J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Pokémon la grande aventure

Pokemon la grande aventure

Les éditions KUROKAWA éditent des coffrets de 3 mangas constituants une aventure complète. Pour un p’tit fan des Pokémons qui préfèrent les BD aux romans, c’est ma foi, une bonne alternative XD Le gout de la lecture peut aussi passer par là, j’en reste convaincue. Et puis lire des mangas, auprès des copains ça fait cool, allez savoir pourquoi.

Les séries

Dans les séries courtes qui se terminent en 3 tomes vous en trouverez actuellement 3 coffrets (de bonnes idées de cadeaux de Noel en passant).

  • Pokemon la grande aventure Rouge et Bleu,
  • Pokemon la grande aventure Or et Argent,
  • Idem en Rubis et Saphir,

Pour les CM1-CM2 cela me parait déjà pas mal.

Et pour les plus grands (collège), vous trouverez des séries plus longues. Sachant que celles-ci sont à priori toutes encore inachevées hormis celle qui s’intitule Noir & Blanc et qui compte pas moins de 9 tomes. (A commencer, que votre ado commence par celle là tant qu’à faire…)

Les noms des séries suivent les générations des Pokemons qui ont été publiés en jeux vidéos et séries animées. (Pour ceux qui sont largués, la 8 ème génération débute dans quelques jours avec Epée et Bouclier). Néanmoins comme les personnages sont complètement nouveaux pour chaque grande aventure, vous pouvez les lire dans l’ordre que vous voulez.

Si néanmoins vous voulez les lire dans l’ordre des générations le voici:

  • Rouge et Bleu,
  • Or et Argent
  • Rubis et Saphir,
  • Diamant, Perle et Platine,
  • Noir et Blanc,
  • X.Y,
  • Soleil et Lune,
  • Épée et Bouclier.

Les illustrations

Toutes les séries n’ont pas le même auteur et illustrateur. Celle que nous avons à la maison est la Rubis et Saphir. Le scénario est de Hidenori Kusaka et le dessin de Satoshi Yamamoto. Le trait est celui d’un manga classique, soigné, en noir et blanc.

L’histoire de Pokemon la grande aventure Rubis et Saphir

Rubis (le garçon) et Saphir (la fille) se sont lancés un défis. ils ont 80 jours pour accomplir chacun leur rêve. Remporter des compétions Pokemon pour le premier, et obtenir les badges d’arènes pour la seconde.

J’aime bien l’idée que ce soit le garçon qui ai opté pour les concours Pokemon plutôt que les combats (genre de concours de beauté). Même si ce choix est quelque part fait par esprit de contradiction avec ceux de son père, un champion des duels Pokemon. Cela casse quelque peu les codes du genre.

Bien entendu au fil de l’aventure des ennemis se dresseront sur leur route et ils croiseront celle de Pokemon légendaires.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous …L’objet de la semaine #8 – les Nanoblock Pokemon

Nanoblock pokemon

Quelle fut notre surprise à P’tit bout et moi lorsque nous sommes tombés nez à nez avec un bac de sachets Nanoblock Pokemon. Lorsque nous nous sommes regardés, il était déjà tacitement convenu qu’il nous fallait absolument essayer ça. En plus il restait un modèle Pikachu, alors … ^^

Les Nanoblocks kesako?

Pour ceux qui ne connaissent pas, les Nanoblock sont un jeu de construction à base de briques très petites. A l’inverse des très impressionnants grands ensembles LEGO qui prennent beaucoup de place, ici l’idée est de travailler en précision sur des mini figurines.

Dans l’idée, on se rapprocherait de la modélisation en 3D de pixels.

Nanoblock Pokemon

A ce jour la série Nanoblock Pokemon compte 12 exemplaires différents.

Sur le dos du sachet il est préconisé d’avoir au moins 12 ans. Et dans les faits, oui, c’est nécessaire.

