J’ai essayé pour vous…Very Little Nightmare

very little nightmare

J’ai commencé par évoquer l’application IOS Very Little Nightmare ici. L’idée était alors de trouver des idées d’occupations pour les vacances de la Toussaint. De préférence en lien avec Halloween et les ambiances qui font peur.

Alors? A partir de quel âge?

Bon l’ambiance est assez macabre disons le d’entrée. Votre petit personnage va mourir à de nombreuses reprises. De mort violente. Par ailleurs le gameplay est assez stressant. Alors certes il n’y a pas de quoi en faire des cauchemars. Pour autant les enfants de 7-9 ans vont le trouver plus stressant qu’amusant. Avant 12 ans il ne me parait pas vraiment adapté.

Et sinon? Il est bien?

On retrouve la mécanique des puzzles bien ficelés du studio Alike. Cependant je trouve Love you to bits bien plus réussi.

Ici l’ambiance volontairement sombre fait que l’on passe souvent à coté d’éléments importants faute de les avoir vus. Le fait d’y avoir joué sur téléphone alors que j’avais joué au précédent sur tablette y est probablement pour quelques chose niveau confort de jeu. Concrètement sur téléphone c’est tout petit, c’est tout sombre, on n’y voit parfois pas grand chose.

Le jeu compte 18 niveaux. Dans chaque niveau se trouve en bonus une boîte secrète cachée à retrouver.Ceci histoire de rallonger un peu la durée de vie du jeu, qui est vraiment très courte. Vous n’en aurez probablement pas besoin pour finir les niveaux mais vous trouverez ici la solution complète. Elle est surtout utile pour les boîtes secrètes. Il faut la plupart du temps pour les trouver se glisser dans une faille du mur. Sauf que grâce au duo gagnant petit écran/ambiance sombre, les failles dans le mur m’ont souvent été masquées. Notez que vous serez aidés pour les repérés par les petits lutins qui filent à toute vitesse s’y cacher.

Petit bonus

Parce que je ne l’ai pas trouvée sur le net (mais je n’ai pas cherché des heures non plus entendons nous), voici la liste des 14 succès que vous pourrez débloquer au cours de la partie:

  • Etape par étape – vous avez terminé 20% du jeu!
  • Travail en cours – vous avez terminé 40% du jeu!
  • Point de non-retour – Vous avez terminé 60% du jeu!
  • La fin est proche – Vous avez terminé 80% du jeu!
  • C’est terminé maintenant – Vous avez terminé le jeu!
  • Qu’est ce qui se cache dans la boîte ? Vous avez découvert 4 boîtes secrètes
  • Une passion incontrôlable – Vous avez découvert 8 boîtes secrètes
  • Collectionneur de bon goût – Vous avez découvert 12 boîtes secrètes
  • Des babioles en tout genre – Vous avez découvert 16 boîtes secrètes
  • Il me les faut toutes ! – Vous avez découvert toutes les boîtes secrètes
  • Architectes du cauchemar – Vous avez regardé les crédits!
  • Sanctuaire inviolé – Vous avez trouvé la pièce secrète!
  • La curiosité est un défaut mortel – Vous êtes mort 25 fois
  • Expert en mort – Vous êtes mort 40 fois

Et vous? Avez vous eu l’occasion de l’essayer? Peut-être avez vous joué à d’autres jeux du studio Alike?

J’ai essayé pour vous…Les échecs pour les kids

Avez-vous finalisé le planning des activités extra scolaires de vos enfants? Pas toujours facile de jongler entre les horaires des uns et des autres. Voici une activité dont vous pourrez moduler le rythme selon vos disponibilités. Nous avons essayé avec p’tit bout durant l’été la formation « les échecs pour les kids ».

Les échecs pour les kids : kesako?

Quatre passionnés des échecs se sont donnés pour mission de démocratiser l’accès à ce jeu. A travers leur site Apprendre les échecs en 24h, ils proposent plusieurs formations.

Nous avons essayé celle à destination des enfants. Elle a été conçue par Anthony Wirig – 23 ème joueur français et entraîneur de l’équipe de France jeunes en 2016. Autant dire qu’il sait de quoi il parle en matière de pédagogie (et d’échecs aussi mais cela allait de soi XD).

La méthode est délivrée au travers de courtes vidéos sous la forme d’un dialogue entre Tigranette, une petite fille, qui explique les règles du jeu à son grand père.

Suite aux vidéos, un ou plusieurs exercices sont à réaliser pour assimiler le point de règle ou de stratégie avant de passer à la vidéo suivante.

