J’ai essayé pour vous…La disparition de Stephanie Mailer

La disparition de Stéphanie Mailer

La disparition de Stephanie Mailer, de Joël Dicker, est paru aux éditions de Fallois aux formats classique et poche.

Ce roman se classe 1er sur les 18  livres les plus populaires de l’année 2018 de Babelio. Et je valide complètement cette 1ere place amplement méritée.

L’histoire de la disparition de Stéphanie Mailer

Ce roman nous entraîne dans la réouverture d’une enquête de police clôturée pourtant 20 ans plus tôt. Il ne s’agit pas de n’importe quelle enquête, mais celle d’un quadruple meurtre, dans une ville paisible des Etats-Unis, le soir de la première d’un tout nouveau festival de théâtre.

Tout commence lorsque Stephanie Mailer, journaliste, interpelle un des deux agents de la police d’état chargé à l’époque de l’enquête. Elle lui laisse entendre qu’il s’est trompé de coupable et qu’elle a un rendez-vous qui devrait lui permettre d’obtenir une preuve irréfutable. Elle refuse d’en dire davantage pour ne pas se faire doubler.

Sauf que voila, lorsque il cherche à la retrouver, il s’avère que Stephanie Mailer a disparu. Il ne croit pas aux coïncidences. Jesse Rosenberg reprend contact avec son coéquipier de l’époque, et fait rouvrir l’enquête, bien décidé à reconstituer les événements de la nuit du 30 Juillet 1994 et à retrouver Miss Mailer.

Le style d’écriture

Ce roman a beau faire plus de 600 pages, à aucun moment on n’a un sentiment de longueur ou de remplissage abusif.

Le style est direct, facile à lire. On alterne, par chapitre, différents points de vus des multiples personnages de ce roman. Car bien que l’on ne commence qu’avec quelques personnes au début, leur nombre va s’étoffer au fil des pages. Leur point de vue peut être actuel ou remonter aux événements d’il y a 20 ans.

Des histoires dans des histoires vont venir s’imbriquer les unes dans les autres, certaines juste là pour nous égarer sur de fausses pistes, d’autres pour nous permettre d’en ouvrir des nouvelles. Et quelques unes pour nous pousser à nous attacher plus particulièrement à certains personnages.

Le tout est très intelligemment mené. Les ressentis et motivations des protagonistes sont méticuleusement décrits. Ce qui nous permet de comprendre pourquoi les enquêteurs étaient passés à coté de certains éléments à l’époque.

Si vous avez envie de vous immerger dans un bon roman policier, vous pouvez vous lancer sans hésitation. Ici il ne s’agit pas d’un thriller gore qui joue avec vos nerfs, âmes sensibles nul besoin donc de vous abstenir.

J’ai essayé pour vous « Chut les enfants lisent » Midi Pile

Midi Pile

Midi Pile est un petit bijou paru aux éditions Sarbacane. Rébecca Dautremer nous propose un véritable travail d’orfèvre au travers de plus de 100 pages illustrées délicatement découpées. Un beau cadeau à offrir en cette période de fêtes. Pour petits à partir de 6 ans et pour grands qui aimeraient redevenir enfants.

L’histoire

Concrètement dans le cas présent, l’histoire n’est qu’un prétexte à se laisser emporter dans les illustrations ^^ Cependant il y en a quand même bien une, dont le message est important. Celui de bien veiller à ne pas manquer les rendez-vous décisifs qui jalonnent une vie.

Ici Jacominus Gainsborough a donné rendez-vous à Midi Pile à Douce. Il sera notre narrateur, décrivant la trajectoire que devra emprunter Douce, et tous les obstacles qui pourraient survenir, l’empêchant d’arriver à l’heure.

Les illustrations

Nous retrouvons dans cet album la même technique que celle utilisée pour le livre objet Peau d’Ane. Néanmoins ici il ne s’agit pas juste d’une intercalaire de dentelle entre deux feuille classiques. Toutes les pages font l’objet d’une découpe au laser. En se superposant, elles nous invitent à plonger dans l’itinéraire que va prendre Douce. Il se dévoile ainsi à nos yeux au fil des pages.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Faites la queue!

Faites la queue!

Cet album carré à la couverture bleue interpelle tout de suite les enfants avec cette injonction : Faites la queue!

Traduit et édité par l’école des loisirs, son auteure/illustratrice Tomoko Ohmura nous vient du japon. Cet album est adapté aux années maternelles (3-5 ans).

Les illustrations

On commence par elles car elles portent tout l’album en définitive. Cette première vignette nous accueil au début de l’album. On aime le dessin épuré, les grands aplats de couleurs, qui permettent d’identifier facilement chacun des protagonistes.

faites la queue!

A la façon d’un imagier, l’enfant va voir défiler 50 animaux à la queu leu leu, semblant visiblement attendre quelque chose. Ils patientent du plus petit (la grenouille) au plus imposant (l’éléphant). Bien entendu toute cette attente implique quelques chahuts en chemin qu’essaye d’encadrer l’oiseau.

L’histoire de faites la queue!

Mais qu’attendent-ils donc? C’est au centre de l’ouvrage que l’enfant le découvrira.

faites la queue!

Une grande grille surmontée de fanions qui indiquent : VAGUES-GEANTES.