Ici la notice tient sur une page A4. Il faut bien visualiser en 3D le résultat escompté pour comprendre où va chaque pièce. Par ailleurs, il vaut mieux éviter d’y aller comme un bourrin sous peine de tout démolir. Bref, P’tit bout (9 ans) a vite renoncé et m’a regardé avec de grands yeux suppliants. Ce qui n’était pas vraiment nécessaire avouons, je n’attendais que cela XD

Un chouette moment. Prévoir une heure de montage en gros (je n’ai pas vraiment regardé l’heure).

J’ai essayé pour vous … L’objet de la semaine # 4 – Terrariums Pokemon

terrariums pokemon

Et oui j’ai complètement fini par craquer pour les Terrariums Pokemon. Lorsque j’ai vu qu’ils étaient en vente sur le site en ligne de Easter Egg je n’ai pas su résister.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, Easter Egg c’est LA boutique culture geek de Montpellier. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Pokemon et bien… commencez donc pas ce billet.

Quand aux terrariums pokemon, ils sont vendus en format Blind box. Six saisons existent déjà. Chaque saison se compose de 6 pokeballs translucides dans lesquels vous allez assembler les éléments du terrarium et son petit habitant. Les détails sont extrêmement bien faits. Le tout est de belle qualité.

Cependant notez que chacune des pokeballs est vendue en aveugle. Comprendre que vous ne savez pas quel Pokemon vous allez avoir dans sa petite boite.. Du coup le risque de doublon devient inévitable.

C’est là où j’ai adoré la possibilité offerte par easter egg! Si vous achetez 6 boites d’un coup, ils vous garantissent l’absence de doublon. Alors certes sur le coup cela fait un budget, mais dès lors que vous êtes partie avec l’idée de l’avoir en entier XD

Chaque 10-15 jours environ, P’tit bout a ainsi bénéficier d’une petite pokeball surprise. Cela nous a duré ainsi tout l’été 😉

J’ai essayé pour vous…Let’s go Pikachu sur Switch

Let's go Pikachu

Le titre Let’s go Pikachu est sorti sur Switch pour les fêtes de Noël en deux versions Pikachu et Evoli. A la maison c’est la première des deux versions que nous avons.

Il est graphiquement très mignon avec quelques jolies cinématiques.

Le jeu semble avoir été conçu pour faire découvrir les débuts de la série au plus jeunes, ou pour les fans nostalgiques, au choix. Puisque ici nulle découverte d’une nouvelle zone géographique mais un retour aux sources avec la toute première région : celle de Kanto.

Cerise sur le gâteau ce sera l’occasion de retrouver Pierre et Ondine, les premiers compagnons de voyage de Sacha. Ainsi que les Pokémons Carapuce, Salamèche, et Bulbizzard. Vous n’aurez même pas à attraper ces trois-là, puisque des personnages non joueurs vous les offriront dès lors que vous aurez suffisamment de Pokémons de capturés dans votre Pokedex. Vous pourrez les faire Méga évoluer.

Les trois premiers Pokémons légendaires de la franchise sont également disponibles : Artikodin, Electhor et Sulfura.

L’histoire

Elle est très simple en somme. Vous êtes un tout jeune dresseur de Pokemon qui va faire le tour des Arènes pour remporter suffisamment de badges pour pouvoir affronter le Conseil 4 et devenir ainsi le meilleur dresseur. J’ai cru comprendre que c’était à peu de chose prêt le scénario du premier jeu DS de la saga.

En chemin vous déjouerez un complot de la Team Rocket. Le trio Jessie/James/Miaouss offrira quelques scènes amusantes à l’image de la série animée.

Le tout reste très simple afin d’être accessible dès 7 ans.

Une fois le Conseil 4 vaincu vous avez le générique de fin mais le jeu peut se poursuivre pour continuer l’exploration. Ce serait l’occasion de rencontrer le Pokémon MewTwo et affronter des dresseurs experts. Mais là j’avoue que j’en avait assez, je me suis arrêtée.

