J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Faites la queue!

Faites la queue!

Cet album carré à la couverture bleue interpelle tout de suite les enfants avec cette injonction : Faites la queue!

Traduit et édité par l’école des loisirs, son auteure/illustratrice Tomoko Ohmura nous vient du japon. Cet album est adapté aux années maternelles (3-5 ans).

Les illustrations

On commence par elles car elles portent tout l’album en définitive. Cette première vignette nous accueil au début de l’album. On aime le dessin épuré, les grands aplats de couleurs, qui permettent d’identifier facilement chacun des protagonistes.

faites la queue!

A la façon d’un imagier, l’enfant va voir défiler 50 animaux à la queu leu leu, semblant visiblement attendre quelque chose. Ils patientent du plus petit (la grenouille) au plus imposant (l’éléphant). Bien entendu toute cette attente implique quelques chahuts en chemin qu’essaye d’encadrer l’oiseau.

L’histoire de faites la queue!

Mais qu’attendent-ils donc? C’est au centre de l’ouvrage que l’enfant le découvrira.

faites la queue!

Une grande grille surmontée de fanions qui indiquent : VAGUES-GEANTES.

Ouvrez les grilles pour embarquer littéralement sur le dos d’une baleine qui prend 4 pages tellement elle est grande. Nous sommes visiblement dans une extraordinaire attraction. Un genre de splatch géant.

faites la queue!

Et une fois le tour terminé, et bien, il n’y a plus qu’à recommencer à faire la queue 😉

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Le doudou des camions poubelles

Le doudou des camions poubelles

Je suis d’accord ce n’est pas vraiment poétique. Mais je le trouve marrant ce petit livre. Le doudou des camions poubelles de Ati est initialement paru aux éditions Thierry Magnier. Depuis il est édité à petit prix chez Acte Sud.

Il s’adresse aux enfants des années Maternelles (3-5 ans). Ils pourront le redécouvrir en première lecture seul au CP.

L’univers graphiques

Des photographies juxtaposées façon bande dessinée animent l’histoire. Leur coloration a été reprise avec une dominance du vert. Car le camion poubelle « il est gros, il est fort, il est vert. » Je ne sais pas si c’est toujours le cas mais manifestement à la première parution de ce livre (2006 quand même) ainsi étaient ceux de la Mairie de Paris.

Y est ajouté le personnage du doudou, le singe orange dont on va suivre l’aventure.

L’histoire

Les enfants aiment les histoires de doudou. On en a déjà évoqués ensemble avec nos beaux doudou et le mange-doudous par exemple. Ici on y associe en plus un gros véhicule. Les camions, qu’ils soient de pompier, de chantier ou d’ambulance, ont souvent la cote à cet âge.

Alors pourquoi ne pas mettre un peu en avant celui des camions poubelles? Avouons qu’il est impressionnant. Il fait beaucoup de bruit. Dégage une drôle d’odeur. A quoi bon tout ce raffut? L’occasion au passage de découvrir le devenir des déchets une fois jetés à la poubelle. Découvrir également un métier. Et commencer à toucher du doigt des notions de recyclage.

Leur raconter des histoires pour les faire rêver c’est très important. Leur raconter de temps en temps aussi la vraie vie pour qu’ils comprennent ce qui les entoure, c’est important aussi.

C’est le pari fait ici par Ati. On va donc suivre les péripéties du doudou qui s’est retrouvé à la poubelle (Lucie a grandi et n’a plus besoin de son doudou). Il va croiser d’autres ordures dans son parcours dans le camion puis va arriver dans une grande usine où les déchets sont incinérés. Ouf le doudou est lâché par la pince à coté. Trois éboueurs le trouvent et en font la mascotte de leur camion (oui parce que bon c’est quand même une histoire on ne va pas le brûler XD).

Dans la première moitié de l’album on retrouve les classiques de la narration enfantine avec les ritournelles d’accumulation et de répétition d’une liste qui s’allonge et se répète à chaque nouvel ajout. Ainsi que la phrase amusante à dire que les enfants pourront reprendre en cœur, « badaboum la bascule », pour mimer le mouvement de la benne qui déverse le contenu des poubelles.

Alors, qu’en pensez-vous?

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Les fleurs de la ville

Les fleurs de la ville

Les fleurs de la ville, de Jon Arno Lawson et Sydney Smith, est paru aux éditions sarbacane en 2015.

Il s’agit d’un album sans teste. Une succession d’encres. Parfois en pleine page. Parfois sous forme de cases telle une bande dessinée. Les encres prennent de la couleur au fur et à mesure de l’avancée dans l’album.

Au fil des pages, une petite fille circule à pieds en ville avec son père. Elle ramasse les fleurs de la ville au cours de leur parcours. Ce dernier traverse un parc. A partir de là, la petite fille va commencer à offrir les fleurs ramassées et la couleur prend le dessus sur le noir et blanc. Le livre se termine à leur arrivée à la maison, dans leur jardin, où il ne lui reste plus qu’une marguerite qu’elle glisse dans ses cheveux.

Accessible dès 4 ans, ce très bel album permet de faire réagir l’enfant sur ce qu’il voit. Observer ce qui entoure la petite fille. Ce qu’elle voit et ramasse. Faire le lien entre sa générosité et les couleurs qui deviennent de plus en plus prégnantes. Libre à lui de raconter l’histoire ou les histoires qu’il imagine au fil des pages.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent :Trop de bagages pour la plage

trop de bagages

L’album trop de bagages pour la plage est coécrit et illustré par Elsa Devernois et Amélie Graux.

Cet adorable album est parfait pour débuter les vacances. Il est idéalement destiné aux 3-5 ans (années maternelles).

L’histoire

Zoé doit rassembler ses affaires pour aller à la plage. Mais elle a beaucoup trop de bagages. Ainsi se pose alors un grand dilemme : que choisir? car elle n’a que deux bras. Un parasol ou un chapeau? La canne à pêche ou l’épuisette? Les brassards ou la bouée? Les raquettes ou le ballon? Avec tout cela, elle va manquer oublier l’essentiel, le maillot et la serviette.

A un âge où faire des choix est tellement difficile, cette petite histoire pleine d’humour fait beaucoup rire.

Les illustrations

J’adore les illustrations façon coloriage au crayon de couleur. Le trait épuré est plein de douceur. Cela plait énormément car l’identification se fait naturellement. Zoé a une bouille adorable et est très expressive. Tous les objets cités dans l’histoire se retrouvent dans les illustrations. Comme ils sont en couleur dans le texte on peut s’amuser à essayer de les retrouver.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?