J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Oceano

Oceano

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Oceano

J’aimerai trouver le temps d’aller faire un tout à Pierresvives à l’occasion de l’exposition des photographies sous marines de Laurent Ballesta.  En décembre j’espère. En attendant, j’ai profité d’un passage dans une médiathèque plus proche de la maison pour emprunter Oceano.

Cela me permettait ainsi de glisser à P’tit bout l’idée d’aller voir cette expo pour mesurer l’intérêt qu’il pourrait y porter.

Un pop up !

Oui j’adore les Pop up vous le savez bien à force. C’était également une raison de plus de découvrir ce livre recommandé par Pierresvives. Anouck Boisrobert et Louis Rigaud ont une longue liste d’ouvrages en collaboration commune aux éditions Helium. Il y a un an Amandine du blog les mercredis jolis me faisait découvrir ce duo avec Popville. J’étais enchanté du coup de voir qu’ils étaient également à l’origine de Océano.

Tout en longueur, cet album par les profondeur de ses Pop up délicats nous permet de découvrir les grands espaces marins sous différents tropiques mais également ce qui se passe sous l’eau.

  • Le port vu du dessus 
  • Le même port vu du dessous  
  •  Parties émergées et immergées des icebergs  

 

L’histoire

Elle n’est qu’un motif à suivre l’équipage d’un navire d’exploration. En miroir des pop up une partie de l’histoire est imprimée au dessus et l’autre en dessous. Elle est accessible dès 4 ans. En dessous, l’enfant trop petit ne saura pas apprécier les détails dans les illustrations. Il faut parfois bien chercher pour trouver les plongeurs décrits dans le texte.

 

Bref je suis fan. Je me demande même si on ne vas pas l’acheter car il serait agréable de pouvoir l’ouvrir de temps en temps pour s’y replonger. En tout cas nous havons hâte de poursuivre cette exploration en allant voir les photographies.

   

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « L’extraordinaire garçon qui dévorait les livres »

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent « L’extraordinaire garçon qui dévorait les livres »

 

Semaine dernière je vous évoquais déjà ce livre dont l’auteur/illustrateur, Oliver Jeffers, est également l’illustrateur des crayons rentrent à la maison. J’étais persuadée d’avoir déjà écrit un billet à son sujet mais manifestement non.

Les illustrations

L’illustration prend ici clairement le pas dans cette édition pop-up. Et j’adore les pop-up ^^ ll y en a de toutes les formes et pour tous les goûts. De la double page classique qui déploie en trois dimension son histoire. Au morceau de papier à déplier délicatement, à tirer, à faire glisser, à dérouler. De page en page on est toujours surpris. C’est génial.

   

    

L’histoire

Pied de nez à l’expression dévorer les livres. Henry les dévore littéralement. Et plus il avale de livres, plus il devient intelligent. Et il n’arrive plus à s’arrêter jusqu’à en tomber un jour malade. Une indigestion de livres. Il n’a plus le choix, il doit arrêter de les dévorer, même s’il adore cela. Alors par ennui il fini par en ouvrir un comme tout le monde et se met à le lire. Il découvre alors qu’il adore lire. Et que peut être après tout en lisant suffisamment, il deviendrait le plus intelligent du monde. Cela prendrait juste un peu plus de temps.

      

A mon sens pour donner le gout de lire, ce livre est extraordinaire. D’autant que les pop-up lui donne un cachet tellement ludique, que les plus réticents à ouvrir un livre s’y laisseront forcément prendre 😉

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfant lisent « Les crayons rentrent à la maison »

les crayons rentrent à la maison

J’ai essayé pour vous…Chut les enfant lisent « Les crayons rentrent à la maison »

 

En ce début d’année scolaire, nous avons découvert cet album destiné aux 6 – 8 ans. Il s’agit du second d’une série de 4 livres écrits par Drew Daywalt et Oliver Jeffers, qui peuvent se lire indépendamment. Nous en avons entendu parler à l’occasion de son édition toute récent au format mini de la collection les lutins. Cependant nous avons préféré acheter le grand format. En effet cela manquait un peu à p’tit bout de ne plus avoir de grands livres illustrés dans les mains 😉

 

L’histoire

Elle est très marrante. Nous avons ri du début jusqu’à la fin. En résumé, Duncan, le propriétaire des crayons, reçoit un jour un paquet de cartes postales. Celles-ci lui ont été envoyées par tous ses crayons perdus. Ils lui décrivent leurs mésaventures et leur retour prochain. Certaines cartes postales sont parfois un peu difficiles à déchiffrer pour de jeunes lecteurs peu habitués à l’écriture manuscrite mais rien d’insurmontable.

Les illustrations

En fin d’album il est précisé que les illustrations de ce livre ont été réalisées avec des crayons, des cartes postales, et une boite en carton. Oliver Jeffers a une bibliographie assez impressionnante. Il est entre autre l’auteur/illustrateur du magnifique album « l’extraordinaire garçon qui dévorait les livres ». Je vous en parlerai sans faute semaine prochaine. Ici, le style se veut naïf, pour coller aux dessins que Duncan aurait pu faire avec ses crayons.

Ainsi hormis l’introduction et la conclusion du livre, sur la page de gauche le lecteur trouvera la carte postale et à droite un dessin enfantin en lien avec la mésaventure abordée par le crayon concerné. Comme ici Jaune et Orange qui expliquent à Duncan comment ils ont fondu quand il les a oublié au soleil.