La jouabilité

En gros vous allez combattre des dresseurs et capturer des Pokémons sauvages. Tout en voyageant d’arène en arène. Au bout d’un moment cela devient un tantinet répétitif tout de même.

Quelques espaces façon labyrinthe offrent des interludes intéressants, puisqu’il faut y réussir une série d’actions pour pouvoir avancer. Cela constitue un petit moment de réflexion qui permet de rompre la monotonie du j’avance, je combat, j’avance, je capture. C’est d’ailleurs dans ces espaces que se cachent les Pokémons légendaires.

Votre Pikachu (ou Evoli selon la version choisie) fera tout le voyage sur votre épaule. Au fur et à mesure de votre avancée il va acquérir des capacités à utiliser hors combat comme celui de débroussailler des végétaux pour vous ouvrir de nouveaux chemins, déplacer des colonnes de pierres, faire du surf sur les étendues d’eau pour y voyager ou encore s’envoler avec des ballons pour aller plus rapidement de ville en ville.

Le joueur pourra également interagir avec son Pikachu pour le caresser et lui donner des friandises. Un Pikachu heureux pourra pendant les combats résister ou esquiver certaines attaques ennemies pour ne pas inquiéter son dresseur.

Enfin vous collecterez en chemin une série de tenues pour votre dresseur et votre Pokémon. Ces ensembles n’ont qu’un intérêt esthétique. C’est un peu dommage. On aurait pu imaginer qu’avec la tenue Team Rocket sur le dos ces derniers ne vous attaquent plus par exemple.

Notez que vous pouvez à tout moment confier une manette à un second joueur qui viendra en soutien pendant les matchs contre les dresseurs. Ce second rôle n’est pas forcément très satisfaisant. Nous ne l’avons utilisé que dans la configuration « maman, vient jouer avec moi » et maman avait le second rôle.

Pokemon Go

Dans la façon de capturer les Pokémons on retrouve à 100% la façon de faire de Pokemon Go (l’application mobile) puisqu’il n’y a aucun affrontement avec les Pokemon sauvages. Il faut envoyer sur sa cible des Pokeballs jusqu’à ce que l’une d’elles la capture.

Vos deux jeux vont pouvoir se synchroniser et vous ferez à priori passer des pokémons de l’un vers l’autre pour compléter votre Pokedex. Je n’ai pas vraiment pu tester cette partie car c’est P’tit bout qui a lié le compte Pokemon Go à sa partie de Let’s go Pikachu. Et comme compléter à 100% le Pokedex ne faisait pas partie de mes objectifs, je m’en suis très bien passée. Autrement dit, vous pouvez très bien n’avoir jamais joué à Pokemon Go et pouvoir quand même jouer à ce jeu.

La Poké Ball Plus

Nintendo aime bien les gadgets à associer à chaque jeu. Ici pas d’amiboo mais une télécommande spéciale qui prend la forme d’une Pokéball. Une fois la Pokéball bien en main vous vous déplacerez en manipulant le joystick avec votre pouce et en cliquant sur le bouton au coté avec votre index.

Et pour capturer les Pokémons sauvages vous lancerez la Pokéball. Sans la lâcher bien sûr ou vous pourrez changer dans la foulée de téléviseur.

J’avoue que c’est assez fun, je me suis bien plus amusée à capturer les pokémons avec cet accessoire qu’avec le joycon ^^

Je pense que quelqu’un qui a de grandes mains aura quand même du mal à trouver son usage confortable car ses doigts trouveront difficilement leur place autour de cette balle de diamètre finalement quand même assez petit.

On peut très bien s’en passer vu d’ailleurs le prix du gadget. Notez que dans cette Pokéball se trouve un Pokémon que l’on ne peut à priori pas trouver dans le jeu mais que vous ne pourrez télécharger qu’une fois. Ainsi il est bien dans la partie de P’tit bout mais du coup il n’était plus disponible pour la mienne. Heureusement que l’on n’a pas fait la manip’ dans l’autre sens cela aurait été le drame à la maison. Mais si vous avez deux enfants…et bien c’est à prendre en compte.