Notre avis

Les points positifs

  • C’est extrêmement ludique et accessible. J’ai été bluffée par la façon dont les différents aspects du jeu sont amenés avec simplicité tout en augmentant progressivement la difficulté.

P’tit bout s’est rapidement pris au jeu. Il a enchaîné assez rapidement dans un premier temps les vidéos relatives au déplacement des pièces, car relevaient de points déjà acquis. Cependant il a réalisé que les petits jeux proposés pour bien maîtriser les déplacements de chacune des pièces n’étaient pas si évidents à remporter. Il faut dire que Maman est méchante et ne le laisse jamais gagner.

Par la suite son rythme a été d’une vidéo à la fois, car il préférait enchaîner avec une ou deux parties après la vidéo. La méthode compte environ 40 vidéos (j’ai compté rapidement). En deux mois il en est à 50 % de la méthode mais la progression va ralentir avec la reprise de l’école et la difficulté croissante.

  • Peu importe le rythme, la méthode est achetée une fois pour toute et est disponible à vie. Vous n’avez donc pas d’impératif à avoir tout visionné dans un délai arrêté. L’enfant peut donc faire des pauses quand il en assez, y revenir, ne le faire que pendant les vacances, ou s’astreindre à une séance par semaine. Chacun fait comme il le souhaite.
  • Les échecs aident à améliorer la concentration, l’organisation au sens large, la vision dans l’espace etc. Plutôt pas mal en complément d’une activité sportive. Et vous pourrez également glisser à vos kids qu’un bon Gamer doit bénéficier d’un solide sens de la stratégie et de l’anticipation pour enchaîner les Top Un au cours d’un battle royal. Argument testé et validé.
  • Quand on voit le prix parfois exorbitant de certaines activités, les 30 euros que coûtent la méthode paraissent franchement bien investis.

Les améliorations qui pourraient être apportées

Notre opinion ici repose uniquement sur des points cosmétiques. Concrètement il n’y a pas grand chose à améliorer sur la méthode en elle même. Mais la formation est récente et on peut donc toujours proposer des améliorations pour une éventuelle V2 😉

  • La voix de Tigrounette zozotte parfois un peu trop rendant la phrase difficilement intelligible. On finit par s’habituer à sa voix, et au pire en cas d’inattention on peut toujours revenir en arrière pour l’écouter de nouveau.
  • Les exercices proposés ne peuvent pas être réalisés directement à l’écran, hormis les quizz de fin de chapitre. Il faut les imprimer ou les faire mentalement. P’tit bout a un peu râlé pour la forme en disant que c’était quand même dommage.

Bilan

Les échecs pour les kids nous a agréablement surpris. Nous craignions quelque chose de très académique et difficile d’accès. Bien au contraire.

Par ailleurs vous disposez de 30 jours pour vous rétracter et demander à être remboursé si vous n’êtes pas satisfait. L’équipe est également disponible pour répondre aux questions de votre enfant sur les échecs si jamais vous n’êtes pas en mesure de les lui apporter.

Jouer est quand même la principale motivation. Pour être complète dans mon propos, j’ajouterai donc que si personne n’est disponible pour se confronter ensuite à l’enfant qui utilise la méthode, ce dernier sera rapidement frustré. N’allez donc pas imaginer que vous allez caler votre enfant devant son écran et aller vaquer à vos propre occupations pendants ce temps. Sauf à avoir plusieurs enfants qui suivent la méthode en même temps éventuellement, à voir selon leurs âges. Les échecs ont l’avantage d’être un jeu intergénérationnel, mettez donc les grands parents à contribution, ils seront ravis.

Alors, quand est ce que vous vous y mettez ?

J’ai essayé pour vous toy story 4

toy story

Ouf j’ai bien cru que l’on n’arriverait jamais à aller voir le nouveau Toy story avant qu’il ne soit plus disponible en salle. Mais c’est bon! Mercredi mission accomplie. Voici un petit retour sur nos impressions.

L’histoire de ce quatrième volet de la saga Toy story

Hormis un petit aparté en début de film se déroulant entre l’épisode 2 et 3, l’histoire se déroule en continuité de Toy story 3. On revit d’ailleurs la scène symbolique où Andy remet à Bonny son carton de jouets.

L’idée n’étant pas de vous spoiler le film je vais m’attacher à décrire plutôt nos impressions.

De l’avis de P’tit bout (la vérité sort de la bouche des enfants parait-il) son préféré reste le 3. Pour ma part mon préféré reste le tout premier mais bref…

L’histoire est centrée sur trois jouets : Woody, la bergère et Fourchette le nouveau venu.