 

 

 

 

 

 

 

 

Cela nous a donné envie de découvrir au moins le premier tome « rébellion chez les crayons ». Vivement notre prochaine virée en librairie.

 

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent une sélection pour la rentrée

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent une sélection pour la rentrée

Pour cette rentrée j’ai craqué pour 2 livres et une surprise édités par l’école des loisirs

A ce soir

Cet album écrit et illustré par Jeanne Ashbé s’adresse aux tous petits (années crèche). Il permet aux plus jeunes de mettre des mots sur des situations du quotidien qu’ils n’arrivent pas encore à raconter.

Deux histoires en parallèle. Celle de Sam le encore bébé toujours sur la page de gauche. Et celle de Léa qui fait déjà partie des « grands » de la crèche, sur la page de droite.

Mis dans des situations identiques, cela permet aussi aux plus « grands » de mesurer leurs progrès dans les différentes activités d’une journée : le repas, la sieste, les jeux etc.

Les phrases sont simple et courtes. Et les illustrations colorées sont toutes mignonnes. Mon petit coup de cœur.

L’école des souris – une rentrée en Canoë

Un petit livre sympathique pour les CE1/CE2.

Monsieur Hiboux est régulièrement envahi par une fratrie de souris. Comme il se nourrit exclusivement d’escargots il ne les chasse pas. Puis il aime bien dans le fond leur compagnie. Mais néanmoins elles l’empêchent de pratiquer ses activités en toute tranquillité. Alors il décide de fonder une école, dans un canoë, pour occuper les souris pendant la journée.

On rigole bien face aux difficultés de ce vieux grincheux de retenir les prénoms de toutes ces souris et d’imposer la discipline. On rigole moins quand la pédagogie utilisée pour l’imposer est la peur de se faire manger. Cela relativise le « elle ne va pas te manger » quand on rassure son petit concernant sa maîtresse.

La collection mouche permet de faire la transition entre les albums et les romans car sont malgré tout richement illustrés. Ici Marc Boutavent nous propose un hibou très expressif dans son agacement. De petites illustrations viennent égayer le texte et de temps en temps une image pleine page permet d’accompagner l’imagination.

   

 

La surprise : la pochette Chien pourri

Comme l’ouvrage précédent, plutôt pour les CE1/CE2

 

Dans cette grande pochette on trouve :

  • 2 posters recto/verso. Le premier concerne les tables de multiplication, et le second la conjugaison. Sur une face on apprend, sur l’autre on complète soi-même les réponses pour confirmer l’apprentissage. Dans les coins supérieurs des œillets, ce qui permet de passer une ficelle pour suspendre le poster et le retourner facilement.
  • 2 planches de Stickers pour personnaliser sa papeterie de rentrée ou son bureau.

 

Et vous? Quels ont été vos coup de cœur de cette rentrée?

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Vive la vie, Gabi!

J’ai essayé pour vous…Chut les enfants lisent Vive la vie, Gabi!

Depuis que P’tit bout a franchi le cap de l’apprentissage de la lecture, je trouve qu’il est à un âge un peu bancal entre l’album et le roman. Il lui faut des textes qui ne soient pas trop longs, dont l’histoire ne fasse pas bébé non plus. Et avec quelques illustrations quand même parce que sinon c’est trop triste. C’est parfois le casse tête pour trouver le livre qui trouvera le bon équilibre.

La collection Mouche de l’école des loisirs propose des petits romans sympas à lire tout seul pour les 6-8 ans. Ils sont d’auteurs / illustrateurs différents. Nous commençons à en avoir quelques uns à la maison, et à ce jour aucun ne l’a déçu.

La dernière acquisition s’intitule Vive la vie, Gabi!

Les illustrations – Le style Soledad Bravi

Soledad Bravi est à la fois la fois auteure et illustratrice de ce petit roman. Ce n’est pas la première fois qu’elle s’exerce à la réalisation d’un ouvrage pour enfants. Si vous n’arrivez pas à rattacher son nom à quelque chose de concret, essayez de vous souvenir plutôt de ses illustrations. Mais si vous en avez forcément déjà vu. Par exemple dans un magazine Elle ou sur un tube de crème pour les mains ou d’une lime lors de ses collaborations avec l’Occitane. Des demoiselles longilignes, pimpantes de gaieté. Tel la Gabi de ce roman. Soledad c’est également toute la collection « les paresseuses  » qui se décline sous différentes formes.

L’histoire

Gaby a 7 ans. Elle est pleine de vie. Elle vit des aventures formidables en s’intéressant aux petites bêtes qui l’entourent. En regardant les nuages. En marchant pieds nu dans une rivière ou dans l’herbe. Toutes ces choses que nos petits citadins n’ont pas forcément l’occasion de faire. Des journées en famille à la maison de campagne, des piques niques, du camping dans un combi VW. De quoi donner l’envie de partir de suite en balade pour attraper des têtards et des papillons. Avec également un message de fond de respect de la nature aussi. On peu piéger les frelons asiatiques mais il ne faut pas faire de mal aux abeilles. On peut capturer un lézard pour l’observer mais avant de reprendre la route il faut penser à le relâcher et ne pas l’emmener avec soi à la maison.

 

Un petit roman bien agréable à lire. Petit plus, il est découpé en 4 chapitres, ce qui permet au jeune lecteur de se fixer le chapitre comme objectif de lecture et ne pas se décourager face à un nombre de pages qui lui paraîtrait trop important de prime abord.

 

Ceci est ma participation à Chut les enfants lisent, organisé par Devine qui vient bloguer ?