marquent des étapes dans la scolarité d’un enfant. La première rentrée en maternelle. La rentrée du CP. L’arrivée au collège, …

Ces rentrées un peu spéciales peuvent être angoissantes pour les enfants car source de nombreuses interrogations qu’ils n’osent pas toujours formuler. Les accompagner en lisant avec eux des histoires qui abordent le sujet peuvent les inciter à verbaliser leurs craintes et les apaiser.

Voici une sélection de livres que P’tit bout a apprécié aux rentrées successives de la première année de maternelle, puis en CP.

 

Eliott rentre à l’école, de Juliette Boulard, aux éditions Albin Michel Jeunesse

4eme de couverture du livre Eliott rentre à l'école

Avouons-le, la première rentrée en maternelle est parfois plus angoissante pour les parents que pour leurs enfants. « Et s’il n’était pas propre à temps ? Et s’il refusait de faire la sieste ? Et si , et si… ». Bon on déstresse, tout va bien se passer.

Au travers des illustrations très douces au crayon de couleur, Juliette Boulard relate la première journée d’école d’Eliott. Les différences avec la crèche sont marquées. Ce n’est pas le même chemin qui est emprunté pour s’y rendre. Mais également les similitudes rassurantes. Eliott y retrouve des copains de la crèche. Petit détail amusant, c’est papa qui gère cette première rentrée. Et le gros gorille qu’il est semble à peu prêt aussi rassuré que son petit singe. Le maître explique les règles, et la journée de classe se déroule au travers de ses moments clefs, permettant pas à pas de la dédramatiser. Eliott retrouve ses parents en fin de journée et leur raconte, excité, ce qu’il a mangé à la cantine. Il demande enfin s’il pourra y retourner le lendemain.

De quoi donner à l’enfant l’occasion d’exprimer toutes ses éventuelles appréhensions et d’en échanger avec ses parents. Cerise sur le gateau, à la fin de l’histoire, par le biais de la question d’Eliott, il est clairement annoncé aux p’tits bouts que ce n’est pas juste l’histoire d’une journée mais bien un nouveau rythme qui se met en place. Et cela va forcément être formidable puisque même Eliott veut y retourner.

illustration du livre Eliott rentre à l'école       illustration Eliott rentre à l'école   illustration Eliott rentre à l'école

 

 

 

Mes 100 premiers jours d’école : ma rentrée au CP, de Mathilde Bréchet et Amandine Laprun aux éditions Gallimard Jeunesse

Ce grand livre cartonné retrace la rentrée au CP de Arthur, 6 ans et demi. Arthur et sa meilleure amie Anissa se sont fait une promesse « Si nous sommes dans la même classe, nous apprendrons ensemble un nombre par jour ». Leur objectif est d’apprendre à compter jusqu’à 100, comme des grands. Fort heureusement, ils se retrouvent dans la même classe et c’est ainsi que les jours défilent au travers de 100 anecdotes marquant cette année du CP. Vous pouvez tout lire d’un coup, ou décider de lire un nombre par jour. Chacun son rythme.

première double page du livre mes 100 premiers jours d'école      zoom sur le premier jour de l'histoire mes 100 premiers jours d'école

 

La Collection Castor Poche « Je suis en CP » de Magdalena et Emmanuel Ristord aux éditions Flammarion jeunesse.

Collection je suis en CP

Cette collection se présente sous un format souple pour une meilleure tenue dans les petites mains. L’objectif est de prendre gout à la lecture. La collection s’enrichit régulièrement de nouveaux titres.

Trois niveaux de difficulté de lecture sont identifiés, correspondant aux trois trimestres de l’année scolaire. Ainsi à la fin du premier trimestre, c’est-à-dire aux vacances de Noël, l’enfant devrait pouvoir déchiffrer les livres de Niveau 1 (de courtes phrases). A la fin de l’année il devrait pouvoir déchiffrer ceux de Niveau 3 (des pages bien pleines).

Livre de niveau 1   livre de niveau 3

Ils prendront également beaucoup de plaisir à vous écouter leur raconter les histoires. L’apprentissage et le gout de la lecture passent également par ce biais-là. Ils seront ensuite fiers de vous lire les histoires à leur tour. Au travers des différents volumes, on retrouve les aventures de la même classe. Différentes thématiques en prise avec les préoccupations des écoliers sont abordées : la rentrée, le nouveau, les disputes à la récré, les amoureux, la piscine, la remplaçante, etc.

P’tit bout a apprécié de voir sa collection s’enrichir au fil de l’année de nouveaux tomes, bien alignés sur son étagère, et rangés par numéros. Il en est venu certains soir à être celui qui lit l’histoire du soir, parfois maman terminait lorsqu’il était trop fatigué, et au fil du temps sa lecture se fluidifiant il arrivait à finir un livre entier tout seul et en éprouvait une grande fierté.

Les autres classes ne sont pas en reste puisque, forts de leur succès, les auteurs ont également écrit les suites des aventures des CP que l’on retrouve dans les collections « je suis en CE1 » puis « je suis en CE2 ». De quoi accompagner nos p’tit bouts tout au long du deuxième cycle dans l’apprentissage de la lecture.

courverture de je suis en CE1

J’ai essayé pour vous…Love You To Bits

logo love you to bits

J’ai essayé pour vous…Love You To Bits

Love You To Bits est une application trop mignonne développée par Alike Studio et Pati.io. Il vous faut absolument la découvrir.