Ouvrez les grilles pour embarquer littéralement sur le dos d’une baleine qui prend 4 pages tellement elle est grande. Nous sommes visiblement dans une extraordinaire attraction. Un genre de splatch géant.

faites la queue!

Et une fois le tour terminé, et bien, il n’y a plus qu’à recommencer à faire la queue 😉

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Pokémon la grande aventure

Pokemon la grande aventure

Les éditions KUROKAWA éditent des coffrets de 3 mangas constituants une aventure complète. Pour un p’tit fan des Pokémons qui préfèrent les BD aux romans, c’est ma foi, une bonne alternative XD Le gout de la lecture peut aussi passer par là, j’en reste convaincue. Et puis lire des mangas, auprès des copains ça fait cool, allez savoir pourquoi.

Les séries

Dans les séries courtes qui se terminent en 3 tomes vous en trouverez actuellement 3 coffrets (de bonnes idées de cadeaux de Noel en passant).

  • Pokemon la grande aventure Rouge et Bleu,
  • Pokemon la grande aventure Or et Argent,
  • Idem en Rubis et Saphir,

Pour les CM1-CM2 cela me parait déjà pas mal.

Et pour les plus grands (collège), vous trouverez des séries plus longues. Sachant que celles-ci sont à priori toutes encore inachevées hormis celle qui s’intitule Noir & Blanc et qui compte pas moins de 9 tomes. (A commencer, que votre ado commence par celle là tant qu’à faire…)

Les noms des séries suivent les générations des Pokemons qui ont été publiés en jeux vidéos et séries animées. (Pour ceux qui sont largués, la 8 ème génération débute dans quelques jours avec Epée et Bouclier). Néanmoins comme les personnages sont complètement nouveaux pour chaque grande aventure, vous pouvez les lire dans l’ordre que vous voulez.

Si néanmoins vous voulez les lire dans l’ordre des générations le voici:

  • Rouge et Bleu,
  • Or et Argent
  • Rubis et Saphir,
  • Diamant, Perle et Platine,
  • Noir et Blanc,
  • X.Y,
  • Soleil et Lune,
  • Épée et Bouclier.

Les illustrations

Toutes les séries n’ont pas le même auteur et illustrateur. Celle que nous avons à la maison est la Rubis et Saphir. Le scénario est de Hidenori Kusaka et le dessin de Satoshi Yamamoto. Le trait est celui d’un manga classique, soigné, en noir et blanc.

L’histoire de Pokemon la grande aventure Rubis et Saphir

Rubis (le garçon) et Saphir (la fille) se sont lancés un défis. ils ont 80 jours pour accomplir chacun leur rêve. Remporter des compétions Pokemon pour le premier, et obtenir les badges d’arènes pour la seconde.

J’aime bien l’idée que ce soit le garçon qui ai opté pour les concours Pokemon plutôt que les combats (genre de concours de beauté). Même si ce choix est quelque part fait par esprit de contradiction avec ceux de son père, un champion des duels Pokemon. Cela casse quelque peu les codes du genre.

Bien entendu au fil de l’aventure des ennemis se dresseront sur leur route et ils croiseront celle de Pokemon légendaires.

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…La vraie vie de Adeline Dieudonné

la vraie vie

La vraie vie est paru aux éditions de l’Iconoclaste en Août 2018.

Ce roman se classe 3° sur les 18  livres les plus populaires de l’année 2018 de Babelio.

Ce roman a remporté de nombreux prix dont le prix première plume 2018. Ainsi que, entre autres, le prix du roman Fnac et le prix Renaudot des lycéens.

L’histoire

Cette fiction à priori bien ancrée dans la vrai vie flirt avec le concept de voyage dans le temps. C’est en effet le seul moyen trouvé par la jeune héroïne pour sauver son petit frère. On se demande ainsi au fil de la lecture (on espère même) si l’on va basculer ou non dans la science-fiction.

La violence y est autant présente que dans le roman de Karine Giebel: toutes blessent la dernière tue. Ici la narratrice de 10 ans vit pourtant au sein d’une famille qui a tout à fait l’air normale de premier abord. Un papa comptable, une maman au foyer, un petit frère, la plus grande maison du quartier. Mais les apparences sont manifestement trompeuses.

Le père, un prédateur assoiffé de sang, collectionne les trophées de chasse. La mère a autant de personnalité qu’une amibe. Le petit frère dont le rire apportait tellement de bonheur à sa grande sœur a l’esprit dévoré par la Hyène depuis l’accident. Et c’est ce petit frère qu’elle chéri plus que tout au monde qu’elle veut sauver, envers et contre tous.

Le Style d’écriture

Il m’a beaucoup fait penser à celui de Delphine de Vigan dans les loyautés. J’ai lu ce roman en format numérique du coup je visualise mal son format mais il ne doit pas être beaucoup plus épais.

Le style est vif, incisif. Le rythme est rapide et va à l’essentiel. Les émotions ressenties par cette petite fille, qui devient adolescente au cours des étés qui passent, sont décrits simplement et pourtant avec tant de justesse.

Et puis enfin un auteur dont les protagonistes font des références à des éléments de culture générale connus du « grand public ». Comprendre qu’il ne faut pas être agrégé de littérature ou fin mélomane pour toutes les saisir.

En bref, j’ai beaucoup aimé cette lecture et vous la recommande vivement. Âmes sensibles néanmoins s’abstenir.