J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Une histoire à quatre voix

Une histoire à quatre voix

Cette semaine nous avons découvert Une histoire à quatre voix de Anthony Brown, aux éditions Kaléidoscope (1998).

Nous aimons beaucoup les textes et illustrations de cet auteur et avons déjà eu l’occasion d’en présenter deux. Je pense que j’en évoquerai un quatrième dès la semaine prochaine ^^

L’histoire à quatre voix

L’histoire en elle même n’a rien d’extraordinaire. Ce qui en fait tout le charme c’est l’exercice de style employé. Une courte histoire, quatre personnages, quatre points de vue de cette même après-midi au parc.

Nous avons une mère un brin bourgeoise et hautaine, qui emploi un vocabulaire soigné et qui s’adresse plus gentiment à son chien de race qu’à son fils.

Le fils en question, complètement introverti, qui va certainement passer une de ses plus belles journées avant d’être rappelé à l’ordre.

D’une autre main nous avons un père préoccupé par sa perte d’emploi, un brin déprimé.

Et sa fille, une boule d’optimisme, joyeuse, vivante, naturelle, qui va facilement vers les autres.

Plutôt que d’alterner les points de vue, ce qui rendrait le texte compliqué, ce sont bien quatre histoires qui se succèdent, de longueur inégale.

A lire et relire pour bien cerner toutes les nuances de ces quatre voix. Accessible à partir de 8 ans pour en saisir la subtilité.

Les illustrations

Anthony Brown affectionne particulièrement les couleurs vives et chaudes, cet album ne fait pas exception.

Il a pris le partit de donner à ses personnages l’apparence de singes plutôt que d’humains.

Les illustrations fourmillent de détails drôles et sont, elles aussi, le reflet de la perception de la voix qui s’exprime. Voyez celles-ci qui correspondent au papa avant et après sa promenade au parc.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Entre Fleuve et Canal

entre fleuve et canal

Entre fleuve et canal parait en 2002 aux éditions Points de suspension. De son autrice, Nadine Brun-Cosme, nous connaissions déjà la trilogie Grand Loup et Petit loup.

Ici c’est Anne Brouillard qui illustre le texte. Elle représentera la Belgique pour l’édition 2020 du Prix Hans-Christian-Andersen, dans la catégorie Illustration. Pour mémoire c’est François Roca (La reine des fourmis à disparu) qui représentera la France.

Entre fleuve et canal : l’Histoire

Attention texte difficile. Assurément pas avant 8 ans. Pour une bonne et pleine compréhension je dirais même 10 ans.

L’histoire aborde le thème difficile de la séparation des parents et toutes les angoisses que cela génère.

Nous sommes sur le temps qui précède l’annonce formelle. Au début leurs trois ombres n’en faisaient qu’une. Puis le père s’est tourné vers le fleuve, la mère s’est tourné vers le canal, et l’enfant est resté au milieu de la route à les regarder s’éloigner l’un de l’autre.

C’est avec beaucoup de justesse et de poésie, comme toujours dans ses textes, que Nadine Brun-Cosme met en scène cette période d’incertitudes. Celle où l’enfant essaie de faire en sorte que fleuve et canal se regardent de nouveaux car il redoute de devoir choisir entre l’un et l’autre. Puis la conclusion, où l’annonce de la séparation est expliquée, avec la certitude qu’il y aura toujours un chemin solide entre fleuve et canal, que l’enfant pourra emprunter sans peur.

Les illustrations

Le format des illustrations ne suit aucune linéarité, tantôt double page, tantôt vignette. Il met en scène de nombreux plans d’eau, calmes ou bouillonnants selon le rythme du texte. Une certaine mélancolie s’en dégage ainsi qu’une forme de douceur.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent renard & renard

Renard et renard

Renard & Renard est publié par la maison d’édition La joie de lire. Cet album de Max Bolliger, illustré par Klaus Ensikat fait partie de la liste d’ouvrages de référence pour le 3eme cycle.

L’histoire de Renard & Renard

Comme son titre l’indique l’album met en scène deux renards. Alors qu’ils sont en tout point physiquement identiques, leurs points d’intérêts, envies, mode de vie sont totalement opposés. L’un a un esprit aventurier alors que l’autre préfère la sécurité de son terrier.

L’auteur met en avant ces différences au travers des activités réalisées par chacun d’eux sur une période de 7 jours.