J’ai beaucoup aimé cette aventure point & click, nécessitant de résoudre une série d’actions dans un certain ordre pour débloquer chaque niveau. Les graphismes sont très colorés et la bande son soignée.

L’histoire commence dans la navette spatiale de Nova et Kosmo. Le vaisseau est sous le feu de l’ennemi. L’avant du vaisseau fini par exploser et votre petite amie androïde Nova est éparpillée en plusieurs morceaux. C’est alors que l’aventure de Kosmo commence. Il va explorer l’univers pour reconstituer Nova. Love You To Bits (comprendre je t’aime à la folie) porte bien son nom. C’est une grande fresque très poétique, sans paroles.

Chaque planète a une thématique qui lui est propre. A aucun moment je n’ai ressenti de caractère répétitif dans les différents tableaux à résoudre. Par ailleurs, si vous voulez corser un peu le jeu, dans chaque planète vous avez de 1 à 3 objets bonus à récupérer qui vous permettent d’accéder à des vidéos retranscrivant les souvenirs communs de Kosmo et Nova. La difficulté augmente au fur et à mesure que vous avancez.

images du jeu love you to bits

Il y a 28 planètes à explorer, donc autant de fragments à retrouver. 60 souvenirs en tout sont à collectionner. J’ai bien aimé me casser la tête pour les retrouver tous. D’autant que vous pouvez refaire chaque niveau autant de fois que vous le souhaitez, donc pas de crainte si vous ne trouvez pas tout du premier coup.

Question violence, vous pouvez y jouer avec votre p’tit bout sur les genoux sans crainte.

La version Apple du jeu est complète, il n’y a plus de mise à jour à prévoir. Le format Tablette est adapté pour y jouer avec le maximum de confort.

J’ai essayé pour vous…Un clafoutis léger aux abricots

abricots

J’ai essayé pour vous…Un Clafoutis léger aux abricots

Ingrédients du clafoutis aux abricots pour 4 personnes

Ingrédients de la recette du Clafoutis aux abricots
 

• 600 g d’abricots
• 1 gousse de vanille
• 40 Cl de lait demi-écrémé
• 80 g de farine
• 1 cc de levure chimique
• 2 œufs
• 4 cc de fructose (si vous voulez remplacer le fructose par du sucre en poudre classique, doublez les quantités)
• 2 cc de rhum

Cette recette est tirée du livres 52 semaines de minceurs de WeightWatcher. J’essaie de voir si on peut vraiment faire des desserts gourmands et faiblement caloriques. En l’occurrence nous allons essayer un clafoutis aux abricots en trois étapes. Vous noterez qu’il n’y a pas de beurre dans la recette, et que la quantité de lait et bien plus importante que dans la recette traditionnelle.

 

> Préchauffez votre four à 200 °C

Etape 1 :

étape 1 clafoutis

Faites chauffer dans une casserole le lait auquel vous aurez ajouté une gousse de vanille fendue en deux dans le sens de la longueur. Quand le lait commence à bouillir, coupez le feu et laissez infuser 10 minutes. Avec la pointe d’un couteau, faites tomber les grains noirs de vanille dans le lait, puis jetez la gousse.

 

Etape 2 :

Dans un saladier, mélangez ensuite la levure à la farine. Ajoutez les deux œufs puis le lait progressivement. Fouettez jusqu’à obtenir un mélange homogène. La pate est liquide comme celle d’une pâte à crêpe. Je note que d’habitude mon appareil à clafoutis est un peu plus épais que celui obtenu ce qui m’angoisse un peu je l’avoue. Ajoutez la moitié du sucre et le rhum.

 

 

étape 3 clafoutisEtape 3 :

 

Lavez, coupez les abricots en deux et dénoyautez-les. La recette initiale propose de les placer dans un plat antiadhésif allant au four, partie bombée vers le haut. N’ayant pas un tel plat, je l’ai ai mis dans un plat à gratin beurré, vous pouvez également utiliser un moule à manquer. L’essentiel est que le rebord soit assez haut. Versez enfin votre préparation sur les fruits et enfournez pour 30 minutes.

Servir tiède ou froid, saupoudré du reste de fructose.

 Verdict :

Contrairement à ce que je pensais, la pâte a bien gonflé et n’est pas restée liquide. Un plat légèrement plus grand aurait été plus adapté pour une présentation plus réussie. Le plat utilisé fait 23*23 cm. Coté gustatif : pour une addict au goût sucré comme moi, forcément cela manquait de sucre, je trouve que cela ne compensait pas suffisamment le coté acidulé des abricots. P’tit bout qui n’aime pas les gateaux sucrés au contraire a apprécié. Pour ceux qui suivent le programme WW, une part représente 7 Smartpoints. Nous l’avons même partagé à 6 au lieu de 4 ce qui représente du coup 4 Smartpoints par part, alors qu’un Clafoutis aux abricots classique (la recette du chef Simon par ex en considérant qu’elle fasse 8 parts) représente 10 Smartpoints. Là tout de suite, on y trouve un quand même intérêt certain si on est dans une démarche de perte de poids.

clafoutis aux abricots

Bon appétit !

 

Vos avis sur cette recette m’intéressent.