J’ai essayé pour vous…Phobos de Victor Dixen

Phobos de victor dixen

J’ai essayé pour vous…Phobos de Victor Dixen

 

Victor Dixen a été lauréat du grand prix de l’imaginaire en 2010 (Jack Spark) puis en 2014 (Animale). En 2015 il débute une nouvelle série, Phobos, dont le dernier opus est sorti courant 2017.  S’il faut impérativement la classer dans un genre ce serait de la science fiction Young Adults. Les 5 tomes qui constituent cette série sont édités par Robert Laffont ( Collection R ).

  • 1 : Il est trop tard pour regretter
  • 2 : Il est trop tard pour oublier
  • Origines : Avant qu’il ne soit trop tard
  • 3 : Il est trop tard pour renoncer
  • 4 : Il est trop tôt pour respirer

Phobos de victor dixen

L’accroche de départ

Nous sommes dans un futur proche.  Il y a un bon technologique certain par rapport à nos connaissances actuelles. Cependant même si les médias ont plus de possibilités pour rendre le show encore plus waouh, ce sont dans l’ensemble ceux déjà utilisés aujourd’hui. Quand aux problèmes de société, ils sont dans le prolongement de ceux qui ne sont pas traités actuellement. En tout cas à aucun moment il ne me semble qu’une année n’ai été donnée.

Tout commence par le scénario de téléréalité le plus improbable :

Six jeunes filles et six jeunes hommes vont embarquer à bord d’un vaisseau pour un aller simple vers la planète Mars pour y fonder une colonie. 12 nations sont représentées faisant du programme un show planétaire. Pendant la durée du voyage, chaque groupe vit séparément. Tout est retransmis en direct 24h/24 sur la chaîne Génésis. Cerise sur la gâteau, ces jeunes gens vont se rencontrer au cours de speed-dating de 6 min.

Chaque prétendant établira avant la fin du voyage sa liste de cœur, c’est à dire classera ceux du genre opposé dans l’ordre de ses préférences. Les listes sont croisées constituants ainsi six couples qui sont mariés en direct dans la foulée. Comme toute émission de téléréalité qui se respecte les téléspectateurs peuvent appeler pour soutenir leurs prétendants préférés, ce qui permettra à chacun de disposer d’une valeur de trousseau qui lui permettra d’acheter du matériel disponible sur la colonie. Bienvenu dans le monde merveilleux de Génésis.

Et ensuite ?

Bon vous vous doutez bien que les 5 tomes ne tournent pas autour de ça. Les prétendants jouent le jeu pendant le premier tome, puis ça part en sucette sinon ce ne serait pas intéressant. Ce n’est que l’accroche de départ. Je ne regarde pas les téléréalités, ce n’est certainement pas pour en lire une.

Mais je ne vous en dirai pas plus XD

Il n’est pas difficile d’identifier que l’héroïne de la série sera la rouquine Leonor, elle apparaît sur quatre des cinq couvertures

Les détails dans la narration qui m’ont bien plu

L’intrigue se déroule selon des points de vue croisés : celui des téléspectateurs, celui des prétendants, celui des coulisses de la chaîne. Puis d’autres viendront je ne vous parle que de ceux du premier tome pour ne pas spoiler. Une juxtaposition de scénettes qui apporte un aspect encore plus immersif dans l’univers des médias. Chacune débute par le point de vue vis à vis d’une caméra, la localisation géographique de la scène et l’heure :

  • HORS-CHAMP – Route de cap canaveral, dimanche 2 juillet, 19h45
  • CHAMP  – D +7H28 min (1ere semaine)
  • CONTRECHAMP – salle de contrôle, base de cap canaveral, Dimanche 2 juillet, 21h15
  • CHAINE GENESIS – Lundi 3 Juillet 11h00

Au fur et à mesure que l’on avance dans les tomes, d’autres médias viennent se rajouter.

Dans le tome 1 on ne découvre la vie sur le vaisseau que de l’angle des 6 prétendantes. L’histoire personnelle qui les a amené à candidaté à un truc aussi fou est décrite au fur et à mesure.

Le tome Origine vient rétablir notre connaissance des 6 prétendants en ne décrivant non pas comment s’est passé la vie de leur coté du voyage spatial, mais comment s’est passé pour eux la période de candidature puis sélection pour faire partir des 6 à embarquer, ainsi que la période d’entrainement à Cap canaveral qui a précédé le voyage. Nouveau clin d’oeuil aux médias, le contenu du Tome Origine fait partie des reportages diffusés en crypté sur la chaîne Génésis, uniquement disponible en clair pour les abonnés. Le tome 3 y fait ainsi des références régulières. Par commodité il faut les lire dans leur ordre de parution, c’est à dire en lisant Origine entre le tome 2 et 3.

En conclusion

Une série  qui se lit très vite même si chaque tome fait environ 400 pages. 600 pour le dernier. Je dirai une petite semaine chacun. Le style d’écriture est fluide, contemporain, sans prise de tête. C’est plutôt addictif.

Des sujets plus sérieux sont évoqués comme la dangerosité des médias utilisés à de mauvaises intentions, les systèmes abusifs de surveillance qui viennent flirter avec les principes de liberté, les migrants climatiques. Tout cela arrive progressivement et n’est vraiment mis en avant de façon plus marquée que dans le dernier tome. Une mise en garde à tous les addicts des réseaux sociaux qui prennent pour argent comptant toute information lue ou vue, sans vérifier la crédibilité de la source. Attention, cela vous pend au nez, le plus grand show de la planète n’est qu’un leurre pour mieux vous lobotomiser et vous contrôler.

La fin me fait espérer que l’auteur rebondira sur un nouvelle série plus orientée science-fantasy que science-fiction, à l’image de la saga de Pern de Anne Mac Caffrey, qui se passerait sur Mars quelque chose comme 1 000 ans après.

Laisser un commentaire