Néanmoins, ils pensent toujours l’un à l’autre et se retrouvent régulièrement.

Une belle histoire sur l’amitié, mettant en avant qu’il n’est pas nécessaire d’être 100% identiques pour bien s’entendre.

Les illustrations

Ces tableaux à l’encre, hachurés, ont un cachet de vieil album. Pourtant détrompez vous il est de 2002. On y retrouve nos deux compères habillés tels des humains, façon années 30. Je ne suis pas une grande fan de ce style mais on ne peut nier la richesse des détails de chaque illustration.

L’album se présente avec systématiquement une illustration sur une des deux pages et le texte qui la raconte sur l’autre.

Renard & Renard

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent La reine des fourmis a disparu

La reine des fourmis a disparu

La reine des fourmis a disparu a fait sa première apparition il y a plus de 20 ans maintenant aux éditions Albin Michel Jeunesse. Il a été réédité en 2016 avec une illustration exclusive supplémentaire. Il avait remporté en 1997 le Prix Sorcières.

Cet album s’adresse aux « plus grands », comprendre les 8-12 ans.

Le tandem Fred Bernard/ François Roca compte 23 albums.

Les Illustrations

François Roca a illustré de nombreux albums pour grands auprès de cette maison d’édition. Ses peintures grand format emportent le lecteur dans l’univers singulier de l’album. Il fait partie des sélectionnés pour représenter la France, pour l’édition 2020 du Prix Hans-Christian-Andersen, dans la catégorie Illustration (prix international danois).

Ici, il s’agira de la découverte de la forêt puis d’un Musée d’histoire naturelle du point de vue de la minuscule fourmis rouge. A chaque passage de l’histoire correspond une illustration qui va ainsi accompagner notre lecteur dans la compréhension du texte (et ses nombreuses métaphores).

L’histoire

C’est une enquête que propose ici Fred Bernard. Car en effet, la reine des fourmis a disparu. Mandibule de Savon et son assistant Elytre de lait son chargés de l’enquête. Leur seul indice : un poil gris. Le lecteur va donc suivre les interrogatoires menés par les deux courageuses fourmis auprès des habitants de la forêt. Poil après poil elles vont remonter la piste de l’origine de celui qui les intéresse et retrouver leur reine. Car d’elle dépend la survie des milliers d’individus que compte sa fourmilière.

Le style d’écriture est soutenu. C’est avec beaucoup d’humour que l’enquêteur Mandibule de Savon partage avec le lecteur l’avancée de l’enquête. Ainsi que l’opinion qu’il porte aux observations de son assistant. Une belle façon de s’initier au genre du polar.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Les Romans-doc sur la préhistoire

Romans-doc

Après Préhistomania nous poursuivons nos lectures sur le thème de la Préhistoire. Ceci au travers de deux ouvrages de la série Les Romans-doc des éditions Bayard jeunesse:

  • Yéga, l’enfant de la préhistoire qui aimait les chevaux
  • Tana, l’enfant qui sculptait les menhirs.

Le principe

Ces ouvrages sont adaptés au cycle 3 et accessibles dès 8 ans. Le principe est simple : un roman + des pages documentaires.

L’histoire de chacun des romans n’est qu’un moyen de mettre en scène l’ensemble de ce nouveau vocabulaire à acquérir. Même s’ils sont bien construits, ce n’est néanmoins pas pour leur qualité littéraire que je vous les recommande. Chaque roman se découpe en 5 chapitres. Le personnage principal a une dizaine d’années ce qui permet au jeune lecteur de s’y identifier et de se mettre ainsi plus facilement dans le contexte.

Les pages documentaires s’intercalent entre les pages du roman, sur une page double ou simple selon la thématique abordée. Bien entendu leur objet est en lien avec l’histoire.

Les illustrations sont variées et soignées.


Avis sur les Romans-Doc

Ces petits livres de 45 pages, très bien pensés, permettent à l’enfant de se construire un socle de connaissances en Histoire plutôt intéressant.

A compléter bien sur par des visites de musées ou de lieux historiques, ainsi que le visionnage de vidéos.

La collection compte une trentaine de titres retraçant l’Histoire. C’est sans hésitations que je prolongerai notre série en acquérant deux Romans-doc sur l’Antiquité cette fois :

  • Carantos, le jeune gaulois qui survécut à Alésia
  • Titus, le jeune romain gracié par l’empereur.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?