Manifestement on savait peu de chose sur la bergère et ses moutons. Perso pour moi elle s’appelait « la bergère » et il s’agissait d’un jouet d’Andy. J’aimais bien l’idée que Andy ai une poupée en porcelaine. Mais à priori non il s’agissait bien d’un jouet de Molly qu’il lui empruntait et elle s’appelle Bo. D’ailleurs pas même vraiment un jouet en tant que tel mais une poupée d’ornement de la veilleuse de la petite sœur. Il n’y a que moi qui n’avait pas fait attention à ces éléments où il s’agit ici d’une facilité scénaristique?

Bref les jouets de Molly ont eu un destin différent de ceux de Andy. Cette différence va forger un nouveau caractère à la Bergère qui adopte ici un profil beaucoup plus autonome et déterminé. Elle a pris sa vie en main et ne compte pas sur un homme fort pour s’en sortir, dans la continuité de la nouvelle lignée des héroïnes Disney.

L’état d’esprit de Woody pour sa part m’a beaucoup fait penser à celui de Flash McQueen dans Cars 3. Il prend un coup de vieux et doit s’envisager lui aussi une nouvelle vie sans Andy. Cette transition lui est difficile.

Quand au nouveau personnage de fourchette, il s’agit d’un jouet fabriqué par Molly qui va avoir du mal à se considérer comme tel plutôt que comme un déchet.

Les affiches montrent un duo de peluches mais les scènes avec ces deux racailles n’ont en définitive que peu d’intérêt.

A partir de quel âge ?

L’histoire traite quand même beaucoup de la séparation et des choix de vie à faire. Loyauté. Amitié. Mission. Si on met de coté tous les états d’âmes des protagonistes autour de ces questions il ne reste plus grand chose hormis un enchaînement de scènes d’actions pour se rendre d’un point A à un point B. Sauf que ces interrogations à mon sens ne trouveront pas écho auprès d’un jeune public. Qu’il va plutôt inutilement angoisser plutôt que le pousser à y réfléchir. Alors disons pas avant 7-8 ans.

Niveau méchants les héros sont confrontés à la poupée GabyGaby et ses sbires. Ces derniers sont des pantins articulés de ventriloque. P’tit bout ayant vu les « chaire de poule » forcément il craignait ce que ces derniers allaient bien pouvoir faire d’horrible à Woody. Mais au final ils sont assez soft. Même GabyGaby s’avère au final plus désespérée que méchante. Donc si votre petit est du genre facilement effrayé, il ne devrait pas y avoir trop de dégâts de ce coté.

L’animation

Chapeau bas. Elle est magnifique. Le studio s’est vraiment arraché. Le rendu des textures est juste parfait. On vient bien la différence entre une poupée de porcelaine et un jouet en plastique. En sortant du cinéma P’tit bout m’a d’ailleurs dit « c’est bizarre je ne me souvenais pas que la bergère brillait autant ».

Notre avis sur Toy story 4

Bon ce n’est pas le meilleur titre de la série il faut quand même le dire. Nous n’avons pas été convaincus par le scénario qui manque d’ambition. Les nouveaux jouets introduits ne sont que superficiellement exploités dans le film. Largement exploités dans les produits dérivés Toy story.

Par contre l’animation est un bijou technique.

J’ai essayé pour vous..La nouvelle version Disney de Aladdin

Aladdin

Aladdin : la maison Disney l’a annoncé et se tient à son calendrier. Tous les films d’animation de notre enfance vont être revisités. Deux écoles, ceux qui ne reprennent pas l’histoire initiale mais s’en inspirent tel que l’excellent Maléfique, Jean Christophe et Winnie, ou dernièrement Dumbo. Et ceux qui se plaquent autant que possible au scénario original. Dans ce second registre nous avons déjà eu Cendrillon, le Livre de la Jungle et la Belle et la Bête.

C’est à ce second registre qu’appartient le remake de Aladdin, avec en tête d’affiche Will Smith dans le rôle du Génie de la lampe.

L’histoire

Ben du coup vous la connaissez déjà non? Car hormis quelques scènes supplémentaires de-ci delà c’est grosso modo la même histoire.

Trois petite originalités néanmoins :

  • le rajout du rôle de la servante de la princesse dans un but que je ne vous dévoile pas (histoire qu’il y ai quand même un élément nouveau),
  • avoir éclairci définitivement la question du « mais c’est le génie de la lampe qui raconte l’histoire ou pas alors? »,
  • le personnage de la princesse Jasmine est étoffé. Avec un aspect beaucoup plus « libéré, délivré » que dans mon souvenir. Il n’est plus question qu’on lui dise soit belle et tais toi.