Avis

Dans l’ensemble c’est un bon titre de la série. Comme toujours seuls les fans apprécieront son coté répétitif et s’acharneront à vouloir compléter le Pokédex à 100% et affronter tous les dresseurs. Pour une personne non adepte de la série (comme moi), le jeu ne présente quand même en finalité qu’un intérêt assez limité. A choisir, voyez, j’ai préféré jouer à Détective Pikachu par exemple 😉

J’ai essayé pour vous…Détective Pikachu sur Nintendo 3DS

J’ai commencé une partie sans trop d’attentes me demandant si j’allais me retrouver dans un Professeur Layton like ou dans un Pokemon plus classique. Ni l’un ni l’autre.

L’histoire

Détective Pikachu n’est pas le Pikachu de Sacha de la saga classique des séries Pokemon. C’est celui de Harry, le père de Tim. Et vous jouez Tim. Un détective qui n’a aucune ambition à devenir le meilleur dresseur. Juste celle de retrouver son père disparu.

En effet, alors qu’ils enquêtaient, Harry et détective Pikachu ont eu un accident de voiture. Harry est porté disparu et Pikachu a perdu la mémoire. Tim est venu en ville pour enquêter sur la disparition de son père et le retrouver. Sa route croise celle de Pikachu qui mène la même enquête. En toute logique, ils associent leurs efforts. De fil en aiguille ils se retrouvent à réaliser la même enquête que celle que menait Harry et qui l’a mené à son tragique destin.

Le style de jeu

Il s’agit d’une enquête en pointé cliqué où Tim trouvera des indices dans le décors et en discutant avec les personnes qui l’entourent. Il élaborera des pistes en associant des éléments des indices trouvés au cours de ses enquêtes. Ces phases d’élaboration sont accompagnées par Pikachu. Quelques fois Tim doit reconstituer certaines preuves sous forme de mini jeu de logique qui restent simples. Nous ne sommes pas du tout dans un professeur Layton.

J’ai trouvé la mécanique de réflexion très intéressante pour développer celle d’un enfant de 7-12 ans. Attention sur la boite il est marqué à partir de 3 ans. Concrètement tant que l’enfant n’a pas une lecture fluide ce n’est même pas la peine d’y penser.

Amiboo

  • Depuis l’écran titre un onglet Amiboo vous invite à déposer sur votre lecteur NFC la figurine de détective Pikachu. Elle vous permettra de débloquer des pika-scènes. Il s’agira soit de revoir des scènes des chapitres déjà joués soit de voir des scènes bonus non incluses dans le jeu.

Concrètement ce n’est pas indispensable pour jouer. Mais avouons que la figurine est quand même choupi et vraiment soignée. Elle est beaucoup plus grande que les Amiboo classique (13 cm de haut). Un cadeau de Noël bonus qui a fait son petit effet. Notez qu’il existe une figurine de dimension plus classique de pikachu (série Super Smash Bros) qui semble également compatible avec le jeu, mais nous n’avons pas essayé donc je ne garantis rien. Elle est plus abordable mais du coup ce n’est pas vraiment le même Pikachu.

Les + et les –

Les graphiques sont supers pour la plateforme DS. Les mini scènes qui ponctuent la narration sont très amusantes. Cela a d’ailleurs inspiré la Warner Bros manifestement qui en a fait une adaptation cinématographique qui sortira en Mai 2019. Je suis moins convaincue XD

Le doublage n’est disponible qu’en japonais ou anglais. Il faut donc se contenter du sous titrage en français, ce qui fait somme toute quand même beaucoup de lecture. C’est vraiment dommage que nous n’ayons pas pu bénéficier d’un doublage des voix en français.

Alors verdict?

C’est mignon. Intéressant. Et sort de l’ordinaire. Je ne suis pas du tout déçue. L’histoire se compose de 9 chapitres. Vous pouvez prévoir une séance de jeu par chapitre, peut être deux pour les enfants vu qu’ils lisent forcément moins vite.