Le jeu d’acteur

C’est Will Smith qui porte le film il n’y a pas photo, c’est lui la vedette. Les acteurs qui tiennent les rôles de Aladdin, Jasmine et Jaffar sont néanmoins très bons dans leurs rôles. Gros mauvais point qui fait du tord au film : le doublage. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans le film à cause de cela. Les paroles ne collaient pas du tout au mouvement des lèvres, j’ai rarement vu un doublage aussi mal fait dans une production Disney.

A partir de quel âge?

Les films avec de vrais acteurs ont tendance à moins accrocher les jeunes enfants que l’animation. D’autant qu’il dure 2 heures. C’est donc plus pour des raisons d’attention que je dirai pas avant 6 ans. J’ai vu que certains sites ne le recommandent pas avant 9 ans. Pour autant je ne l’ai pas trouvé plus impressionnant que la version animée.

Verdict

Si vous n’avez jamais vu la version animée vous passerez un bon moment.

Si vous avez envie de faire découvrir un film de votre enfance à votre p’tit bout qui lui ne l’a jamais vu, vous serez heureux de partager ce moment avec lui. Vous pourrez comme cela reprendre à tue tête avec lui les chansons en voiture sans qu’il ne se demande d’où cela sort.

Si vous avez déjà converti tout votre entourage à l’animé depuis fort longtemps, vous pouvez très bien attendre la version dvd et le regarder tranquillement depuis chez vous sans regret. Mais regardez le quand même, Will Smith en génie de la lampe, ça vaut le coup 😉

J’ai essayé pour vous..Terra Willy

Terra Willy

Semaine dernière je vous évoquais mon retard sur le billet concernant le film Terra Willy visionné dans le cadre du cinéma itinérant cinéplan bien avant le Parc des Merveilles.

Eric Totsi est aux commandes. Nous lui devons entre autres les films d’animation les As de la jungle. Le scénario est ici beaucoup plus simple et peut être qualifié de SF.

L’histoire de Terra Willy

Le jeune Willy voyage avec ses parents dans leur navette spatiale. Ils sont à priori des scientifiques/explorateurs. Leur vaisseau connait une grave avarie. Les circonstances font que Willy doit embarquer dans une capsule de secours indépendantes de celle de ses parents, et il se retrouve loin, loin, loin tout seul dans l’espace. Sa capsule fini par atterrir en mode automatique sur une planète inconnue.

A son atterrissage il est immédiatement pris en charge par le robot de survie de la capsule. Ensemble ils vont explorer cette planète et s’y installer de sorte à pouvoir attendre aussi longtemps que nécessaire les secours.

C’est cette partie de découverte et d’exploration de la planète qui va occuper une belle partie du film. Ainsi que l’amitié entre Willy et une créature autochtone (Flash) qui l’avertira de bien des dangers de la faune et flore locale. Cette adorable bestiole m’a beaucoup fait penser au dragon Croque mou, de part ses mimiques et sa bouille.

En fin de film une petite tension se créé lorsque Willy réalise que le robot de survie Buck est arrivé au bout de sa batterie et qu’il n’émet plus le signal de détresse. Une expédition périlleuse pour récupérer la batterie de secours restée sur le lieu atterrissage est entreprise avec succès.

Bien entendu tout est bien qui fini bien. Les parents de Willy le retrouvent. On peut estimer à une année la durée de leur séparation.

A partir de quel âge ?

Ce film d’animation est tout à fait accessible aux plus jeunes. Dès 5 ans ils prendront plaisir à s’immerger dans cet univers coloré tout en rondeurs. Le scénario extrêmement simple, sans rebondissement complexe, ne leur posera aucune difficulté.

Avis

C’est très mignon. A réserver aux plus jeunes. Un ado risque de le trouver un peu trop mignon justement.

Malgré un scénario simple le rythme du film est bon, la qualité graphique est au rendez-vous. Le trio William, Buck, Flash est très attachant. A aucun moment William, et donc les spectateurs, ne ressentent d’angoisse suite à cette violence séparation et l’arrivée dans un monde inconnu, grâce à la parfaite prise en main de la situation par Buck.

Il n’y a que l’émerveillement de la découverte de ce monde, des valeurs fortes d’amitié, de courage et de responsabilité.

Et pour ne rien gâcher, il s’agit, cocorico, d’une production 100% française 😉